Invité Afrique de RFI: En Côte d'Ivoire d'Ivoire, Amara Essy veut être le "candidat de la réconcialition"

En Côte d'Ivoire, la Coalition pour le changement arrivera-t-elle à peser dans la course à la présidentielle d'octobre 2015 ? Cette coalition hétéroclite réunit des frondeurs du FPI et du PDCI, et d'autres partis d'opposition, réunis autour d'un objectif commun  : faire front contre le président sortant Alassane Ouattara. Mais comment concilier les idées libérales de certains membres de cette coalition avec d’autres, celles plus socialistes, quand la charte qu'ils ont adoptée en fin de semaine dernière ne fait déjà pas l'unanimité  ? Pour en parler, Florence Morice reçoit Essy Amara, ancien ministre ivoirien des Affaires étrangères, cadre du PDCI et candidat frondeur à la présidentielle.

Vendredi 22 Mai 2015 - 15:35


                                                                                                                          
RFI : Votre absence lors du premier meeting de la Coalition pour le changement a été remarquée à Abidjan. Pourquoi est-ce que vous n’étiez pas présent ?



        Parce que je n’étais pas à Abidjan  et donc j’avais des engagements pris  depuis longtemps.
C’est vrai que j’ai fait quelques remarques, des nuances de termes, mais en fait le plus important c’est qu’on partage le même objectif. On veut un changement et ça, c’est le plus important.

Quelles sont vos réserves ?


Moi, je suis le candidat de la réconciliation et vraiment je ne veux pas fermer toutes les portes. Je veux quand même en tant que diplomate qu’on laisse la possibilité de  discuter de tout sans agressivité.


Vous trouvez que la charte va trop loin peut-être, en posant notamment comme préalable à l’organisation des élections la dissolution de l’actuelle Commission électorale  ?


Non, pas du tout. Pour ça, je suis d’accord absolument avec l’Alliance. En 2010, la Commission était l’épicentre de toutes les critiques. Même le président Bédié a dit qu’on lui avait volé 600  000 voix. C’est grave  ! Vraiment, il aurait fallu qu’on fasse table rase de cette institution pour les prochaines élections.

Quitte au stade où on en est, éventuellement à se préparer à un report de scrutin  ?

Tout est possible. Moi je n’exclus rien du tout.
 

Vous exigez également dans cette charte  la libération des prisonniers politiques, notamment de l’ancien président Laurent Gbagbo. Comment convaincre la Cour pénale internationale (CPI) de le libérer, alors que son procès doit s’ouvrir en novembre  ?
 

De toute façon, je crois que c’est un mécanisme judiciaire qui a sa propre logique. On ne peut pas entraver la bonne marche de la CPI. Maintenant, le principe, c’est qu’on veut sa libération parce qu’on veut la paix en Côte d’Ivoire. Il n’y aura pas de paix si vraiment on ne ramène pas tout le monde à la maison.


Mais là, il s’agit d’en faire un préalable encore une fois, à l’organisation de ces élections. Donc si la décision dépend de la CPI comment en faire un préalable  ?


On dit  : «  Heureux celui qui ne connaît pas  ». Moi je connais le système international mieux que certaines personnes. Je ne peux pas empêcher certaines personnes d’avoir ce préalable, mais je sais ce qui est possible et ce qui n’est pas possible.


Cette coalition est un rassemblement idéologique assez hétéroclite. Quel est le point commun entre vous tous, au-delà de la volonté de barrer  la route à Alassane Ouattara  ?
                                                                                                                                                                                                                                                                      

Ce n’est pas une question de personne, c’est une question de changement total dans la façon de gérer la Côte d’Ivoire. Mon ambition c’est l’éthique en politique en Côte d’Ivoire. Et la Côte d’Ivoire est un pays très complexe. J’ai été ambassadeur de Côte d’Ivoire à Genève. Le président Houphouet-Boigny a passé deux mois de vacances à Genève, j’ai passé cinq heures par jour avec lui. Et c’est là que j’ai compris combien la Côte d’Ivoire est difficile à gouverner. Et c’est ce que je veux vraiment, parce je ne veux pas que la Côte d’Ivoire retombe encore dans les erreurs du passé.

Mais on le voit, cette coalition encore une fois, regroupe des personnalités hétéroclites. Vous n’êtes pas d’accord sur tout. Pensez-vous que vos électeurs vont s’y retrouver  ?

La division est artificielle.  Tout ce monde était au PDCI avec le président Houphouet-Boigny. Il y a quand même les embryons d’une Nation. Et ça, ça me rassure pour l’avenir.

Ça signifie que vous allez choisir un candidat unique à la présidentielle  ?

On va en arriver là certainement. Que tout ce monde se présente aujourd’hui, c’est la démocratie. On verra au fur et à mesure qui est qui et quel sera le choix des électeurs possible. Mais l’idéal c’est qu’on ait un candidat face au président actuel.

Comment doit-il être désigné selon vous  ?

Dans la charte, il y a tout un processus qu’on a déjà évoqué.


Quel processus  ?


Les concertations. Parce qu’en vérité vous savez, on dit que dans les villages on connaît les meilleurs danseurs.           
                                  
                                        

Si j’estime que la personne est plus compétente que moi, qu’elle a toutes les qualités requises pour faire la réconciliation. C’est ça qui est le plus important. Ce n’est même pas la compétence, c’est la réconciliation.


Pourquoi vouloir vous porter candidat à la présidentielle, alors que vous avez toujours refusé la Primature  ?


J’ai refusé pourquoi  ? Parce qu’en définitive j’ai eu la chance d’avoir occupé tous les grands postes au niveau des relations internationales. Et donc j’ai vu le pouvoir de très près. Je ne voyais pas en quoi je pouvais encore me mettre dans une lutte vraiment qui ne m’apporte rien. Parce que j’ai eu tous les honneurs  !


Et vous avez changé d’avis  ?


Non, j’ai changé d’avis parce que quand je vois que la Côte d’Ivoire va vers un mur, je dis que je ne peux pas me taire. Ma candidature n’est pas une candidature parce que je cherche à être président ou bien je cherche quoi que ce soit. On dit  : «  Heureux celui qui ne sait pas  ». Beaucoup de gens aujourd’hui veulent être président parce qu’ils ne savent pas le contenu. Moi je sais le contenu du président. Je connais les difficultés. Chacun sa motivation.

Vous revenez de La Haye où vous avez été reçu par l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo. Qu’êtes-vous allé chercher là-bas  ?

Absolument rien  ! Partir aujourd’hui le voir à La Haye, pour moi c’est tellement naturel, parce qu’en définitive ce sont des amis d’enfance, on a été à l’école ensemble. Et j’y suis allé un peu tardivement parce que j’avais des soucis de santé. J’ai envoyé un de mes collaborateurs lui rendre visite deux fois. Donc en fin de compte, j’étais en France, pour moi c’était une occasion rêvée d’aller le voir.


Souhaitez-vous être adoubé par Laurent Gbagbo  ? Est-ce qu’il vous apporte une forme de légitimation  ?

Non, vous savez, je crois que c’est mal connaître  le président Gbagbo  parce qu’en fin de compte on se connaît tous. Il sait qui est qui. S’il doit faire un choix, il le fera non pas parce qu’on va lui demander de supporter Pierre ou Paul, il le fera parce qu’il connaît telle personne, il connaît ses capacités et ses limites.


Est-ce que ce n’est pas un passage obligé d’être reçu par Laurent Gbagbo dans cette course  ?


Je ne sais pas. Mais pour moi, je suis allé voir l'ami. S'il doit me supporter, il va me supporter.



Par Florence Maurice





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !