Interview-vérité/Sam l’Africain (pdt Nacip): «Ce qui me lie à Gbagbo est fort !»

Avec le franc-parler qu’on lui connait, le très «Gbagbophile» Sam l’Africain assène ses vérités au pouvoir Rdr dans cette interview qu’il nous a accordée. Il lève le voile sur ses rapports avec le Fpi, et demande à Alassane Ouattara de rendre visite au Président Gbagbo à La Haye au nom de la paix en Côte d’Ivoire.

Jeudi 6 Février 2014 - 04:00


Monsieur Sam l’Africain, avez-vous les dernières nouvelles de votre ami le Président Laurent Gbagbo ?

Oui, nous avons les nouvelles de notre président, de notre papa tous les jours. Nous avons des contacts à La Haye qui nous donnent de ses nouvelles. Il se porte très bien. Il nous demande de tenir bon, d’être forts et mobilisés! Pensez-vous lui rendre visite à la Haye avant sa libération attendue par toute la Côte d’Ivoire ? C’est un projet que je mûris depuis longtemps, aller lui dire: «Président, tenez bon car vous n’êtes pas seul, toute la Côte d’Ivoire démocratique et républicaine est avec vous !»

Croyez-vous qu’il va triompher du mensonge et du complot international ourdis contre lui pour revenir dans son pays ?

Vous savez, moi Sam l’Africain je suis croyant, je crois en Dieu ; et tout ce que Dieu fait est bon. Donc, si Dieu le veut, je dis bien si Dieu le veut, parce qu’il est le père du miracle, s’il trouve que le Président Gbagbo est allé à la Haye pour des raisons qui vont le grandir ainsi que les Ivoiriens, il va sortir de cette prison la tête haute.

Après la chute du pouvoir Gbagbo d’aucuns ont cru que votre combat allait s’arrêter. Mais vous êtes toujours actif, pourquoi ?

Les gens se trompent ! Mon combat ne peut s’arrêter après la chute de mon papa, parce que sinon, je suis un fils indi- gne. Je suis dans l’arène où m’a laissé le Président Gbagbo ; il va m’y retrouver bientôt. Nous sommes nombreux. C’est notre guide et notre professeur. Nous croyons que le combat qu’il mène et pour lequel il est injustement incarcéré à la Haye est noble. Comment ne doit-on pas le soutenir pendant qu’il est en prison ?

Quelles sont vos rapports avec la direction du Fpi, le parti de Laurent Gbagbo ?

Ils sont excellents. Le Fpi et la Nouvelle alliance de Côte d’Ivoire pour la patrie (Nacip) sont deux partis frères qui entretiennent d’excellentes relations. A preuve, depuis l’arrestation du président Gbagbo jusqu’à ce jour je suis toujours avec eux. Je suis parmi  les rares restés vraiment fidèles au Président Gbagbo ainsi qu’au Fpi. Le président Affi et moi sommes des frères, des disciples de Laurent Gbagbo !

 Est-ce à dire qu’il y a des personnes qui ont tourné casaque ?

L’adage dit que c’est dans le malheur que l’on connait ses amis. C’est dans le malheur que vous pouvez connaitre celui ou celle qui vous est fidèle. Aujourd’hui, on voit ceux qui ont trahi le Président Gbagbo. On n’a même pas besoin de faire un effort pour les connaître. Je ne citerai pas de nom, les Ivoiriens ne sont pas aveugles.

La Nacip fait partie de la nouvelle coalition des partis de l’opposition pilotée par le Fpi, alors que vous n’étiez pas membre du Cdp, pourquoi ?

Je n’ai pas fait partie du Cdp parce que j’ai estimé que cela n’avait pas de sens. Sinon j’ai été appelé par des amis d’un parti frère pour aller à Grand- Bassam. Mais je leur ai dit que ça n’avait pas de sens. Aujourd’hui, l’actualité politique nationale me donne raison. Le gouvernement s’est rendu compte que le Cpd est un groupe qui n’est pas crédible sans le Fpi qui s’en est retiré pour discuter directement avec le gouvernement. Ce qui a d’ailleurs démontré que le seul parti qui compte dans l’opposition en Côte d’Ivoire c’est le parti de Laurent Gbagbo. Nous avons rejoint le Fpi parce que c’est une coalition qui sera forte. Elle va compter et sera déterminante pour la suite des choses. Il n’y aura pas de trahison au bout du compte. Nous nous connaissons plus ou moins, c’est La majorité présidentielle (Lmp) créée par Laurent Gbagbo qui revient sous une autre forme, après la violente crise que nous avons traversée au cours de laquelle beaucoup comme moi qui ne sont pas morts ont tout perdu.

Si vous avez tout perdu pourquoi êtes-vous restés pro Gbagbo pendant que d’autres changeaient de camp ?

Gbagbo est dans la vérité. Il mène un bon combat. Ce n’est pas parce que j’ai tout perdu que je vais retourner ma veste du jour au lendemain. Lui- même Gbagbo a perdu plus que moi, mais est-ce pour autant qu’il s’est renié ? Quand on a été heureux avec quelqu’un, il faut pouvoir partager ses malheurs aussi. C’est pourquoi, je ne regrette pas d’être Gbagboïste, car depuis l’âge de 11 ans, j’ai toujours rêvé de combattre pour la dignité africaine, pour le respect du Noir en général. J’ai mal quand je vois ce qui se passe en Afrique !

Le Fpi appelle de tous ses vœux le pouvoir à organiser les Etats généraux de la république pour aplanir un certain nombre de difficultés qui pourraient impacter négativement les élections à venir. Croyez-vous que le pouvoir va céder ?

 Il appartient à l’opposition d’a- mener le pouvoir à reconsidérer sa position. Et c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous devons nous resserrer les coudes autour du Fpi. Ensemble, nous y parviendrons avec les armes que nous offre la démocratie. Car la Nacip est un parti pacifique qui croit que l’on peut changer les choses en usant des moyens démocratiques.

Sans trahir le secret de vos rencontres avec le Fpi, y a- t-il des formations politiques qui ne semblent pas épouser sa vision ?

Je ne peux pas répondre à la place des autres. Sachez seulement que la Nacip sera toujours aux côtés du Fpi aujourd’hui et demain pour la reconquête des libertés publiques. Nous irons jusqu’au bout ! Car qui dit la Nacip dit le Fpi ; qui dit le Fpi dit le Président Gbagbo et qui dit le Président Gbagbo dit Sam l’Africain. Vous savez, il y a un combat qui nous attend, c’est celui de la libération de tous nos amis en prison, le retour de ceux qui sont en exil et la libération des biens occupés. J’ai tenu une série de conférences de presse pour demander au Président Ouattara de libérer ces gens-là. Leurs parents ont besoin d’eux.
 
Comment Sam l’Africain voit son pays aujourd’hui ?

 Vous savez, Dieu ne fait rien pour rien. Si Gbagbo était au pouvoir et que vous alliez au Nord dire aux populations : «le président Gbagbo vous envoie un kilogramme d’or pur par village», les gens vous auraient répondu: «si c’était Alassane Ouattara il nous aurait envoyé deux kilogrammes par village.» Aujourd’hui, chacun de nous juge sur la base de ce qui a été dit, mis en face de ce qui est en train de se faire. Je ne vous apprends rien.

 Peut-on avoir une idée de l’implantation de votre parti sur le territoire national ?

Depuis le 8 février 2008, date de notre naissance, nous avons sillonné toute la Côte d’Ivoire au temps du Président Gbagbo pour sensibiliser les Ivoiriens et leur apporter le message de vérité. Nous sommes implantés à Korhogo, à Kong chez le Président Ouattara, Ferkessédougou, Séguéla, Mankono, Zuénoula, Gohitafla, etc. C’est la crise qui a ramolli nos militants mais nous sommes à une phase de réactivation de nos bases. Et bientôt vous aurez de nos nouvelles. Si les conditions d’élections démocratiques, transparentes et ouvertes sont remplies, il est possible que nous y prenions part, mais en accord avec nos alliés.

Pourquoi n’avez-vous pas pris part aux dernières élections locales ?

Vous le savez-vous vous-même, c’était comme dans le parti unique. C’était une parodie d’élection qui avait pour but de crédibiliser un régime.    

Vos vœux de nouvel an ?

Que la Côte d’Ivoire retrouve son unité. Pour une vraie réconciliation entre les Ivoiriens, le chef de l’Etat Alassane Ouattara doit aller à la Cpi. Il doit y aller voir son frère Laurent Gbagbo qui y est incarcéré pour que les deux se parlent entre frères. Cela va faire tomber la fièvre en Côte d’Ivoire. J’insiste, cela me tient à cœur, que le Président Ouattara rende visite cette année à son frère le Président Laurent Gbagbo à la Haye, pen- dant qu’il est encore temps ! C’est mon vœu le plus cher !

Interview réalisée par Barthélemy Téhin

Source: LG Infos N°653 DU MERCREDI 5 FÉVRIER 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !