Interviw exclusive du député Evariste Méambly : « Une amnistie générale réglerait définitivement le problème de la Côte d’Ivoire »

CIVOX.NET
Mardi 1 Août 2017 - 11:17


Le député, qui observe que seuls les pro-Gbagbo ont été jugés après la crise postélectorale, a déposé une proposition de loi pour favoriser la réconciliation.

Par CYRIL BENSIMON
 


Une affiche en faveur de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, à Abidjan, le 11 avril 2017, six ans après son arrestation par les forces pro-Ouattara. SIA KAMBOU/AFP

En Côte d’Ivoire, alors que la question d’une libération conditionnelle de l’ex-président Laurent Gbagbo a été évoquée par la Cour pénale internationale (CPI) et que le président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro, n’a plus que les mots de pardon et de réconciliation à la bouche, Evariste Méambly milite pour une amnistie de l’ensemble des acteurs de la crise postélectorale de 2010-2011.

Président du groupe parlementaire « Agir pour le peuple » et du Conseil régional du Guémon, dans l’ouest du pays, ce député indépendant mais issu des rangs du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, qui fait partie de la coalition au pouvoir) a déposé une proposition de loi en ce sens devant l’Assemblée nationale. Le 24 juillet, il était à La Haye (Pays-Bas) pour informer Laurent Gbagbo et l’ancien chef des Jeunes patriotes, Charles Blé Goudé, de sa démarche.

LA SUITE APRÈS CETTE PUBLICITÉ

SUR LE MÊME SUJETGuillaume Soro demande pardon aux Ivoiriens ainsi qu’à son ancien adversaire, Laurent Gbagbo

Les derniers mois ont été marqués en Côte d’Ivoire par des mutineries, des tensions sociales, des difficultés économiques dues à la chute des cours du cacao. Comment jugez-vous la situation actuelle ?

Evariste Méambly La Côte d’Ivoire a toujours su retomber sur ses pieds. Les mutineries se sont soldées par des arrangements. J’ai l’impression que la situation est gérée au mieux. Les Nations unies disent que la situation est stable malgré les vicissitudes du moment. Il y a cependant encore du travail et la Côte d’Ivoire n’a pas fini de régler ses problèmes que sont la cohésion, la sécurité des biens et des personnes.

Pourquoi avez-vous déposé cette proposition de loi d’amnistie devant l’Assemblée nationale ?

J’ai fait le constat que la Côte d’Ivoire est sortie d’une crise politico-militaire mais que notre pays a un problème de cohésion et de réconciliation. C’est pour cela que le groupe « Agir pour le peuple » a déposé, le 1er avril, cette proposition de loi au secrétariat du président de l’Assemblée nationale. Celle-ci a pour vocation d’œuvrer à la réconciliation véritable des Ivoiriens, de renforcer la démocratie, de promouvoir le vivre-ensemble, de déboucher sur la libération de tous les prisonniers politiques et le retour de tous les exilés au Ghana, au Bénin ou au Togo, et enfin sur la libération de l’ancien président Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé.

Mais Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont jugés devant la CPI, leur libération ne dépend donc pas de l’Etat ivoirien…

C’est vrai, mais c’est un processus. Le président Ouattara est dans une logique de réconciliation. Il a créé une Commission Vérité et Réconciliation qui n’est pas allée jusqu’au bout de son travail. Puis il a mis en place une Commission nationale d’enquête qui lui a remis ses conclusions en août 2012. Nous savons qu’il y a eu 3 248 tués durant la crise, dont 1 452 morts occasionnées par les forces pro-Gbagbo et 747 par les FRCI [Forces républicaines de Côte d’Ivoire, qui soutenaient Alassane Ouattara]. Il y a eu des morts dans les deux camps.

SUR LE MÊME SUJETLes juges de la CPI devront réexaminer la demande de libération de Laurent Gbagbo

Si l’on avait appliqué la justice, les enquêtes pour lesquelles le contribuable ivoirien a payé des milliards auraient dû nous permettre de savoir qui a tué dans le camp de Guillaume Soro et d’Alassane Ouattara. Malheureusement, ces enquêtes se sont limitées à un seul camp, celui des pro-Gbagbo. Pour nous, la justice n’est pas allée jusqu’au bout et c’est pour cela que nous proposons une amnistie qui permettra d’aller à une justice transitionnelle. Cette proposition d’amnistie concerne les deux camps et je suis sûr qu’elle permettra de régler définitivement le problème de la Côte d’Ivoire.

Plutôt que de juger les criminels présumés du camp Ouattara, vous pensez qu’il est préférable d’amnistier ceux du camp Gbagbo ?

Depuis six ans, pourquoi n’y a t-il pas eu de justice équitable permettant de juger les deux camps ? Parce que cela n’a pas été possible. La justice a un gros problème en Côte d’Ivoire, elle ne juge qu’un seul camp. Donnez-moi le nom d’un pro-Ouattara interpellé puis mis dans une prison ivoirienne ou à la CPI ! Le président a nommé deux commissions, mais celles-ci ne sont pas allées jusqu’au bout de leur travail. Comme elles se sont montrées incapables d’accomplir leur mission, nous, députés, selon nos prérogatives, faisons donc cette proposition d’amnistie générale.

Vous avez rencontré l’ancien président Gbagbo et l’ancien ministre Blé Goudé aux Pays-Bas. Que pensent-ils de votre initiative ?

Ils sont d’accord à 1 000 % avec moi. Ce sont des acteurs, et non des moindres, de ce pays qui sont à la CPI. Leur emprisonnement n’est pas leur principal problème. Blé Goudé a laissé la Côte d’Ivoire depuis trois ans, Gbagbo depuis six ans, mais ils veulent trouver un mécanisme pour que les Ivoiriens qui les ont soutenus soient libérés, pour que leurs comptes soient dégelés et qu’ils prennent part à la construction effective de la Côte d’Ivoire. Telle est la préoccupation de Gbagbo et de Blé Goudé, et c’est pour ça qu’ils me soutiennent totalement.

SUR LE MÊME SUJETEn Côte d’Ivoire, divorce consommé au sein de la coalition présidentielle

C’est grâce à une amnistie qu’on arrivera à convaincre les exilés de rentrer. Bien sûr que cela ne permettra pas la libération de Gbagbo et de Blé Goudé, mais si la paix est totale, nous pourrons demander au Conseil de sécurité de l’ONU de faire une résolution spéciale permettant à nos deux Ivoiriens qui croupissent à La Haye de revenir. Alors les présidents Ouattara, Bédié et Gbagbo pourront aller se repentir sur la tombe d’Houphouët-Boigny. Il faut que les trois hommes règlent leurs problèmes ensemble et les Ivoiriens les applaudiront. Toutes tendances confondues, les Ivoiriens sont prêts à la réconciliation.

Une amnistie ne consacrerait-elle pas l’impunité de ceux qui ont versé le sang ?

Le président Gbagbo a effectué deux amnisties pour le camp Soro, qui était le chef de la rébellion. Cependant, celles-ci n’ont pas été suivies d’indemnisation, ce n’était que des amnisties politiques. Nous, nous avons proposé une indemnisation des victimes de la guerre, en contrepartie de l’amnistie des bourreaux. C’est ma priorité pour soulager mes parents dans l’Ouest, qui est la région la plus meurtrie.

Les populations de l’ouest du pays n’attendent-elles pas que justice leur soit rendue ?

Bien sûr, elles sont inquiètes. Il faut savoir que ce sont surtout nos parents de l’Ouest qui sont en exil. Nous avons fait des enquêtes qui disent que 94 % de nos populations veulent la réconciliation et 64 % veulent l’amnistie et l’indemnisation. Cela nous a encouragés à déposer notre proposition. On aurait pu faire une proposition de loi sur la justice équitable afin de faire arrêter les bourreaux, mais ce que nous voulons, c’est aller de l’avant et permettre la libération de Blé Goudé et de Gbagbo. Ainsi nous pourrons avoir un véritable dialogue ivoiro-ivoirien.

Par CYRIL BENSIMON

Publié À 16h41

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

Les Filles de Saïoua au Palais de Congrès de Montreuil (France) le samedi 16 décembre 2017