Gbagbo a dit : « la politique est un métier »

Mercredi 6 Juin 2012 - 23:42


Gbagbo a dit : « la politique est un métier »
Sale temps pour les économistes tropicaux qui se brûlent actuellement les ailes à force de s’être trop rapprochés du feu de la politique. Ils ont confondu la docilité des chiffres de la comptabilité à la gestion des hommes. Ils ont pensé, l’un pour accéder au pouvoir, qu’il suffisait que le président Laurent Gbagbo soit extirpé de son fauteuil présidentiel, pour qu’en s’y hissant, d’un coup de solution magique, il règle tous nos problèmes ; l’autre, pour régler les comptes d’une haine sécularisée, avait pensé pouvoir réconcilier les Ivoiriens sans le célèbre prisonnier de Scheveningen. Ils ont totalement oublié ou ils n’ont jamais su que la politique avait ses raisons que les raisons arithmétiques ignorent. En termes simples, la politique n’a jamais été de l’arithmétique. Il ne faut donc pas s’appuyer sur ses connaissances comptables de base pour prétendre conduire le destin des hommes. Viennent-ils de s’en rendre compte ? En tout cas, il se raconte que Charles Konan Banny, sous instruction de Dramane Ouattara, après s’être cassé le nez un an durant à rallier la majorité des ivoiriens à leur cause, viennent de prendre la décision d’intégrer le président Laurent Gbagbo à leur programme de réconciliation. Sauf revirement de dernière minute, ce qui ne nous surprendrait pas de la part de personnes aux egos surdimensionnés, Charles Konan Banny devrait se rendre à la Haye la semaine prochaine. Après avoir essayé de l’ignorer durant toute une année, c’est toute honte bue que le régime de Dramane Ouattara se rend finalement compte que sur l’échiquier politique ivoirien, le Woody de Mama s’est rendu incontournable. Il n’a pas eu besoin de forcer la porte du cœur des Ivoiriens. Il a simplement fait de la politique. Il aurait simplement fallu que tous ces apprentis qui se prennent pour des maîtres adoptent quelques uns de ses principes. Le président Gbagbo a tellement bien compris la psychologie politique de ses concitoyens qu’il ne lui est jamais venu en tête de cherche à écraser ses adversaires politiques. On ne l’a plus jamais vu ruer dans les brancards de Félix Houphouët dès que celui-ci a tiré sa révérence. Il a pratiquement fait la cour à Robert Guei pour que ce dernier, qui s’était retiré à Gouessesso, rentre dans la République. Il a fait rentrer Konan Bédié d’exil. Contre ses propres intérêts, il a fait accepter aux ivoiriens la candidature exceptionnelle de Dramane Ouattara. Il a offert à Soro Guillaume, le rebelle à son régime, un blanc seing pour la politique. Aucun opposant, sous Laurent Gbagbo, n’a connu la prison. D’aucuns ont pensé qu’en faisant tout cela le président Gbagbo se trompait. Au regard de ce qu’entreprennent aujourd’hui Dramane Ouattara et Konan Banny, nous nous rendons à l’évidence que l’homme s’est rarement trompé en politique. Il est certainement le seul homme politique ivoirien qui a compris que la politique, ce n’est pas la guerre ! Ce n’est même pas la loi de la majorité contre la minorité. C’est plutôt l’art de gouverner en tenant compte des aspirations de chaque citoyen. Si un homme politique s’imagine conduire la société des hommes en laissant sur le bas coté un seul sociétaire, qu’il renonce, il n’en a pas l’étoffe, puisque c’est simple : c’est là que commence l’idée de l’indivisibilité d’une Nation.

Joseph Marat

 
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !