Inscription sur la liste électorale: Comment régime organise la fraude massive

Mercredi 1 Juillet 2015 - 15:07


Le recensement lancé le 1er juin dernier prend fin normalement aujourd’hui, avec seulement moins de 200
mille nouveaux électeurs ivoiriens enrôlés sur les trois millions attendus. Cette information été livrée à la presse en fin de semaine dernière par le vice-président de la Commission électorale indépendante (CEI), chargée d’organiser la présidentielle d’octobre, Gervais Coulibaly. Aussi pour atteindre les trois millions d’électeurs annoncés par la Commission Electorale indépendante (Cei) pour ainsi montrer à leurs partenaires que le processus s’est déroulé dans de bonnes conditions mais mieux, que les Ivoiriens ont souscrit massivement à l’opération, des dispostions ont-elles été prises.
D’abord par le chef de l’Etat Alassane Ouattara qui a estimé que les premiers chiffres enregistrés n’étaient pas « encourageants», et il fallait par conséquent redéployer plusieurs magistrats dans des localités pour délivrer le maximum de certificats de nationalité aux personnes qui n’en possédaient pas. Et pour cela, le gourvernement par l’intermédiaire de Ahmed Bakayoko a affirmé hier que l'opération allait être prorogée de deux semaines. Ensuite par les premiers magistrats de certianes cités qui ont préféré convoyer des milliers de personnes d’une commune à une autre afin de se faire enrôler. C’est le cas du maire de la commune du Plateau qui, selon certains témoignages a fait transporter de nombreuses personnes afin de se recenser moyennant la somme de 2000 Fcfa, dans un centre d’enrôlement. Malheureusement, certains n’ont pas perçu la totalité la somme à eux promise. Au lieu des 2000 Fcfa qu’ils leur avaient promis s’ils acceptaient de venir se faire recenser, certains jeunes n’ont reçu de leur convoyeur que 1000 Fcfa ce qui bien entendu les as irrités.
« C’est une foutaise ! Ils nous ont pris à Yopougon pour venir nous inscrire sur la liste électorale ici au Plateau. Il était convenu qu’on percevrait 2000 FCFA. Notre interlocuteur nous a expliqué que même si nous n’allons voter pour la présidentielle comme c’est mon cas, il
fallait nous faire recenser pour faire croire à l’opinion qu’il y a un engouement pour les élections. Arrivés ici, il nous propose 1000 FCFA. J’ai refusé et je rentre chez moi », a expliqué un requérant.
Cette fraude massive organisée en amont par le régime aura, à n’en point douter, des conséquences néfates sur la carte électorale. Elle ne profitera pas seulement à Ouattara lors des présidentielles parce qu’on sait que tous ceux qui se sont inscrits deux fois voteront effectivement doublement. Mais elle aura un impact sur les élections locales parce qu’en agissant ainsi, les maires des ladites localités préparent leur reélection en accroissant le nombre des électeurs. Signalons que le FPI qui récuse le président de la Commission électorale Youssouf Bakayoko parce qu'il est celui qui a envoyé
la guerre en Côte d’Ivoire a appelé au boycott de l’oppération.


Georgette Afi


Source : Aujourd’hui / N°920




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !