Inhumanité d’outre tombe

Samedi 23 Juin 2012 - 07:43


Inhumanité d’outre tombe
Le journal pro-gouvernemental Fraternité Matin s’est fait l’écho de la démarche des avocats de l’Etat ivoirien auprès de la Cour Pénal internationale pour contrebalancer l’accusation portée contre leur client pour torture et mauvais traitement du président Laurent Gbagbo lors de son incarcération à Korhogo. « Laurent Gbagbo n’a subi aucun traitement inhumain ni dégradant ni, a fortiori, n’a été soumis à la torture et tenant compte des circonstances particulières dans lesquelles le conflit à plonger le système judiciaire ivoirien, ses droits ont été respectés. » ont souligné Jean Pierre Mignard et Jean Paul Benoit les avocats qui se sont subitement réveillés le 18 juin dernier pour nier les récriminations portées par le président Gbagbo depuis sa première comparution devant la CPI le 05 décembre 2011 dernier. Pourquoi a-t-il fallu six mois à l’Etat de Alassane Ouattara pour réagir à une accusation de torture sur la personne d’un ancien chef d’Etat ? Cette question est bonne à retenir pour susciter la réflexion. Mais là n’est certainement pas la préoccupation de fond. Au jeu des révélations de dernières minutes pour étouffer la défense de Gbagbo, les avocats du régime de Ouattara peuvent jouer à leur guise. Sauf que pour cette accusation précise, il y a longtemps que le débat a quitté le champ des supputations malhonnêtes. La CPI elle-même, après des expertises médicales, a établi la véracité de ce que le président Laurent Gbagbo avait déjà dit avoir subi. Aussi sommes-nous fondés à dire que la démarche des avocats d’Alassane Ouattara est un acte désespéré pour deux raisons. Premièrement vont-ils récuser ou poursuivre la Cour Pénal Internationale pour diffamation ou mensonge ? Leur manque de confiance en cette cour les conduira-t-il à lui reprendre le dossier Gbagbo ? Mais pour quelle autre cour à l’abri de la justice des vainqueurs ? Deuxièmement, ces avocats vont-il se rendre à la Haye pour exposer à la Cour ce que signifie pour eux un traitement humain ? Parce qu’apparemment pour ces messieurs, pour que le président Laurent Gbagbo parle de traitement inhumain, il aurait fallu qu’il le dise d’outre tombe. Puisqu’il a eu la vie sauve, il ne peut prétendre avoir été maltraité. Tenez vous bien, ces avocats soulignent dans leur document déposé auprès de la CPI qu’Alassane Ouattara s’étant investi particulièrement pour que Gbagbo ait la vie sauve, il ne peut donc prétendre avoir été victime de traitements inhumains. Vous comprenez avec moi qu’il n’y a pas que les mercenaires dozos qu’on a recrutés dans des champs de Sorgho. Même les avocats assimilent traitement inhumain à un assassinat. Je me refuse de douter de la compétence et de l’intelligence de ces avocats mais voilà où nous conduit, dans l’absurdité, l’obstination à vouloir défendre l’indéfendable.

Joseph Marat





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !