KKB crache du feu à Paris/ "Gbagbo est le seul candidat à avoir été voté par l'ensemble des ivoiriens en 2010.."

Le député Kouadio Konan Bertin dit KKB a franchi le rubicond ce samedi 13 juillet 2013 à Paris. Dans la guerre de succession qui l’oppose à son père politique Henri Konan Bédié, Il a décidé de l’affronter directement. Le parlementaire a annoncé officiellement sa candidature pour la présidence du PDCI RDA.

Lundi 15 Juillet 2013 - 08:07


Il cogne Bédié et annonce sa candidature à la présidence du PDCI

KKB crache du feu à Paris/ "Gbagbo est le seul candidat à avoir été voté par l'ensemble des ivoiriens en 2010.."

Le déclin du PDCI RDA s’annonce deux fois plus sombre si Bédié persiste dans sa volonté de briguer la présidence du parti malgré ses 79 ans. C’est sans doute le résumé le plus expressif qu’il faudra certainement faire à l’issue de la conférence débat animée par le député KKB hier à Paris à l’AGECA dans le 11ème arrondissement.

Fidèle aux déclarations fracassantes qui le caractérisent, KKB a craché du feu devant les militants du PDCI de la diaspora venus de toutes les grandes villes d’Europe pour l’écouter. Flanqué de son collègue député de la ville de Bocanda, l’honorable Kramo Kouassi et du membre du bureau politique du PDCI, Djédjé Koré Pierre, KKB a dénoncé d’entrée de jeu une atmosphère délétère qui régnerait au sein de sa formation politique : «La situation de notre parti est préoccupante. Le parti doit être structuré en profondeur. Donnons une nouvelle âme au PDCI en commençant par nos mentalités...» Soulignera t-il.
 

LE PDCI EST MALADE...


Et pour étayer ses affirmations, il a fait remarquer que la formation politique de feu Félix Houphouët Boigny qui se targuait d’être le premier parti de Côte d’Ivoire a aujourd’hui perdu son âme de gagnant au point où il s’est fait laminer aux présidentielles d’octobre 2010. « J’atteste ici que le PDCI a lamentablement perdu les élections présidentielles de 2010… Nous devons tirer les leçons de cette situation si nous voulons continuer notre chemin.» confessera t-il.

Dans un réquisitoire sévère, il ira jusqu’à traiter le PDCI et le RDR de partis ethniques. «Lors des élections de 2010, Laurent GBAGBO a été seul candidat à avoir été voté par l’ensemble des ivoiriens. Et cela, du nord au sud à l’ouest et à l’est. Regardez la situation du PDCI et du RDR. Quand vous avez eu 1000 voix pour Bédié ou pour Ouattara à Gagnoa par exemple, c’était tout simplement 1000 baoulé ou 1000 dioula… Le seul endroit que nous au PDCI avons conservé en 2010, c’est le V baoulé. Encore que nous avons été déstabilisés là-bas aussi par la rébellion… »
 

ALLIANCE AVEC LE RHDP : MAUVAISE PIOCHE…


Tel un médecin généraliste, il posera donc le diagnostic du malheur de son parti. Prenant à témoins les militants du PDCI rassemblés dans la salle, il questionnera : « Lequel d’entre vous peut dire qu’il se sent réellement à l’aise dans l’alliance du RHDP ? » Pour lui, le PDCI se sera ruiné politiquement dans son alliance avec le RDR : « Si nous ne faisons rien, les ivoiriens vont nous rendre responsable du bilan du RDR… » Déchaîné, il estimera que son parti n’aura en vérité rien gagné avec son allié qui est parvenu au pouvoir grâce aux voix de ses militants. «Après nos discours incendiaires contre le régime de GBAGBO, vous remarquerez avec moi que M. Djédjé Mady, secrétaire général du PDCI n’a rien eu. Heureusement qu’il est élu député comme moi…»

Poursuivant, il soulignera la nécessité pour le PDCI de dire clairement aux ivoiriens s’il présente ou pas un candidat pour 2015. « Pourquoi Bédié refuse de répondre en renvoyant la question au prochain congrès ? » Ce tango du sphinx de Daoukro cacherait à ses yeux une volonté malsaine de vouloir fondre le PDCI dans un parti unique avec le RDR qui serait le RHDP. Refuse catégoriquement la chose, il martèlera révolté: «Un chef de parti c’est celui qui donne son opinion. Il n’est pas question que le PDCI disparaisse…»

 

BEDIE ? VIEUX ET MALADE…



« Il y a 20 ans est-ce que le président Bédié tombait en public ? Ça devient fréquent et c’est humiliant pour mon père Bédié...» Le député de Port-Bouët faisait ainsi allusion à la chute de l’ancien chef d’Etat pour malaise vagale (?) officiellement lors du dernier gala du PDCI à l’hôtel Ivoire. Rechignant à mettre les pieds dans le plat des rumeurs persistantes sur la santé de plus en plus fragile de Bédié, il dira par contre que pour lui, l’actuel président de son parti n’a plus les capacités physiques pour conduire les destinés du PDCI : « A bientôt 80 ans quand est-ce que Bédié vat-il prendre sa retraite politique ? Ceux qui trompent mon père Bédié en l’encourageant malgré son âge avancé à continuer dans la politique, je leur dis qu’on ne doit pas aimer les individus plus que le parti. Il nous faut un personnage vigoureux pour conduire le parti au combat de la reconquête du pouvoir…»

Qui est donc ce personnage vigoureux apte au combat sur lequel le PDCI RDA devrait pouvoir s’appuyer pour reconquérir le pouvoir en 2015 ? KKB répond clairement sans fioritures : « Je suis candidat contre Bédié pour la prochaine présidence du PDCI » avant d’ajouter : « On voit bien qu’avant le congrès, certains postes comme le secrétariat général vont disparaitre, je suis donc bien fondé de briquer le seul poste qui restera en place, c'est-à-dire la présidence du parti.» Konan Bédié contre Konan Bertin, c’est clair que la bataille pour la présidence du PDCI-RDA aura en octobre prochain, de belles exhalaisons ethniques. A moins que d’ici là…


De Augustin Djédjé
djedjenet64@yahoo.fr

Source: http://www.eventnewstv.tv



 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !