/Interpellation du FPI par le COJEP/ Zap Krasso: "Il est temps que le FPI fasse de l'arrestation de Blé Goudé sa préoccupation."

Le 27 avril dernier a eu lieu à Paris la cérémonie d'investiture de la nouvelle représentante du FPI en France, Hortense Adé Assalé. A l'occasion de cette investiture, plusieurs intervenants se sont succédé à la tribune. Au nombre de ceux-là se trouvait le Représentant du COJEP (Congrès pour la Justice et l'Egalité des Peuples) en France, Zap Krasso. Ce fut le lieu choisi par lui pour interpeller la direction du FPI (Front populaire ivoirien) sur sa froideur et son indifférence manifestes, consécutives à l'arrestation de Charles Blé Goudé, sans toutefois manquer de rendre hommage au parti de Laurent Gbagbo, et d'évoquer la nécessaire collaboration entre le COJEP et le FPI. Nous publions ici un large extrait de cette allocution.

Samedi 4 Mai 2013 - 01:50


/Interpellation du FPI par le COJEP/ Zap Krasso: "Il est temps que le FPI fasse de  l'arrestation de Blé Goudé sa préoccupation."
Chers camarades, vous êtes sans ignorer que la Côte d’Ivoire, notre pays traverse une crise socio-politique aussi longue que profonde, qui a été provoquée en 2002 et dont le point culminant se situe le 11 avril 2011, jour où cette crise dite post-électorale a pris des proportions humainement inimaginables par l'arrestation du président Laurent Gbagbo  mais aussi avec la mort et l'emprisonnement de milliers de ses collaborateurs. Beaucoup d'autres ont fui du pays et sont  tenus en exil forcé tout comme Charles Blé Goudé détenu en un lieu inconnu. Ses principaux collaborateurs dont les camarades Martial Yavo, Youan Bi Angenor et tout récemment Patrice Konan dit Dr Saraka eux aussi arrêtés. Une justice des vainqueurs, leur est appliquée, renforcée par des conditions de détention totalement injustifiée et opaque. Même la CPI où est emprisonné le Président Laurent GBAGBO ne peut en aucune façon justifier sa détention. Elle s’appuie sur des allégations fallacieuses, voire politiciennes, pour tordre le cou au droit.

A l'évidence, s’écarter de la ligne dictée aux gouvernants africains, faire des choix politiques répondant aux aspirations de nos peuples, aspirer à l’indépendance réelle représentent un acte de défiance pour la communauté internationale occidentale qui est hostile à toute émancipation de nos peuples. Le 11 avril 2011 nous a montré le vrai visage de la communauté dite internationale. Elle est cruelle et sans pitié, injuste et prête à tout pour maintenir sa puissance et sa prédation sur nos biens et nos droits les plus élémentaires.

Durant cette période d’exercice difficile,  le cojep a fidèlement servi le FPI et le Président Laurent Gbagbo. Il a apporté son appui sans faille à sa politique en mobilisant la jeunesse en sa faveur pour défendre la patrie contre les assauts et les tentatives de déstabilisation.
Il y a donc eu une synergie entre le FPI et le cojep, qui a permis de freiner pendant 10 ans la chute programmée du Président Laurent Gbagbo. Mais la communauté internationale par son coup d'état du 11 avril 2011 a décapité à la fois le FPI et le COJEP. Elle a brisé à la fois le peuple ivoirien et sa jeunesse.

Chers camarades, c’est à ce titre, d’abord, que nous saluons votre courage et votre détermination à combattre l’injustice malgré le fusil sur la tempe en Côte d’Ivoire. Grâce à vous, le FPI qu'on tentait d'effacer de la scène politique ivoirienne, acculé par le pouvoir, a été recomposé. Grâce à votre combat, conjugué avec celui de la diaspora, des portes commencent à s'ouvrir pour nous écouter ou pour faire valoir notre version des faits : les rapports des ONG en témoignent.

Chers camarades, l’investiture de Mme Hortense Adé Assalé est donc un prolongement logique de la restructuration du FPI. Elle prend aujourd'hui la succession de Brigitte Kuyo. Je dirais qu’une belle dame succède à autre belle dame. Je la salue .  Mais je salue aussi Brigitte Kuyo. Elle a porté haut les couleurs du FPI en France pendant 10 ans et demi. Avec elle et à nos côtés, le FPI a mené vaillamment les campagnes électorales de 2000 et de 2010. C’est une brave femme qui a beaucoup donné. Elle mérite cette reconnaissance de notre part.

Quels sont donc les enjeux de cette investiture pour nous membres du cojep? Que comptons–nous faire en synergie avec cette représentation?

Eh bien, dans cette crise, toutes les organisations proches du Président Laurent Gbagbo ont besoin de se rapprocher, de travailler ensemble, afin de constituer une force de combat pour défendre leur  image et être efficaces.
Le cojep–France par ma voix, s’engage donc à soutenir le FPI France, émanation du parti auquel il a toujours été attaché. Cette investiture est essentielle pour nous. Il lui accorde son appui sur tous les plans afin qu’il continue à être le parti catalyseur de l’action de défense et de restauration de la démocratie et des droits de l’homme en Côte d’Ivoire. A ce titre, le cojep-France se rapprochera davantage du FPI-France afin de définir avec cette entité, un plan d’actions pour réaliser les objectifs communs précédemment définis, d’un commun accord.

Chers camarades. Avant de terminer, nous voudrions faire remarquer la froideur  que manifeste le FPI face au cas d'arrestation de Charles Blé Goudé. Président du Cojep. Cette attitude nous semble être regrettable. Le FPI penserait-il comme certains le disent que le «Général» a conclu un «deal» avec le pouvoir d’Abidjan? Nous n’oserions pas le croire. Charles Blé Goudé ne peut pas trahir son pays pour lequel il a tant lutté. Il ne peut pas non plus trahir tous ces jeunes qui ont répondu à ses appels pour sauver la patrie, qui ont été en grande partie décimés pendant la crise post-électorale pour les uns et pourchassés, arrêtés et emprisonnés pour les autres. Disons-le  ,  s’il y a eu un deal, c’est sans doute avec son histoire ou avec son destin. Celui qu'il a tracé avec son père. Puisque Charles Blé Goudé et Laurent Gbagbo ont destins liés.  Il est donc temps que le FPI fasse de son arrestation une préoccupation.
Chers camarades, ces dernières phrases sont celles du cojep  ; mouvement politique engagé résolument aux côtés du FPI, parti frère. Ce sont des paroles interpellatives. Ce sont des complaintes et non des récriminations. Ces paroles voudraient solder une situation de confusion et d’ambiguïté voulue et entretenue volontairement par le pouvoir de Ouattara en faisant de l'arrestation et de la détention de de Charles Blé Goudé un mystère. Elles sonnent enfin comme un appel à l'union et à la solidarité. Voici le sens que nous en donnons.
                          
                                     Je vous remercie.

                              Discours de  Zap Krasso
                      Représentant du COJEP en France




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !