Hommage à Madame Simone Ehivet Gbagbo

Samedi 9 Mars 2013 - 12:54


Hommage à Madame Simone Ehivet Gbagbo

Au nom des femmes ivoiriennes, nous rendons Hommage à une grande combattante de la liberté: Mme Simone EHIVET GBAGBO.
Les femmes ont marqué l'histoire de la Côte d’Ivoire. Certes, elles n'ont pas été mises en avant par les hommes politiques de notre pays, contrairement à la Guinée de Sékou Touré qui leur a fait une grande place dans son combat pour l’émancipation de la Guinée.
Malgré cette situation, les femmes ivoiriennes ont mené un combat d'émancipation fondamental pendant la période décoloniale et post-coloniale. Citons par exemple les braves femmes de Bassam conduites par Mme Marie GOLO Séry et celles de l'AFI (Association des Femmes Ivoiriennes) conduites par Mme Jeanne Gervais.
Côté opposition politique ivoirienne de l'époque, Mme Simone EHIVET GBAGBO fait partie de ces combattantes aux mains nues qui ont revendiqué un statut autonome pour la femme ivoirienne. Outre les qualités de mère, d'épouse (Mme Gbagbo) et d'intellectuelle (Dr en sociologie et professeure d'université), Mme Simone EHIVET GBAGBO s’est affirmée politiquement dans les milieux politiques du FPI et du syndicalisme ivoirien (SYNARES°, pétris d’intellectuels, de politiques et de syndicalistes aguerris.

Ainsi, elle a fait la politique dans le même camp que son époux, a gravi les marches du Parti dont elle est vice-Présidente, s'est battue sur le terrain au point de ravir la commune d'Abobo aux adversaires du FPI.
Par ailleurs, et cela est frais dans nos têtes, Mme Simone EHIVET GBAGBO a fait preuve d'un courage hors pair aux côtés de son époux pendant les bombardements du palais présidentiel, bombardements au terme desquels elle a été arrêtée et déportée dans les goulags du nord du pays, où elle survit, à l’instar d'autres détenus du même bord, sans statut de prisonnier, à la mercie de com’zones sans loi, ni morale.

Enfin, son combat pour l'émancipation de la femme ivoirienne s'affirme par la composition de son nom de jeune fille (comme dit le droit de l'état civil), EHIVET, qui retentit aux côtés de celui de son époux, GBAGBO.

A cette brave dame dont le caractère force l'admiration, nous rendons un véhément hommage que nous partageons aux autres femmes courageuses qui se battent pour la liberté de la Femme et son émancipation.

Vive nos mères, nos épouses et compagnes respectives, vive la Femme ivoirienne, vive la Femme.


Zogo Toussaint GOBA





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !