Gaspillage des derniers publics:Comment Ouattara couvre ses ministres indélicats

Vendredi 24 Octobre 2014 - 00:05


Beaucoup en sein du régime n’ont certainement pas apprécié l’intervention d’Affoussiata Bamba-Lamine hier. Elle a reconnu des erreurs, répondant à une question sur la mission de Duncan aux Etats-Unis. « Pour que les choses avancent, on s’instruit de ses erreurs », affirme la ministre de la communication avant de poursuivre : « Il faut toujours corriger les choses. Donc nous sommes en train de le faire ». C’est la seule voix officielle qui s’est exprimée jusque-là sur cette affaire de mauvaise gouvernance. Elle a bien entendu enfoncé le chef du gouvernement même si elle a ensuite tenté de recadrer son discours. « En aucun cas, le Premier ministre ne peut être mis en cause. Le Premier ministre est un soldat chevronné qui travaille inlassablement. Donc nous travaillons tous sous son impulsion et je pense que le président de la République qui est donc notre patron à tous est satisfait de ce travail et il demande une amélioration », déclare-t- elle. Mais pourquoi des membres du gou - vernement qui font un travail satisfaisant aux yeux de Ouattara comme le prétend Affoussy Bamba sont-ils vertement vilipendés par ce dernier ? Il le faut le souligner, si les ministres font ce qu’ils veulent, c’est parce que le chef de l’Etat lui- même leur a déjà donné l’assurance de demeurer aussi longtemps dans son gouvernement. Ouattara assure depuis quelques mois qu’il ne remaniera pas son équipe jusqu’aux prochaines élections. « C’est évident qu’on ne change pas une équipe qui gagne. Cela veut dire ce que ça veut dire. Je n’ai pas besoin de faire d’autres ajouts. L’équipe fait du bon travail. Donc il n’y a pas nécessité de changer d’équipe », promettait-il par exemple en juillet 2013 lors de sa visite d’Etat à Korhogo. Même s’il faut le rappeler, Ouattara a déjà fait deux réaménagements techniques du gouvernement depuis cette promesse, notamment en novembre 2013 (en délestant Kaba Nialé au profit de Abourahamane Cissé) et en mars dernier (en faisant permuter Cissé Bacongo et Gnamien Konan de portefeuille). Se croyant donc indéboulonnables fort de cette immunité, les ministres multiplient les scandales et actes de mauvaise gouvernance. En toute impunité. Par ailleurs, au lieu de faire la morale à ses collègues qui sont accusés de gaspiller les deniers publics, Affoussy Bamba a préféré s’en prendre aux journalistes qui ont relayé les informations sur la mission de Duncan et plusieurs ministres aux Etats-Unis. « J’en profite en même temps pour dire que lorsqu’il y a ce type de difficulté, ce n’est pas nécessaire pour la presse aussi parfois d’écrire des choses qui sont blessantes pour l’honorabilité des ministres parce que nous travaillons pour le bien-être des populations », soutient- elle. De quel bien-être parle la ministre quand Ouattara lui-même se plaint du travail de ses collaborateurs comme il a vivement interpellé l’année dernière Adama Toungara et Patrick Achi sur les coupures intempestives d’eau et d’électricité ?    Sur la grève illimitée entamée par les professionnels de l’action culturelle le 17 septembre dernier, Affoussy Bamba explique que le gouvernement n’est pas informé. « Le conseil n’a pas été saisi officiellement. Je pense que s’il y a des difficultés que le ministre nous saisi, en ce moment la, le gouvernement naturellement examinera avec bienveillance les revendications qui lui seront soumis », assure-t-elle. C’est quand même étonnant puisque que ces revendications sont censées être examinées par le gouvernement selon les assurances données par le ministre de la culture aux grévistes.

Anderson Diédri

Source: Le Nouveau Courrier N°1137 Du Jeudi 23 Octobre 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !