Hommage à mon frère Assou Bertin

Dimanche 21 Juin 2015 - 08:30


Assou Bertin
Assou Bertin
J’appréciais ton sens de la mesure et ton efficacité verbale. Tu m’avais contacté pour parler de la structure de la diaspora. Je m’étais déplacé de la province de France où je vivais encore pour te rencontrer à cet effet. Cette structure a vu le jour et tu en étais le principal animateur. Tes mobilisations ont préparé celles qui actuellement ont cours et agacent les prédateurs de la Côte d’ivoire. L’unification initiale de la diaspora souverainiste est ton œuvre. Pour ma part, avec d’autres amis, on avait choisi de faire des conférences dans les dispositifs purement français pour expliquer la situation qui prévalait en Côte d’ivoire. Et que la presse aux ordres de l’hexagone trafiquait déjà outrancièrement. Ce travail de proximité auprès des français de souche nous a valu la traque et le départ de ce pays. Parce qu’au fond, il est celui qui déstabilise rapidement et efficacement les dispositifs françafricains.
De là où je suis actuellement, j’ai vu ton image sur un site, et la nouvelle n’était pas bonne. J’aurais pu ne pas aller sur cette page internet. Si je l’ai fait c’est, j’en suis fondamentalement persuadé, parce que tu voulais me prévenir de ta définitive absence. Je ne pouvais donc  rester silencieux. Tu n’es plus là et tu ne seras plus jamais là. Et pourtant la lutte n’est pas terminée. Ta disparition m’énerve et me met en rogne contre nos dirigeants qui n’ont pu te mettre à la place que tu méritais grandement. J’ai une idée précise de tes possibilités, mais comme toutes les compétences de la diaspora, on ne t’a pas mis là où tu aurais pu donner beaucoup. Quel gâchis. Pour ma part, je m’en veux terriblement de ne t’avoir pas contacté ces dernières années. Ma volonté de m’isoler pour mieux porter l’estocade à l’ennemi commun, m’a éloigné de toi alors qu’aucun différend ne nous opposait. J’en suis fort meurtri, mais je suis convaincu que de là où le sort t’a brutalement conduit, tu sauras comme à ton habitude faire la part des choses. Et surtout protéger tous ceux qui comme toi sont engagés dans cette lutte décisive pour l’émancipation de notre pays. Que la terre ancestrale te soit légère, frère.



Dr Oyissé, Suisse
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !