Interview vérité-: Pour Gnamien Konan, l'UPCI reviendra au RHDP "Quand les poules auront des dents"

CIVOX.NET
Mardi 21 Février 2017 - 12:24


 

« C’est la réconciliation et la paix qui amèneront l’émergence »    

 

Ex-ministre limogé du gouvernement, ex-membre du Rassemblement des Houphouëistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), coalition politique au pouvoir dont il est mis à l'écart, le président de l'Upci, Gnamien Konan rompt le silence sur ses décon

venues avec ses ex-alliés et parle de son avenir politique. Entretien !

 

Votre parti, lors des dernières élections législatives, n’a pas présenté de candidats sur la liste du Rhdp, comme le souhaitaient les autres membres de l’alliance. Comment en est-on arrivé à cette situation ?

Personne ne nous a invité à fournir la liste de nos candidats afin de les inscrire sur une liste Rhdp. Par la suite, nous avons appris que les hommes forts du Rhdp ont décidé que chaque parti conserve sa position issue des élections législatives de 2011. Nous avons accepté d’appliquer cette règle pour l’élection présidentielle de 2015, mais nous demander deux fois de suite le même reniement, c’est quand même incroyable !

 

Comment avez-vous vécu votre départ du Gouvernement au cours de cette crise ?

Le plus normalement du monde, puisque personne ne m’a jamais dit que je resterais au gouvernement toute ma vie. Et d’ailleurs cela n’a jamais été mon ambition.

Aujourd’hui avec du recul, regrettez-vous d’avoir fait cavalier seul à ces élections législatives ?

Non aucun regret. Car la seule chose qui m’a toujours intéressé, c’est être Président. Je vous rappelle que c’est pour cette raison que je me suis fait débarquer de la Direction Générale des Douanes en 2008. Et à présent, je suis heureux à l’idée de poursuivre mon initiation au parlement.

Vous avez décidé de former un groupe parlementaire composé des députés Upci et Updci. Le divorce est-il consommé avec le Rhdp ?

Le Pdci et le Rdr forment déjà le couple parfait. Personnellement je leur souhaite de vivre heureux et d’avoir beaucoup d’enfants.

Y a-t-il eu des contacts entre vous et le directoire du Rhdp pour tenter de recoller les morceaux ?

Non aucun. Je vous prie de me croire, ils n’ont besoin de personne. Donc c’est à nous d’aller demander pardon.

Quel sera l’avenir de l’Upci au sein du Rhdp ?

Nous allons parcourir la Côte d’Ivoire pour exposer notre projet de société qui n’a rien à voir avec une politique assise sur l’aide, l’endettement, le tribalisme et la division. Et pour cela, l’Upci n’a pas besoin du sein du Rhdp.

La situation socio-politique a été marquée par la mutinerie militaire et la grève des fonctionnaires. Comment avez-vous vécu cette situation ?

Tristesse. Nous nous rendons compte qu’on a vraiment embarqué notre pays sur la méditerranée, avec la promesse d’un paradis qui n’existe nulle part.

On ne vous a pas senti durant cette période. Vous n’avez fait aucune déclaration. Qu’est-ce qui explique ce silence ?

On ne savait pas trop quoi dire. On fait croire aux gens que la Côte d’Ivoire est un pays qui sera bientôt émergent, qu’il est même déjà pré-émergent. Alors les gens exigent qu’on leur donne déjà ce qu’on leur a promis ou ce qu’on leur doit, en attendant les salaires de l’émergence. Ce régime est victime de ses propres turpitudes.

Les arriérés de primes ont été payées aux soldats. Était-ce la solution pour vous ?

Tant que le Gouvernement négligera la réconciliation, qu’il organisera des concours dans la Fonction publique à tour de bras pour se faire de l’argent de poche, qu’il multipliera les institutions au nom de je ne sais quelle paix, il ne sera jamais crédible pour négocier avec les syndicats.

Comment jugez-vous les nouvelles nominations opérées dans l’armée à la suite de cette série de mutineries ?

Je me demande si on veut la paix ou si on se prépare à une autre guerre. Je me rappelle même que certains ne voulaient plus de la vie militaire. Ils voulaient se retirer pour mener une vie plus paisible. Il faut tourner la page pour bâtir une autre Côte d’Ivoire de paix et de fraternité, loin des rancœurs. Les feux d’artifices, les routes et les péages ne ramèneront pas à notre pays sa seconde religion. C’est la réconciliation et la paix qui amèneront l’émergence et non le contraire.

 

Le front social est entré également en ébullition dans le mois de janvier, avec la grève des fonctionnaires. Quelle est votre appréciation de cette grève qui a paralysé l’administration publique pendant trois semaines, en tant qu’ancien ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative ?

Je serai toujours contre la grève dans les services sociaux tels que l’École et la Santé. Je serai toujours opposé à une masse salariale de plus 35% de nos ressources propres dans le budget de l’État. Mais c’est ensemble, avec une vision partagée, avec des sacrifices équitablement repartis que nous construirons notre pays et l’avenir de nos enfants. Mais quand on crée un Senat alors qu’on peut faire sans, quand on crée une Chambre des rois alors que nous avons déjà une Médiature et un Conseil économique et social, on ne sait pas à quoi ils servent et un gouvernement de près de 30 ministres et une Vice-présidence, alors qu’on se débrouille avec les syndicats. Mais nous parlons aussi parce que c’est notre pays et nous tenons à ne pas le perdre.

A quand le retour de l’Upci aux réunions du directoire ?

Comme en politique tout est possible, je dirais quand les poules auront des dents.

 

Source : Sercom Gnamien Konan




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




20 ANS DE MUSIQUE ES FILLES DE SAIOUA