Ils enterrent "cet appel insensé de Daoukro"

Lundi 12 Janvier 2015 - 01:41


Ouattara et Bédié
Ouattara et Bédié
ADIEU APPEL DE DAOUKRO

Le 18 décembre 2014 au siège du parti d'HOUPHOUET BOIGNY , il s'est produit une scène inédite pendant la réunion du bureau politique, du jamais vu depuis sa création. La violence s'invite à une réunion du Bureau Politique devant le président Henri Konan Bédié.

 L'esprit du président HOUPHOUET BOIGNY a été secoué. Il a subi une turbulence qui lui a donné le tournis dans son repos éternel à cause de son mauvais choix sur son successeur.

 Deux organes statutaires du PDCI RDA qui se voient impuissants devant cet état de fait. On doit tous se poser la question , qu'est ce qui arrive à notre parti, le socle de la côte d'ivoire moderne, éprise de dialogue et de paix? Nous interpelons le président Bédié , les membres du Bureau Politique, le conseil des sages et les 4 candidats de ne point perdre de vue ces valeurs cardinales qui fondent le parti.

Les faits récents sous la présidence du président HOUPHOUET BOIGNY  sur la double nationalité, quand le peuple lui a dit: "non" dans ce projet, il a reculé sans honte et n'a ainsi pas mis en péril, la cohésion sociale ni menacé les personnes qui étaient à la base de ce refus. Il n'y a eu ni arrestation, ni emprisonnement , pas plus devant le conseil de discipline ni autre mode de sanctions.

 Aujourd'hui il en est de même pour l'appel de Daoukro du président de notre parti, ignoblement contraire aux résolutions du dernier congrès qui nous donne notre souveraineté, aspirations profonde de tous les militantes et militants pour relever les défis auxquels est confrontée la Côte d'ivoire, la réconciliation nationale, la création d'emplois, l'émergence promise à la population etc... Le président de notre parti sait bien que le peuple n'adhère pas à son appel et que ses missionnaires lui mentent avec des fausses motions d'adhésion. Revenir sur sa décision serait plus que sage pour préserver la cohésion sociale et détendre l'atmosphère déjà trop délétère.

 Ouattara sait bien que le président du parti a pesé de tout son poids pour lui prouver son soutien mais le peuple n'en veut pas pour cause d'entrave et d'aliénation à la démocratie .Le peuple de Côte d'ivoire attend que le PDCI RDA relève tous les défis pour le développement harmonieux, comme la justice équitable , la démocratie participative, la bonne gouvernance , le respect des statuts, des textes , la constitution et même des institutions fortes qui sont des vecteurs essentiels. Il n'y'a donc pas de honte à cela , pas non plus de défiance à son égard car c'est l'ordre normal des choses pour les candidats conformément à ce qui a été décidé et arrêté par le 12ème congrès souverain. Le président lui même émane de ce 12ème congrès souverain , c'est pourquoi les ivoiriens dans leur ensemble ne comprennent pas ce rétropédalage , prenant ainsi à contre pieds les résolutions.

 La position de l'UPCI et du RDR sur l'alternance en 2020 que ces partis remettent en question , vient conforter la position des "anti-appel" de Daoukro. C'est une manière légitime donc un droit inaliénable d'un parti souverain comme le PDCI RDA à disposer de son destin donc permettre à ses cadres d'avoir des ambitions pour briguer la magistrature suprême, afin de relever les défis de société , pour faire avancer le pays comme  jadis sous le président Houphouet. Le pouvoir de Ouattara, n'a pas besoin des intellectuels pour bâtir le pays. Que signifient ces arrestations arbitraires des personnalités de l'opposition comme celles autour des candidats contre l'appel de Daoukro?   Pourquoi ce sont ces personnalités qui doivent être inquiétées?

 Que reproche-t-on aux cadres du FPI, qu'on ne reproche pas aux autres pour infliger autant d'opprobres à madame Gbagbo? pourquoi n' a t on pas fait de même pour monsieur Gbagbo et monsieur Blé Goudé ? De quelle politique des droits de l'homme on nous parle après le transfèrement de chacun des deux précités qui met encore en mal la cohésion sociale?

La paix n'est pas un vain mot mais un comportement, nous enseignait le président Houphouet Boigny dont ils se réclament.

Au fait,  si on choisissait Bédié lui même comme candidat du parti, malgré son appel , quelle serait la position de ceux qui sont en train de mettre en péril la cohésion sociale et donner le tournis au peuple? Nous jetons le pavée dans la mare dans la mesure où en  l'état actuel des choses,  Ouattara n'est pas éligible. En ce moment, tous les acteurs seront partants y compris le président Gbagbo à la Haye. Si tant est qu'on ne doit plus respecter notre loi fondamentale, cela vaut pour tous les ivoiriens qui nourrissent cette ambition de devenir président de la république.

 Mais pour se prendre au sérieux et donner une crédibilité à notre  patrie, il nous faut des institutions fortes et donc le respect de nos lois et textes que nous nous donnons librement à l'instar des grands pays de ce monde. Si nous voulons jouer dans la cour des grands dans cette mondialisation où on ne fait pas ce qu'on veut parce que la démocratie universelle s'impose.

 Prenons nous au sérieux pour que les autres ne nous regardent du haut. Pendant qu'en France, tout le monde entier se mobilise autour de 17 morts, en Côte d'Ivoire, des milliers de morts passent sous silence à cause de l'ignominie, de l'inculture politique du pouvoir.

 Donc au lieu d'aller à un congrès extraordinaire , il vaut mieux aller à la convention pour bénir notre candidat pour battre Ouattara au 1er tour de l'élection.

L'engagement de désigner un candidat , mieux un militant actif pour le PDCI RDA en 2015 est un processus irréversible et irrévocable.

 Il faut faire rentrer tous les exilés et libérer tous les prisonniers politiques et militaires pour aller à une réconciliation véritable et durable et à une élection apaisée.

Lorsque les présidents Obama et Hollande parlent du respect des constitutions en Afrique ce n'est pas seulement pour le tripatouillage qui permet de se maintenir au pouvoir , mais c'est pour tout le contenu de la loi fondamentale tel que le fait qu'on doit pas contraindre un ivoirien à l'exil est bien inscrit dans la constitution ivoirienne. Et pour aller à une élection équitable, Ouattara doit désarmer tous les miliciens et dozos  qui traumatisent la population ivoirienne

Rien ne valent la démocratie , la liberté d'expression. La menace pèse sur tous ceux qui veulent penser différemment, ils perdent la vie, de grade ou de poste. la violence verbale et physique ne sont pas des programmes de gouvernance.

 Il faut libérer les médias d'Etat pour permettre aux journalistes de créer des vrais débats d'idées que de faire de la propagande d'un gouvernement aux abois. Ouattara est un naufragé.

En Côte d'ivoire que les responsables politiques sachent désormais qu'il existe une génération d'objecteurs de conscience et qui dénoncera ces pratiques antidémocratiques. Voilà pourquoi, il ne faut pas avoir peur de les dénoncer afin qu'ils s'en aillent pour le bonheur et le développement de notre pays.

 Demeurons toujours la patrie de la vraie fraternité, en forgeant unis, nous serons plus forts pour triompher. Vive la Côte d'ivoire unie et fraternelle . Ne nous laissons plus nous abuser. Le temps de la démocratie est arrivé et l'heure de ta liberté a sonné , sortons du joug de la dictature . Depuis, 3 ans des Hommes croupissent dans les prisons sans être jugés

Notre  justice est à deux vitesses et qui s'invite dans les affaires des partis politiques. Elle a bloqué le congrès du FPI, mais elle va nous servir de jurisprudence . Jadis, les affaires des partis se réglaient par les organes à l'interne, aujourd'hui, elle nous dit qu'elle est compétente pour régler ces genres d'affaires , ceci nous permet de porter devant cette même juridiction une plainte contre le président Bédié et ses obligés qui rament à contre courant les résolutions du 12ème congrès.

 Nous venons de remettre entre les mains d'un collectif d'avocats commis à cet effet pour bloquer son fameux congrès extraordinaire de février prochain, pour mettre fin à cet appel insensé de Daoukro qui fait tant de dégâts collatéraux , mettant ainsi en danger, l'unité du PDCI RDA . Ils savent bien que c'est pas avec du vinaigre qu'on attrape les mouches, mais avec du miel. L'on n'a plus le droit de penser autrement aujourd'hui dans notre pays. C'est grave. Nous remercions Bédié et Ouattara Dramane de donner cette chance aux ivoiriens de faire l'unité dans un sursaut national , si c'était fait exprès, c'est une belle réussite pour nous de les chasser.

 On dit non, nous disons encore, non et non à cet appel qui nous plombe tous sauf un petit groupe de renards autour de maître corbeau nombriliste qui en profite avec leurs familles et maîtresses. Les nominations des membres du conseil économique et social sur 33% que Dramane Ouattara a concédé au PDCI RDA , le président Bédié a distribué ses postes à ses parents pour ensuite à ses obligés.

Au cours de  la réunion qui s'est tenue à la porte de la chapelle de la mission sur son fameux appel de Daoukro , parmi ses émissaires, dame Colette Koné a été très menaçante si ce n'est de l'insolence pour nous obliger à nous aligner sur leur ignoble butin politique, l'appel de Daoukro. Cet appel démobilise le grand PDCI RDA en France car sur environ 5000 militants actifs , nous n'étions que 45 présents, à peine l'effectif de deux délégations sur 8 en France.

 Bédié ayant porté son costume du pdci RDR en vue d'effacer les traces d'HOUPHOUET BOIGNY et ses grandioses œuvres dont le PDCI RDA en est le maître d'ouvrage, vu le mal qu'il fait aux cadres qui ne veulent pas être des suiveurs et qui subissent les pires humiliations comme les trois proches d'un candidat qui a commis pour seul Péché de suivre les résolutions du congrès pourtant souverain , au regard de l'invite de la violence au sein de notre parti, contraire à nos valeurs cardinales, vu les prémisses de ce qui va nous être servi dans son projet de pdci RDR , pourtant il pouvait légitimement choisir CNB RDR au lieu de tuer le PDCI RDA , nous demandons à tous les  militants qui aiment le Président HOUPHOUET BOIGNY et le PDCI RDA originel , de nous rejoindre pour dire à Bédié que ce n'est pas parce que l'éléphant est mort qu'il faut le dépecer avec un morceau de bambou.

Disons donc non à Bédié. S'il n'est plus capable ou n'est plus intéressé par la tâche, il y'a des cadres prêts à assumer cette charge, alors qu'il arrête de nous mépriser et nous frustrer comme il le fait. Vous savez bien que le mot irréductible ne concerne pas ceux qui veulent rester au PDCI RDA , cela dépend exclusivement de leur volonté, et pas sa vision qu'il veut imposer. Comment est ce que le cas de Blaise Compaoré très récent qui est physiquement présent sous leurs yeux ne sert pas de cas d'école. Bédié, si nous avons dit non hier, ce n'est pas aujourd'hui que nous changerons d'avis.

Adieu, appel de Daoukro, passons à la reconquête du pouvoir d'état par le PDCI RDA qui a ses cadres prêts au défi et que nous connaissons.
 Joël ETTIEN
Président de la Coordination du Renouveau du PDCI RDA France
Nestor KOFFI
Membre du bureau politique




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !