Guerres en Afrique, produit économique pour la France

Jeudi 19 Décembre 2013 - 07:39


Soldats français en Centrafique
Soldats français en Centrafique
Je m’insurge contre la France. La France par-ci, la France par-là. La grande France, pays des droits de l’homme. Vous dites pays des droits de l’homme  ! Mon œil  ! La gauche comme la droite, elles sont toutes pareilles ces différentes classes politiques. Ces dernières sont heureuses lorsque l’Afrique est en feux et en flammes, quand l’Afrique est en guerre. D’ailleurs, des guerres créées de toute pièce par la France. Personne ne peut le nier, sauf tous ceux qui tirent de gros bénéfices dans cette entreprise française.
Pourquoi tant d’hypocrisie de la part de ce pays qui a eu besoin de l’Afrique pour se libérer  du joug de l’Allemagne pendant la 1ère  et la 2è guerre mondiales  ? Quel plaisir tire la France en voyant des femmes et des enfants massacrés par des hommes armés par elle  ? La France et autres constituent la catégorie de pays européens qui, mue par des intérêts impérialistes, exerce une pression et se lancent à l’assaut des espaces africains pour piller les richesses après avoir manipulé certains africains avides de notoriété et d’argent. L’Afrique, à l’image d’un énorme gâteau, a été découpée de l’extérieur par des nations avides d’expansion colonialiste. La France, n’ayant pas appris à pêcher, ne peut vivre sans l’Afrique. Et pour mieux vivre, elle est obligée d’être une nation vénale prête à détruire pour se faire une renommée. Ainsi, elle affame les pays africains, aiguise l’appétit et la soif de certains de ses leaders. Et hop, la radio propagandiste, RFI se met en branle pour préparer les esprits aux différentes crises que la France s’apprête à mettre en place. On entendra dire, c’est une crise entre les ethnies, entre chrétiens et musulmans, entre le nord et le sud. Si l’un de ces paramètres de crises cité ne marche pas, alors le mot fétiche sort  : c’est du terrorisme.
 Une fois la guerre déclarée dans un pays africain, la France est la première à se positionner sous le prétexte fallacieux de venir en aide aux populations civiles ou pour une cause humanitaire. Sur place, elle met sa tactique en jeu afin d’émouvoir la communauté internationale. Celle-ci consiste à tuer des soldats français pour montrer la gravité de la situation. Ainsi, la France justifie sa présence et son maintien sur le théâtre des opérations. Nous en voulons pour preuve, le bombardement d’un camp français à Bouake en Côte-d’Ivoire, faisant 9 français tués et un américain selon la grande France. Le bouc émissaire tout trouvé est Laurent Gbagbo, l’homme à abattre par Nicolas Sarkozy. En Centrafrique, deux soldats français tués, au Mali également des soldats et des journalistes français tués. La France sacrifie des français en ces lieux dans le but de s’installer et procéder à l’exploitation éhontée des ressources. Lorsqu’elle est en difficulté alors elle fait appel à l’Union européenne et à l’ONU pour légaliser ses crimes parfaits.
Les grandes souffrances occasionnées par la France en Afrique ne l’émeuvent guère. Bien au contraire, c’est une stratégie pour elle de faire bouger l’économie française. Les guerres en Afrique et dans le monde arabe, c’est une industrie mortuaire qui fait l’affaire de la France. Ce pays est un charognard qui vit des charognes des pays en guerre. Il est une sangsue qui suce le sang des africains sans le moindre soupçon. Lorsque la France éprouve des difficultés financières, alors attendez-vous à une guerre dans un coin du monde. Son désir de se proclamer la grande la France afin d’obtenir le prestige l’amène à utiliser souvent la ruse et la manière forte au détriment des pauvres. Comme un rapace qui ne peut lâcher une proie bien charnue, la France se maintient dans des pays dits souverains. Pour endormir les pays africains et jouer le paternaliste, elle feint de s’intéresser à leurs problèmes. C’est ainsi qu’est initié un sommet France- Afrique. François Hollande qui veut rompre avec la françafrique (une pratique mafieuse) a convoqué à Paris du 6 au 7 décembre 2013 les chefs d’Etat africains pour débattre de la paix et de la sécurité sur le continent africain. Il n’en est rien. Certains se sont laissés encore charmer par le discours flatteur de Hollande. Sa méconnaissance des vraies réalités du continent l’oblige à solliciter leurs services en tant que guide pour explorer le continent, savoir où se trouve le pétrole, le fer, l’or le diamant, le manganèse, l’uranium… Une fois les richesses découvertes, la nécessité d’asseoir l’autorité française et l’urgence de mettre fin à la déliquescence financière en France vont accélérer la planification des guerres. Des procès interminables des pays en  guerre débuteront à l’ONU. D’ailleurs, quel procès équitable peut espérer l’Afrique à l’ONU quand on sait que la France, le gourou, est partie prenante des décisions prises  ?
Si tant est que la France veut aider les pays africains, au lieu de s’intéresser au côté sécuritaire, elle ferait mieux de renforcer les capacités des états africains sur le plan agricole, développement, investissement, démocratie et autres. La France ne doit pas seulement jouer le gendarme en Afrique. Elle doit plutôt aider ce continent  à trouver les causes  des guerres. Et la France connaît les causes réelles  : c’est la pauvreté. Mais elle n’est pas prête à rendre l’Afrique riche. Les déstabilisations des pays africains sont des produits économiques pour la France. Ce pays de droit de l’homme a causé assez de torts à l’Afrique. Mais qu’il sache que la qualité d’un pays ne se mesure pas par le nombre d’intervention militaire pour soi-disant cause humanitaire, mais plutôt ce qu’il fait pour qu’il n’y ait plus de guerre.
                                                                                                          
   
G. OURA Kouakou
    ourandrin@yahoo.fr




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !