In Memoriam: 22 avril 2012-22 avril 2013: Un an déjà que notre mère, grand-mère était rappellée à Dieu.

Lundi 22 Avril 2013 - 19:06


In Memoriam: 22 avril 2012-22 avril 2013: Un an déjà que notre mère, grand-mère était rappellée à Dieu.
Nous étions le Dimanche  22 avril, jour d’élections présidentielles en France. Les spéculations allaient bon train quant à l’issue des élections, cette consultation citoyenne qui intéressait beaucoup la communauté africaine de France pour diverses raisons. La grande interrogation qui subsistait était la suivante : la françafrique allait-elle  prendre  fin quand on sait les effets néfastes des interventions impérialistes en Libye et en Côte d’ivoire en flagrante violation du « droit international ». La veille, j’avais été couvrir une actualité pour le compte d’un site en ligne. Sur le chemin du retour, pendant que la voiture qui nous ramenait roulait à vive allure en empruntant l’autoroute, envahi  par une espèce de pulsion, j’ai manifesté auprès du camarade qui nous conduisait,  le désir de descendre en ouvrant à plusieurs reprises la portière arrière. Au même moment, sans savoir ce qui avait lieu en Côte d’ivoire, l’on me rapporta que,  la santé de ma mère s’était dégradée, et toute la nuit durant, elle avait été  prise de vives douleurs. Le dimanche 22 Avril durant le culte auquel j’assistais, pendant que le pasteur dirigeait la séance, je n’ai cessé de sangloter, quasiment durant quinze minutes, sans savoir que, en ce moment précis ma mère rendait l’âme à l’hôpital. Lorsque prit fin le culte,  je me dirigeai vers le pasteur pour demander une prière pour ma mère. Mais le coup de fil reçu de Londres de la part de mon petit-frère allait sonner comme une hécatombe, véritable cataclysme lorsque la nouvelle de la disparition de ma mère me fut annoncée.   En ces instants, vous êtes comme pris par des convulsions hystériques, mêlées d’hallucinations balbutiantes. Selon certaines théogonies, mourir est un revivre, au sens où l’esprit ayant atteint toute sa plénitude, va dans un ailleurs métaphysique, libéré du corps, lieu de passion et prison de l’âme, dans ce rapport dit « soma-sema ». En cette journée anniversaire, journée terrible pendant laquelle celle qui m’a donné la vie allait  rejoindre l’Hadès, ma famille et moi remercions toutes les personnes qui nous ont témoignés de leurs soutiens. Que le Royaume des cieux qu’elle a rejoint, notre démiurge Dieu le grand ordonnateur, lui accorde une place de choix à ses côtés en veillant sur elle pour le repos éternel de son âme.


Docteur Jonas Zadi




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !