Interview avec Armand Iré, auteur du livre "Côte d'Ivoire: Vote sanglant, douleurs d'exil": Comment il a sauvé Koné Katinan. Ce qu'il pense de Gbagbo, Ouattara, Bédié et Hamed Bakayoko...

La tragédie ivoirienne "débutant" dans la nuit du 19 septembre 2002 a fait coulé beaucoup d'encre et salive. Elle a suscité un foisonnement d'ouvrages la commentant, l'analysant et la jugeant selon différentes perspectives. Tout dépend du camp dans lequel on se situe. Chacun tentant d'établir ou du moins de rétablir, ce qu'il considère comme "sa part de vérité historique", s'exposant ainsi aux critiques des contemporains, témoins et acteurs de leur propre histoire. Dans ce foisonnement d'ouvrages, l’œuvre d'Armand Iré, journaliste et écrivain, sans doute, ne passera pas inaperçue. "Côte d'Ivoire: Vote sanglant, douleurs d'exil", tel est le titre de son livre à la fois témoignage, réquisitoire, révélation et plaidoyer, qui sera officiellement présenté au grand public ce dimanche 9 février à Paris. Civox.net est allé à la rencontre de l'auteur pour s'entretenir avec lui sur son œuvre et la cérémonie dédiée à sa présentation officielle. Dans cet entretien, l'auteur nous introduit dans son œuvre, laissant au lecteur le soin de la comprendre par lui-même en l'explorant intégralement. Interview.

Mercredi 5 Février 2014 - 03:00


Armand Iré, auteur du livre "Côte d'Ivoire: Vote sanglant, douleurs d'exil"
Armand Iré, auteur du livre "Côte d'Ivoire: Vote sanglant, douleurs d'exil"
Civox: Bonjour  Armand Iré, Alias Marc Blanchard K. Vous êtes l'auteur du livre "Côte d'Ivoire: Vote sanglant, douleurs d'exil", paru chez l'harmattan. La  présentation officielle et sa  dédicace auront lieu le 9 février prochain à Paris. Pouvons-nous savoir ce qui a motivé l'écriture de ce livre?

Armand Irié: Bonjour à Civox, à tous les défenseurs de la cause africaine et à tous les résistants ivoiriens. En l'entame de cet entretien je ne puis m’empêcher de penser au plus célèbre prisonnier de la communauté internationale SEM Laurent GBAGBO.
La motivation première est de témoigner en tant que témoin oculaire du drame que continue de vivre mon pays. La deuxième est de "laisser des traces" comme nous l'a demandé le président élu de la république de Cote d'Ivoire, aujourd'hui emprisonné.

Civox:  Dans votre livre, vous faites le récit de votre première arrestation au Cameroun, suite à un quiproquo. La DST Camerounaise vous a pris pour le Porte- parole du président Gbagbo, le Ministre Justin Koné Katinan, qui était présent au Cameroun, le jour même de votre arrestation, pour prendre part à la cérémonie de dédicace du livre intitulé "Côte d'Ivoire, le coup d'Etat",   du journaliste écrivain, Charles Onana. Pendant que la DST camerounaise s'acharnait sur vous, ne vous est-il pas venu à l'esprit de livrer Koné  Katinan, étant donné que vous saviez le lieu où il se trouvait? Pourquoi l'avez-vous protégé, au risque même de votre liberté?

Armand irié: Je ne pouvais tuer la lutte, décapiter la résistance et anéantir un tant soi-peu notre combat en livrant celui qui en ce moment portait tous nos espoirs. Le FPI étant décapité par la barbarie du régime d'Abidjan, le ministre Justin Koné Katinan était un maillon essentiel dans le dispositif mis en place pour combattre l'imposture d'Allassane Dramane Ouattara et de ses parrains. Le livrer c'était moi-même me détruire et rejeter toutes les valeurs qui sont les miennes et qui ont d'ailleurs occasionné mon départ en  exil après l'aboutissement de l'un des plus longs coups d'état de l'histoire de l'humanité.

Civox: Votre livre n'est pas que le récit de votre parcours de combattant en exil. Il est aussi l'expression de votre point de vue sur l'histoire récente de la Côte d'Ivoire avec ses crises sans fin. Ainsi vous fustigez ce que vous appelez les bavardages de Laurent Gbagbo, notamment son slogan "Asseyons-nous et discutons" (p118). L'accusez-vous d'avoir mal géré la crise ivoirienne survenue le 19 septembre 2002 ?

Armand Irié: Des erreurs ont été commises. Nul n'est infaillible. Il a négocié avec les mauvaises personnes et il s'est fait entuber. Ceux qui soutenaient les rebelles étaient la CEDEAO, L'ONU et la France de droite, celle de Chirac et Sarkozy. C'est avec eux qu'il fallait discuter. Soro Guillaume, Ouattara et Bédié c'est du menu fretin, des bras séculiers hyper-parrainés. On a pas eu le courage de dénoncer au bon moment les actes déstabilisateurs de certains dirigeants de ce monde.

Civox: Ne craignez-vous pas d'attirer sur vous la foudre de ses sympathisants, quand vous comptez le président Laurent Gbagbo parmi les responsables de la tragédie ivoirienne, alors qu'il est considéré par comme la victime d'un complot international ?


Armand irié: Mais il est la victime d'un complot international!!! Nul ne peut le nier, en tout cas pas une personne ayant toute sa raison. Mais il a absolument sa part de responsabilité dans ce qui nous arrive. Son côté débonnaire et hyper-démocrate a assassiné la démocratie dans notre pays. L'instauration de la démocratie c'était l'unique combat de sa vie. Le seul qu'il a véritablement mené jusqu'à en sortir vainqueur en Avril 1990, date de la proclamation du multipartisme en Cote d'Ivoire. Mais à sa charge il a aussi participé à ce que j'appelle le poker-menteur ivoirien en s'acoquinant avec Allassane Dramane Ouattara dans le cadre d'un prétendu front républicain. Je lui reproche aussi d'avoir voulu, à la différence de Bédié, régler politiquement la question de la nationalité et de l'éligibilité de Ouattara en jouant avec la Constitution. Ouattara a fait du faux sur sa nationalité, il devait être traduit devant les juridictions compétentes pour répondre de cet acte. Il est inéligible et ce n'était pas à GBAGBO de le rendre extraordinairement  candidat.

Civox: Vous écrivez à la page 185 de votre livre: "Lorsque montent les douleurs atroces de l'exil, on perd toute raison et on maudit tout le monde y compris ceux de son propre camp politique". Est-ce ce qui explique vos critiques parfois acerbes contre le président Gbagbo dont vous êtes, malgré tout un partisan?

Armand Irié:  Non je n'ai pas de critiques acerbes contre Laurent GBAGBO. Je lui reproche simplement de ne pas avoir maté la rébellion. Pour le reste et je le dis dans mon livre il est celui que tous les ivoiriens attendaient à la tête du pays. Avec lui malgré la guerre nous avons vraiment avancé. Il a trouvé un pays en cessation de paiements , en proie aux coups de boutoirs de Ouattara et de ses amis tapis dans les sphères de décisions internationales qui voulaient forcement l'imposer. Grâce à une équipe de jeunes loups dynamiques et patriotes comme feu Bohoun Bouabré( Que Dieu l'accueille au paradis), Laurent GBAGBO a réussi à redresser le pays et reprendre langue avec les bailleurs de fonds.


Civox: Dans votre livre, vous n'hésitez pas à manifester votre sympathie pour Hamed Bakayoko qui pourtant n'a jamais cessé d'être le complice de tous les jours d'Alassane Ouattara que vous désignez par contre comme le principal responsable de la tragédie ivoirienne. Comment expliquez-vous ce paradoxe? Y a-t-il d'autres fins inavouées derrière votre discours laudatif en faveur d'Hamed Bakayoko ?

Armand Irié: Non aucun sous-entendu, Bakayoko n'est pas mon ami mais est plus intelligent que Soro Guillaume. Il a des discours circonstanciels qui prônent la réconciliation. Néanmoins il est le bras séculier d'un régime tyrannique et je ne peux le blairer. Cependant j'ai aimé le parcours de cet monsieur qui malgré tout est resté fidèle à son mentor et a fait la prison sous Bédié pour son accointance avec le bourreau des ivoiriens. Fidélité dans le bien ou dans le mal, c'est toujours important de compter sur ce genre de personnes. Des gens de convictions qui font le choix d'une cause et qui la défendent jusqu'au bout. Je préférè m’arrêter à coté de Bakayoko, plutôt que d’être vu en compagnie de Soro Guillaume, Allou Eugène ou André Louis Dakoury-Tabley.


Civox: Côte d'Ivoire, Vote sanglant, douleurs d'exil" est aussi un plaidoyer pour le peuple Wê. Selon vous, d'où viendra le salut des Wê et comment se fera t-il ?

Armand Irié: Qu'on nous redonne nos terres.


Civox: Vivez-vous mieux l'exil en France qu'au Cameroun ? A quelles conditions comptez-vous mettre fin à votre exil ?


Armand Irié: Qui vous a dit que je suis en exil en France(rire)? Je suis là juste pour mes soins.

Civox : Pour finir, pouvez-vous nous dire et quand et où aura lieu la présentation officielle de votre livre, et quel public y est attendu?

Armand Irié: La présentation officielle du livre aura lieu dimanche 9 février 2014 à partir de 13h à 19h à la Maison de l'Afrique au 5-7 de la rue basse des cames à Paris. Métro Maubert-Mutualité ligne 10. J'attends tout le monde pour des échanges francs et constructifs.

Interview réalisée par Zéka Togui

Interview avec Armand Iré, auteur du livre "Côte d'Ivoire: Vote sanglant, douleurs d'exil": Comment il a sauvé Koné Katinan. Ce qu'il pense de Gbagbo, Ouattara, Bédié et Hamed Bakayoko...




Tags : ArmanD Iré, exil

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !