Il se nomme désormais: le “Kadahdouhou” de la politique ivoirienne ( l’adversaire imaginaire sans volonté propre.) par Koné Katinan

CIVOX.NET
Mercredi 28 Décembre 2016 - 06:41


Justin Koné Katinan
Justin Koné Katinan


Dans la culture Tagbana en Côte d’Ivoire,il existe une créature de l'imagination appelée Kadahdouhou que l'on fait participer aux jeux qui requièrent au moins deux joueurs. Il s'agit d'un être imaginaire sans volonté propre. De ce fait, il est l'adversaire privilégié de deux types de joueurs.
Soit un joueur est très nul  au point qu'il ne peut affronter le moindre adversaire dans un match, il fait alors  appel à Kadahdouhou  pour  jouer le rôle d'adversaire.
Soit un joueur s'ennuyant de la solitude décide d'engager une partie de jeu. N'ayant pas d'adversaire à ses côtés, il fait également appel à Kadahdouhou comme adversaire.
Dans l'un ou dans l'autre des deux cas, le  joueur  joue à la fois pour lui et pour son adversaire imaginaire qui est Kadahdouhou. Évidemment, Kadahdouhou, ne s'exprimant que par la volonté de son créateur qui est également son adversaire, est condamné à ne jamais gagner une partie de jeu. Donc Kadahdouhou perd toujours parce que le sort naturel de Kadahdouhou est de perdre. Kadahdouhou ne s'en plaint jamais puisqu'il est créé pour servir de faire valoir à son créateur.
En Côte d'Ivoire, dans l'arène politique, le pouvoir ivoirien s'est créé son Kadahdouhou. Le seul problème avec le Kadahdouhou ivoirien, il hurle, accuse et fulmine contre tout le monde quand il perd alors qu'il n'est qu'un Kadahdouhou, perdant universel par nature.
Demandez au Kadahdouhou ivoirien d'assumer seul son rôle de Kadahdouhou.

Justin Koné KATINAN
Tagbana de Niakara





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

Les Filles de Saïoua au Palais de Congrès de Montreuil (France) le samedi 16 décembre 2017