Intervention militaire au Nord-Mali: Que la France de Hollande arrête sa comédie

Mardi 30 Avril 2013 - 07:23


Intervention militaire au Nord-Mali: Que la France de Hollande arrête sa comédie
A sa prise de pouvoir, le président Français, François HOLLANDE s’est rendu au Sénégal pour annoncer la fin de la France-Afrique là où son prédécesseur Nicolas SARKOZY a tenu un discours on ne peut plus gênant pour dire que l’Afrique n’est pas suffisamment rentrée dans l’histoire. Son slogan  :  «  Le changement, c’est maintenant  » avait donné beaucoup d’espoir aux peuples opprimés que sont les africains. Mais les observateurs avertis de la vie politique savaient que la pensée unique de ce monde détenue par les USA, la FRANCE et l’ANGLETERRE ne changerait pas.
        
Ces charognards que sont ces trois puissances qui trouvent leurs proies chez les êtres faibles ne sont pas prêtes comme le chien à changer leur façon de s’asseoir. Au lieu de promouvoir la démocratie, les droits de l’homme, la liberté, c’est plutôt la promotion de la rébellion et du terrorisme pour assouvir leur mégalomanie. A la place des coups d’Etat d’autrefois, les maîtres du monde ont inventé une nouvelle technique pour demeurer toujours les m’as-tu vu. Comme un rapace qui ne peut lâcher une proie bien charnue, ces maîtres se maintiennent dans des espaces dits souverains. C’est ainsi que la rébellion et le terrorisme ont le vent en poupe. Par ces deux armes subtilement maniées avec la complicité de l’ONU, ils font et défont les pays indépendants. A travers leurs propos, on voit le mensonge mais rien ne leur résiste lorsqu’ils déroulent leur machine à écraser. Le cas de la Côte-d’Ivoire est un exemple patent de ce monde à l’envers dirigé par des hommes sans foi ni loi. Un tissu de mensonges éhontés concocté par la France a donné de Laurent GBAGBO l’image détestable qui a servi la cause d’Alassane OUATTARA.

La France, gauche ou droite, pour rien au monde ne veut perdre sa part de gâteau, le Mali, reçue lors du partage de l’Afrique. Elle a découvert, dès les premières heures de la colonie, que sa part de gâteau contient une cerise à laquelle elle ne peut renoncer. La nécessité d’asseoir l’autorité française et l’urgence de l’exploitation du sous-sol malien face à la menace que constituait la présence de nouveaux prédateurs (Chine, Russie, USA) dans le secteur accélérèrent les choses et même amplifièrent l’ambition de la France. Mue par des intérêts impérialistes, la France rentre en laboratoire de fabrication de coups tordus pour monter son plan diabolique d’intervention au Mali. Craignant de perdre la poule aux œufs d’or, elle s’est vue en droit de défendre ses intérêts.

D’abord, elle fait prendre des français en otage par ses amis Djihadistes ou soi-disant islamistes radicaux. De vous à moi, ces islamistes radicaux sachant la puissance de frappe des occidentaux ne peuvent pas venir s’installer au Nord-Mali sans l’accord de ceux-ci, notamment de la France. C’est un deal (un arrangement). Au terme du coup monté de toute pièce, les chefs dits islamistes radicaux obtiennent des postes de responsabilité dans le pays en question ou perçoivent de fortes sommes d’argent. Toute cette manigance se fait avec la complicité de certains fils du pays.

Ensuite, le groupe islamiste fabriqué dans les officines occidentales est actionné pour commettre des exactions afin de toucher la sensibilité de la communauté dite internationale. Le coup est joué et la fameuse France des droits de l’homme rentre en jeu pour jouer son cinéma. Voilà le scénario mis en place par la France pour intervenir. Tout ceci est accompagné par des discours diplomatiques derrière lesquels se cache un mensonge politique. Les enfants désœuvrés manipulés se font passer pour des rebelles ou des terroristes. La France et ses alliés qui  se font passer pour des sauveurs se déchaînent sur ces enfants qui ne savent rien de tout ce complot et les tuent. Et pourtant la vie des otages français détenus au secret est toujours protégée. Par un tour de magie, quand la France aura obtenu ce qu’elle veut, ces otages sortiront indemnes. Comment comprendre que la France rentre en guerre contre les islamistes, elle les tue et ceux-ci préservent la vie des otages Français  ? Une question de bon sens. Tout cela fait sourire et pleurer. Pendant ce temps la communauté internationale applaudit et salue cette forfaiture au Nord-Mali. Par ses médias, elle trompe le monde entier comme quoi la France vient de stopper l’avancée des islamistes radicaux. C’est vraiment pitoyable d’user de subterfuge pour malmener et escroquer de pauvres gens.

Enfin, sans vergogne, le prétexte est tout trouvé pour s’implanter au Mali afin de procéder au pillage systématique des richesses. On entend dire  :  «  La France défend des valeurs. Elle n’a aucun intérêt économique et politique au Mali.  » Quel pays philanthrope  ! De quelles valeurs parle la France  ? Le vol, le mensonge, les tueries des africains  ? Si le ridicule pouvait tuer  ! «  La France restera au Mali le temps qu’il faudra.  », disent les autorités Françaises. Quelle générosité de la part de la France  ! Quel amour soudain pour les pauvres maliens  ! Que vaut la vie d’un nègre par rapport au bien-être des français  ! François HOLLANDE peut-il laisser le chômage atteindre son paroxysme et venir sauver un africain sachant que cela peut coûter son poste de président  ? La somme colossale dépensée au Mali aurait pu servir à juguler le chômage en France. Allez-y comprendre quelque chose. Rien n’est gratuit. Les européens ont leurs raisons personnelles et leurs stratégies dans l’intervention militaire au Mali. C’est dommage que les africains prêtent le flanc et demandent officiellement à la France de venir s’immiscer dans leur affaire propre. Où est donc la souveraineté tant chantée  ?

François HOLLANDE, l’homme aux multiples facettes, conduit la France dans un gouffre. Grisé par son semblant de succès au mali, il joue avec le feu en Syrie. Ses discours sont modérés selon les intérêts politiques, économiques de la France et quiconque s’oppose à ces intérêts est évincé et remplacé par un allié. La dictature reprochée aux dirigeants africains s’impose à lui car il a droit de vie et de mort sur les autres peuples. Que la France sache que sa comédie et sa duplicité ne dureront pas éternellement. Tout le mal qu’elle fait dans le monde ne restera pas impuni. On peut tromper le peuple une fois, deux fois mais pas tout le temps.

Sous des apparences généreuses et compatissantes aux intérêts du pays qu’elle a longtemps exploité, la France enferme le Mali dans une situation de dépendance à travers ses instruments de coopération aussi liberticide les uns les autres. Il ne faut pas se laisser berner par la gentillesse de la France en venant intervenir au Mali pour chasser des islamistes radicaux. C’est de la poudre aux yeux. Elle aurait pu intervenir en amont en empêchant ces soi-disant terroristes de s’installer. Un proverbe baoulé dit ceci  :  «  Le bébé qu’on doit porter et l’entourer de tous les soins, on ne le laisse pas se vautrer dans la boue avant de le soulever.  » Pourquoi laisser le puzzle se reconstituer avant de procéder à un mélange  ? Aujourd’hui, tout le monde sait que l’engagement militaire de la France au Nord-Mali ne doit rien au hasard. Le peuple malien ne doit pas se leurrer. L’intervention militaire de l’opération ‘’SERVAL’ ’de la France, seul pays européen, sans la coalition comme en Libye, dans la guerre du désert est une logique qui découle avant tout de calculs profondément influencés par le sous-sol gazier et minier à profusion.

Le drame auquel est confronté le Mali ne doit pas nous faire oublier l’essentiel  : acquérir notre indépendance vraie, obtenir tous les attributs de souveraineté. Ne nous laissons pas distraire par certains pays africains qui se laissent manipuler par la France. Voilà le Tchad qui subitement se trouve une vocation de venir libérer un autre pays africain du joug d’une rébellion. Souvenez-vous, le même Tchad d’Idriss DEBY était en proie à une rébellion. Il a fallu que le sieur DEBY signe des contrats juteux en faveur de la France avant que cette dernière ne vienne chasser les rebelles aux portes du palais. Amadou Toumani TOURE (ATT) n’a pas été un incapable. Il a été empêché par la France de chasser ses Djihadistes qui étaient un objet de chantage pour obtenir quelque chose de plus fort que lui. Un nationaliste de sa trempe ne pouvait pas céder. C’est ce qui a valu sa chute. En quoi une rébellion fabriquée et composée de gens sans grande formation militaire peut-elle mettre en déroute une armée régulière  ? Ne blâmons pas nos armées africaines.  «   L’esclave qui n’assume pas sa révolte ne mérite pas qu’on s’apitoie sur son sort. Seule la lutte libère  », disait quelqu’un. La rébellion et le terrorisme sont des nébuleuses qu’il faut chercher à démêler et à combattre. Tout cela n’est pas sérieux. Est-ce que le monde est sérieux  ? L’Afrique est malade  !

Vivement que l’organisation appelée BRICS composée du BRESIL, RUSSIE, INDE, CHINE, AFRIQUE du SUD voit le jour pour contrebalancer le bloc occidental. Pour l’heure, crions notre indignation face à la France  : trop c’est trop. Arrête ta comédie, ton cinéma. Tout le monde voit ton dos dans cette piscine contenant peu d’eau.
                                                                                                     
Gilbert KOUAME

  gilbertkouame@yahoo.fr  




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !