Gouvernance du pays depuis le 11 avril 2011 : Ouattara avoue son échec

Samedi 27 Avril 2013 - 04:52


Gouvernance du pays depuis le 11 avril 2011 : Ouattara avoue son échec
Alassane Ouattara annonce sa candidature pour 2015 après avoir avoué son échec dans la stabilisation de la Côte d’Ivoire. Inquiétude. Notre décryptage.
Stratégie de communication pour détourner l’opinion publique internationale du déficit criant de démocratie qui a marqué les élections municipales et régionales wouya-wouya que son régime a organisées, le 21 avril 2013, ou volonté manifeste de rassurer certains de ses partisans qui pérorent sur sa participation ou non à la présidentielle d’octobre 2015 du fait d’une santé précaire ? Alassane Dramane Ouattara a annoncé dans l’hebdomadaire parisien «Jeune Afrique» à paraître le lundi 29 avril dans les kiosques en Afrique, qu’il sera candidat à la présidentielle de 2015. « Oui, vraisemblablement, je serai amené à solliciter un deuxième mandat », soutient M. Ouattara selon ce que rapporte la dépêche de l’Afp à propos de cette annonce à «Jeune Afrique», hebdomadaire appartenant au journaliste Béchir Ben Yahmed dont la proximité avec Alassane Ouattara constitue un secret de polichinelle. D’ailleurs, Melle Touré Masséré, la nièce de M. Ouattara, par ailleurs, sa conseillère en communication, n’est-elle pas une ancienne du service commercial de «Jeune Afrique» ?

Sur les raisons de sa décision de rempiler pour un second mandat après celui que lui ont offert Sarkozy et Ban Ki-moon, le 11 avril 2011, voici ce qu’Alassane Ouattara dit : «Quand on décide de s’engager en politique, c’est parce qu’on a des objectifs. Le mien était d’être Président pour apporter ma contribution au redressement de mon pays. (...) Et a priori, je ne pense pas qu’il soit possible de redresser la Côte d’Ivoire comme je le voudrais dans les trois ans à venir». Quel commentaire peut-on faire de tels propos ? Qu’il s’agit tout simplement d’un aveu d’échec. Le chef de l’Etat imposé aux Ivoiriens par une partie de la communauté internationale reconnait implicitement, qu’après deux années de gouvernance, il n’est pas l’homme de la situation pour la Côte d’Ivoire. Une attitude qui rappelle la déclaration que M. Ouattara, alors Premier ministre d’Houphouët-Boigny imposé par les institutions de Bretton Woods au Vieux, avait faite en 1993 suite au constat de l’échec de sa politique socio-économique désastreuse initiée trois ans plus tôt. Au centième jour de sa primature, il avait annoncé aux Ivoiriens qu’il n’était pas prêt pour faire un bilan. Il avait alors demandé une prolongation qui devait l’amener à 1000 jours avant de faire son bilan de Premier ministre. Le millième jour arrivé, Ouattara a dit, de sa propre bouche, que rien n’a fonctionné comme il l’espérait et qu’il avait une mauvaise nouvelle à liver aux Ivoiriens : les fonctionnaires pourraient ne pas percevoir leur salaire de décembre 1993. La dévaluation du Fcfa, qu’Houphouët réprouvait et pour laquelle il a dû accepter Ouattara, a eu lieu en janvier 1994. Evidemment, Houphouët n’était plus là pour voir que «l’expert» qu’on lui avait imposé n’en n’était pas un.

20 ans plus tard, rebelote ! Ouattara avoue de nouveau son échec. Mais cette fois-ci, s’agissait-il de redresser la Côte d’Ivoire comme l’affirme M. Ouattara ? Puisque Laurent Gbagbo élu Président en octobre 2000 a hérité d’un pays au banc de la communauté financière internationale à cause du scandale des 18 milliards Fcfa de l’UE détournés sous le régime Bédié et son Premier ministre, Daniel Kablan Duncan. Gbagbo a rétabli la confiance avec les institutions de Bretton Woods puis il a obtenu, en dépit de la rébellion armée à laquelle faisait face son régime, le point de décision de l’initiative PPTE. L’argent circulait et les Ivoiriens joignaient, même si c’était difficilement, les deux bouts malgré la partition du pays par la rébellion qui contrôlait le nord.

Qu’est-ce que M. Ouattara devrait-il redresser ? Assurément la cohésion sociale que la rébellion armée se réclamant de lui a fortement ébranlée. Cela, il ne l’a pas fait durant ses deux ans de présence à la tête du pays. Bien au contraire, sa politique discriminatoire qu’il a lui-même qualifiée de «rattrapage» a élargi la fracture entre Ivoiriens. Il a instauré un régime dictatorial avec plus de 500 prisonniers politiques détenus dans des mouroirs. L’insécurité galopante, les violations des droits humains, l’expropriation des terres, la Justice des vainqueurs, l’impunité etc. sont autant d’éléments constitutifs de son régime. Quel contenu l’actuel chef de l’Etat ivoirien donne-t-il au terme «redresser» au regard de sa gouvernance ? Peut-être M. Ouattara veut-il parler de dompter les Ivoiriens, qui paraissent encore insoumis à ses yeux. C’est sans doute pour cela qu’il veut s’accrocher au pouvoir afin de parachever son «œuvre».

Sinon au plan économique, c’est également le désastre sous Ouattara. Le taux de croissance de 9,8% brandi par le Pouvoir actuel et adoubé par le FMI ne représente rien du tout au plan micro-économique. Le chômage et la pauvreté se sont accrus, les entreprises sont sinistrées, les prix flambent et le coût de la vie est insoutenable, l’argent ne circule plus, la pauvreté est galopante. La corruption s’est aggravée avec la mauvaise gouvernance et les scandales financiers qui touchent même des membres du gouvernement. Ce fameux taux de croissance positif est simplement lié aux investissements massifs rattachés aux gros travaux confiés aux multinationales depuis les régimes précédents et qui sont entrés, pour certains, dans leur phase d’exécution maintenant. M. Ouattara n’a donc pas de mérite particulier. Les contrats du 3ème pont d’Abidjan, de l’extension de la centrale d’Azito, du Barrage de Soubré, de l’autoroute du nord, du pont de Jacqueville etc. avaient été conclus entre l’Etat ivoirien et les multinationales sous Bédié et Gbagbo. Le bilan de la gouvernance de Ouattara d’avril 2011 à avril 2013 n’incline pas à penser qu’une candidature de l’actuel chef de l’Etat en 2015 constitue une bonne nouvelle pour l’avenir du pays. Il faut plutôt s’en inquiéter.
Lundi, Notre Voie reviendra en long et en large sur l’échec de Ouattara à mi-parcours.

Didier Depry


Publié le samedi 27 avril 2013  |  Notre Voie




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !