L’alibi de Bédié

Mardi 23 Septembre 2014 - 02:17


Il est bien loin, le temps où entre Bédié et ADO, il y avait une  guerre sans pitié qui a fait mettre Interpol aux trousses du second et provoquer la brutale chute du premier suite au coup d’état de 1999. Tout cela par la magie du français Jacques Chirac, à cause de sa haine pour  l’intrépide Laurent Gbagbo. Bravo  diraient certains, malheureux diraient d’autres, selon le bord politique auquel chacun appartient…
Dans l’euphorie de l’alliance des partis politiques nés des entrailles de l’houphouétisme, il a été décidé de revenir au bon vieux temps du parti unique qui faisait des scores à la soviétiques  de 99,99% des suffrages des inscrits et votes exprimés. L’idée du grand parti unifié des quatre membres du RHDP (entendez Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix), entre nous, n’est-ce pas là une curieuse manière d’aborder la question de la démocratie en recourant aux méthodes de la démocratie populaire  ? Alors que l’intrépide Laurent Gbagbo, pendant toute sa carrière s’est  battu pour l’avènement de la démocratie pluraliste, ses opposants d’alors, reculaient vers la démocratie à l’ivoirienne, notion très prisée par le parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).
Evidemment, la fin justifiant les moyens, la stratégie de la reculade de la démocratie pluraliste était pour les Houphouétistes, le moindre mal si ce n’est le prolongement de la normalité. Mais quelle stratégie fallait-il mettre en œuvre  ? Au départ, tout le monde a été d’accord pour qu’au premier tour de l’élection quelle qu’elle soit, chacun présente son candidat et seulement au deuxième tour, tous les autres soutiennent le candidat le mieux placé pour gagner. Voilà en fait une bonne décision.
La garantie de l’unité ne pouvait pas s’arrêter en si bon chemin. Vu de près, d’aucuns ont compris que la politique est la saine appréciation de la situation du moment. Au lieu d’attendre le second tour, pour quoi, au nom de quoi et pourquoi, ne ferait-on pas d’une pierre deux coups en gagnant au premier tour  ? Le parti unifié avec les trois quart de la population du pays en termes de partisans ethniques, ne laisse pas le moindre doute de la victoire surtout que le parti républicain (RDR) sait pouvoir compter sur la quasi-totalité des habitants du septentrion ivoirien. De son côté, le président Bédié connait l’effet bénéfique du «  nanaïsme  » en pays Akan. Rien que ces deux partis unifiés savent que la victoire est palpable. Mais n’oublions pas que nous sommes en politique. Deux faits vont perturber les chefs des deux grands partis Houphouétistes. Il s’agit de la parole donnée et le droit d’aînesse.
De  la parole donnée.
La sagesse populaire dit que l’homme ne vaut que par sa parole. Le président Bédié sait qu’il a donné sa parole pour un parti unifié. Il ne peut plus reculer, même si cela n’arrange pas son parti. Le brouhaha qui s’élève au-dessus de sa tête ne doit donc pas l’ébranler, et il considère que le jeune loup KKB, (entendez Konan Kouadio Bertin)  amuse la galerie en  dénonçant la dérive bédiéïste. Il l’a fait au dernier congrès mais cela n’a été qu’un cri dans le désert face à la position de l’ancien. Donc tant que la majorité le soutient,  lui Bédié  ne peut se dédire. Il devra comme Laurent Gbagbo, aller jusqu’au bout mais pour une autre raison  : Sa considération personnelle en tant que Nanan  Bédié.
Quant à ADO, il y a un bon moment qu’il fait courir le bruit qu’un Ouattara fait toujours ce qu’il promet. La lisière entre la légende et la réalité sur ce point est aujourd’hui, simplement une chimère.  Maintenant, avec les promesses mirobolantes de la dernière présidentielle,  seuls les naïfs donneront du crédit à la parole d’honneur d’Ouattara. Cependant, pour alimenter  cette légende, ADO fait de douces pressions à Bédié. Nous pensons qu’ayant scruté l’horizon de sa prochaine réélection, ADO s’est rendu compte de la voie  ennuagée,  d’où il veut pousser Bédié à reprendre l’idée du parti unifié. Or, un parti ne peut avoir qu’un seul candidat officiel  ; ce n’est pas une coalition de partis différents. Ainsi, devenu candidat unique du grand parti unifié, ADO a plus de chance de résister à l’assaut de l’opposition. Il est même assuré de ne pas être éliminé au premier tour.
Du droit d’aînesse  entre les partis.
En Afrique, lorsqu’il y a un partage, le premier à se servir est l’aîné. En l’occurrence, le PDCI est le parti des entrailles duquel est sorti le Rassemblement Des Républicains (RDR). Dans la logique des choses, c’est le PDCI qui devrait produire le premier candidat unique du nouveau parti unifié. Que nenni  ! Le président Bédié veut saborder les intérêts de son propre parti. La raison  ? C’est que lui-même n’est pas candidat parce que frappé par la limite d’âge. Il a fait l’exploit une fois à l’intérieur de son parti, mais il ne le rééditera pas au niveau national.  Les deux compères se connaissent bien et chacun sait qu’il faut trouver une issue honorable pour et empêcher l’autre et en même temps tenir sa parole. Sous la poussée d’ADO, Bédié agit de telle sorte que Ouattara ne crie pas à la trahison.
Concrètement, les deux hommes connaissent bien  la constitution et en même temps,  les textes de leur parti réciproque. En particulier,  le président Bédié qui est un ancien président de la république, avocat et docteur en économie, ne dira pas qu’il ignore  quelle instance de son parti doit décider de la fusion de son parti avec un autre. Aussi, en décrétant unilatéralement la fusion des deux partis, il veut dire qu’il aura rempli sa part d’obligation. Il aura suscité et soutenu l’idée de la candidature unique de Ouattara, mais si elle ne devient pas une réalité,  ce ne sera pas de sa faute. Le peuple est souverain et lui seul,  a le dernier mot. Le rififi que cette idée provoque déjà fait sourire en douceur M. Bédié qui aura taclé ADO. Son alibi sera alors en béton.
                                                                                                                           
          Julius Blawa Aguisso




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !