Insuffisance d’équipement dans le septentrion ivoirien: Qui a mis le nord en retard ?

Mardi 9 Juillet 2013 - 17:46


La rébellion du nord ivoirien, une des causes de son retard socio-économique
La rébellion du nord ivoirien, une des causes de son retard socio-économique
Le débat sur le retard de la partie septentrionale de la Côte d’Ivoire vieux de plusieurs dizaines d’années est de nouveau au devant de la scène avec la visite d’Alassane Ouattara dans le district des Savanes (Korhogo, Ferkessédougou, Boundiali). «Le retard qu’a accusé le nord est inacceptable (…). Je vais multiplier par deux ce qui a été fait en 2 ans» . Ce sont là les propos d’Alassane Ouattara rapportés par le quotidien pro- Rhdp (la coalition de partis politiques houphouetistes à laquelle appartient le Rdr, le parti de Ouattara) Le Nouveau Réveil après le passage du chef de l’Etat dans les départements de Kouto et Tengrela, dans la région de Boundiali. D’accord avec Alassane Ouattara pour dire que le retard en infrastructures dans le nord de la Côte d’Ivoire est «inacceptable». Au passage, il est bon de faire remarquer que le nord de la Côte d’Ivoire n’est pas la seule partie de la Côte d’Ivoire à avoir un déficit en infrastructures. Pour revenir à notre sujet, si nous sommes d’accord avec l’avis donné par Alassane Ouattara, nous sommes surpris du non-dit accusateur qui va avec ce genre d’avis quand il s’agit du nord de la Côte d’Ivoire. Personne n’est naïf. Ouattara, quand il dit que le retard accusé par le nord est inacceptable, pointe un doigt accusateur vers son prédécesseur, Laurent Gbagbo. En effet, dans l’esprit des militants et autres sympathisants du Rdr, c’est Laurent Gbagbo qui est responsable du «sous- développement du nord de la Côte d’Ivoire». Ce qui nécessite une situation des responsabilités dans ce «sous-développement».

Qui sont les responsables du sous- équipement du nord ?

Nous pensons qu’il est trop facile pour des responsables politiques qui ont eu la responsabilité de diriger la Côte d’Ivoire d’accuser la plupart du temps en filigrane d’autres personnes du mal développement de cette partie de la Côte d’Ivoire. Alors question : qui sont les responsables du sous- développement du nord de la Côte d’Ivoire ? On sait que la Côte d’Ivoire, de 1960, année de son indépendance, jusqu’à 1993, a été dirigé par le Pdci- Rda. Ce parti était animé par tous ceux qui, aujourd’hui, sont les principaux partis du Rhdp (Pdci, Rdr, Udpci…). Après, le Pdci s’est disloqué et, de cette dislocation, est né le Rdr d’Alassane Ouattara et l’Udpci de feu Robert Gueï dont le successur est Mabri Toikeusse.

Le miracle économique n’a pas profité au nord

De façon précise, on note que le Pdci sous la Félix Houphouet-Boigny a dirigé la Côte d’Ivoire pendant 33 ans. Nous estimons que le sous-développement du nord commence là. Laurent Gbagbo n’était pas dans les gouvernements successifs, dont le dernier a été conduit par Alassane Ouattara. C’est pendant cette période qu’il y a eu le miracle économique ivoirien. Bizarrement, cette embellie économique n’a pas profité au nord. Pourtant, il a été dit que le nord a fortement soutenu Houphouet- Boigny et le Pdci. Alors, pourquoi n’a-t-il pas équipé le nord en infrastructures? Ou bien, ce sont les fils du nord, alors collaborateurs d’Houphouet-Boigny qui ont détourné les ressources destinées au nord pour son équipement ?

La pluie des milliards n’est pas tombée au nord

A la mort d’Houphouet- Boigny en 1993, c’est Henri Konan Bédié qui prit les rênes de la Côte d’Ivoire. Durant 6 ans, le phénix de Daoukro (c’est comme cela qu’on appelle Henri Konan Bédié) a gouverné le pays sous «une pluie de milliards». Le qualificatif vient de lui-même pour dire à ses détracteurs que la Côte d’Ivoire va bien économiquement sous sa houlette. Là encore, cette pluie n’est pas tombée sur le nord. Pourtant, c’est bien l’actuel parrain de Ouattara qui était au pouvoir. Curieux non ! A sa suite, c’est Robert Gueï, un autre houphouétiste dont le filleul s’appelle Mabri Toikeusse, qui a dirigé le pays pendant 10 mois après un coup d’Etat qui a débarqué Henri Konan Bédié. Nous n’avons pas souvenir que le nord ait profité de ce bref passage.

La rébellion armée qui a tout détruit et tout empêché

Le constat à faire, c’est que le passage des Houphouétistes à la tête de la Côte d’Ivoire a duré 39 ans et 10 mois. Pendant tout ce temps, le nord n’a rien eu comparativement aux autres régions de la Côte d’Ivoire, comme le suggère Alassane Ouattara. C’est après cette longue période que Laurent Gbagbo arrive. Il met en place les conseils généraux qui sont dotés de budgets pour impulser un développement local. Enfin, une stratégie de développement est mise en place. Chaque département du nord avait un budget pour construire des écoles, des centres de santé… A peine, les conseils généraux ont été mis en place (2002) qu’une rébellion armée surgit avec à sa tête Guillaume Soro. Elle occupe curieusement cette partie de la Côte d’Ivoire qui n’a bénéficié de rien, selon ses fils, pendant 39 ans et 10 mois. En outre, elle se met à détruire le peu d’infrastructures qu’il y avait dans cette partie de la Côte d’Ivoire. Les banques sont pillées, les bâtiments administratifs sont aussi pillés, puis occupés, le personnel de l’Etat chassé. Une régie est mise en place pour détourner les recettes de l’Etat. Ainsi, a-t-on assisté à des trafics de cacao, café, d’or, de coton… Les banques, durant cette période, ont naturellement fui cette zone dite «Centre-Nord-Ouest (Cno)» . Devant tous ces éléments, qui a alors mis le nord en retard ? «Les Houphouétistes et la rébellion armée essentiellement animée par les fils du nord», répond un observateur atten - tif de la scène politique ivoirienne.

Coulibaly Zié Oumar

Source: NotreVoie N°4462 du lundi 8 juillet 201 3





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !