L’Occident constant dans la promotion d’Africains médiocres

Lundi 4 Mars 2013 - 05:57


L’Occident constant dans la promotion d’Africains médiocres
Il y a longtemps que le maîtres de l’impérialisme ont fait l’option de faire en Afrique la promotion de personnes d’envergure limitée, pour faire ombrage aux vraies valeurs. Le principe, avec les indépendances qu’ils étaient contraints de concéder, était de barrer la route du pouvoir à tous ceux qui avaient de la personnalité, de la densité au plan intellectuel et pouvaient être des obstacles aux prévisions perfides de ceux qui n’ont jamais accepté la fin des colonies. On a mis sous l’éteignoir, par plusieurs procédés malhonnêtes et cyniques, parfois cruels, toutes les personnes de valeur dont disposait déjà le continent africain dès la fin de la deuxième guerre mondiale. En même temps, on a donné des ailes à des médiocres qui ont été placés rapidement à la tête des Etats et aux autres points stratégiques de la vie des Etats, et la suite est connue… Des coups d’Etat ont été orchestrés, toujours dans l’objectif d’éjecter tout dirigeant qui tente des se défaire des liens esclavagistes que l’Occident durcit d’année en année. On les remplace par des béni oui-oui, ou des personnes corrompues, ou alors des gens qui n’ont aucune assise dans les pays et qui restent redeva - bles aux parrains maffieux de l’Occident. On a pu ainsi mettre en marche les programmes de l’appauvrissement et du sous-développement dans les pays africains. Je ne citerai pas de nom, sauf pour rappeler que Sylvanus Olympio, le premier prési- dent du Togo a été assassiné et remplacé par qui l’on sait, parce qu’il voulait se défaire de l’esclavage économique du Franc CFA, pour créer une monnaie propre à son pays. L’histoire du coup d’Etat contre Olympio est similaire à celle de la quasi-totalité des coups d’Etat qui continuent des se perpétrer en Afrique. Les derniers, en Côte d’Ivoire, en Lybie et en RDC, pour ne citer que cela, ne sont que plus élaborés, avec l’utilisation de l’outil premier de l’impérialisme occidental qu’est l’ONU et ses nombreux démembrement dont la CPI! Fatou Bensouda à la CPI, pour donner l’impression aux novices et ignorants que cette institution n’est pas l’arme (prétendument) juridique de l’Occident contre les Africains dignes, mais aussi pour se moquer de l’Afrique ! Après les grossièretés du procureur Ocampo dans le complot en Côte d’Ivoire, les maîtres du crime se sont dit qu’en désignant un(e) Africain(e) comme procureure, leur jeu paraîtrait moins visible. Mais, alors que l’Afrique dispose de personnalités de grande envergure en matière de droit, il a fallu que soit désignée Madame Fatou Bensouda, en rem placement du sulfureux procureur argentin Louis Moreno Ocampo. Connaissant le jeu de tricherie de ces Occidentaux qui prennent le monde pour leur propriété, on ne pouvait qu’avoir des doutes sur la bonne foi de cette dame, tout en lui accordant le bénéfice du doute sur ses véritables capacités à être à la hauteur, techniquement parlant, de la tâche. Il n’y avait qu’à attendre de la voir la l’œuvre. Et voilà que quelques audiences ont suffi pour que la chère dame se montre incapable de grandeur, limitée techniquement, à moins de s’inscrire dans une posture de misérable corrompue ! L’avocat de la défense de Monsieur Gbagbo, par délicatesse, dit simplement qu’ «elle n’a pas pris réellement connaissance du dossier», tant ses allégations sont légères, incongrues et indignes d’une personnalité du rang où elle a été bombardée. La voilà donc en train de faire honte à l’Afrique ! Elle est juste un autre élément de preuve, comme si on en avait besoin, que ceux qui l’ont commise à ce poste ne cherchent qu’à (se) convaincre qu’en Afrique, on ne trouverait pas de compétence à la hauteur des exigences planétaires ! Le plus grave, c’est qu’avec la mainmise que l’occident impérialiste a sur nos Etats, ce jeu perfide continue de prospérer. Je suis de ceux qui, avec le célèbre détenu lui-même, sont convaincus que ce n’est pas le droit qui a envoyé Laurent Gbagbo en prison, et ce ne sera pas au droit de l’en sortir. Par conséquent, je n’attends pas de cette comédie juridico médiatique qui a lieu à La Haye, qu’elle fasse du droit pour aboutisse à la logique relaxe de cet Africain digne, otage d’impérialistes véreux. Non ! La CPI n’a pas vocation à donner droit au droit, comme l’ONU n’a aucunement vocation à faire la paix dans le monde ! Le rôle de la CPI, c’est de donner un semblant d’habillage juridique, même cousu de fil blanc, au complot occidental. La seule chose qu’on peut tirer de cette énième foutaise des Occidentaux, c’est, pour l’histoire, des éléments d’illustration de leur perfidie, comme le prix donné au président français, pour faire la guerre au Mali et pousser dans le dos des terroristes en Syrie, ou le prix Nobel à Obama, pour avoir été élu président des USA, tout en étant d’origine nègre. Ainsi s’écrit au quotidien l’histoire de l’humanité ! Il faut souhaiter qu’un véritable changement s’opère dans les mentalités, histoire de ne pas désespérer de notre espèce. Que Dieu nous garde et sauve ce monde !

Par Bedi Holy

Source: Le Nouveau Courrier N°739 Du Vendredi 01 mars 2013
 
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !