GRADDH-AFRIQUE sort du « Front du refus » et appelle à la formation d'une vraie coalition de la gauche ivoirienne.

Samedi 10 Décembre 2016 - 23:49


Dr Boga Sako Gervais, présdent du GRADDH-AFRIQUE
Dr Boga Sako Gervais, présdent du GRADDH-AFRIQUE

COMMUNIQUE :

GRADDH-AFRIQUE est le Groupe de Réflexion et d’Actions pour la Démocratie et les Droit

COMMUNIQUE :

GRADDH-AFRIQUE est le Groupe de Réflexion et d’Actions pour la Démocratie et les Droits de l’Homme en Afrique ; donc en Côte d’Ivoire.

Aussi, en prenant acte de la promulgation de la Constitution-Ouattara, le 8 novembre 2016 ; en constatant les divergences de visions des partis et organisations membres du Front du Refus et de la Coalition du NON ; et en notant le retrait du Front populaire ivoirien (FPI) du Président Laurent GBAGBO du FDR ;

GRADDH-AFRIQUE adopte-t-il la conduite ci-après justifiée.

  1. GRADDH-AFRIQUE précise qu’il est entré au FDR, parce que sollicité par le FPI. Dès lors que le FPI décide de sortir de ce Front, dont il constituait la principale force motrice, GRADDH-AFRIQUE ne saurions y demeurer ; ne serait-ce que par principe et dans la forme.

  2. GRADDH-AFRIQUE, dans le fond, en tant que membre du FDR trouve incongru, illogique et totalement irresponsable de la part de celles et ceux qui ont pris la décision de présenter des candidats aux législatives, d'autant plus que ce scrutin se déroulera sur la base de cette Constitution que nous avons ensemble combattue et que nous réfutons toujours.

Avec la certitude que ce scrutin législatif sera inéquitable et non-démocratique ; ce que confirme l’arrêt de la Cours africaine des Droits de l’Homme et des Peuple de l’UA.

De plus, le nouveau parlement ivoirien à venir donnera vie à la 3ème république de M. OUATTARA, dans laquelle nous ne nous retrouvons point.

Enfin, sur la base de la Constitution-ADO, ce parlement comprendra des sénateurs dont 1/3 seront nommés par le chef de l'exécutif. C'est un grave déni de démocratie que notre Groupe de Réflexion et d'Action pour la DEMOCRATIE et les Droits de l'Homme ne saurait accepter !

  1. GRADDH-AFRIQUE constate, enfin, avec regret, que tous les partis et mouvements au sein du FDR et de la CDN ne s'étaient pas coaliser, sur des bases clairement définies, avec des objectifs et des priorités communément et sincèrement partagés ; hélas!

Alors que nous étions tous sensés nous battre, ensemble, pour faire cesser la dictature du régime au pouvoir en Côte d’Ivoire et restaurer l'Etat de droit, les libertés et les Droits de l'Homme, préalables à l’organisation des élections libres, justes et transparentes ; les autres faisaient plutôt leur propre promotion en vue des législatives annoncées. Comme ce fut le malheureux cas au sein de la CNC.


 

EN DEFINITIVE, au regard de ce qui précède :

GRADDH-AFRIQUE décide de se retirer du Front Du Refus ; et,

GRADDH-AFRIQUE appelle à la mise en place d’une Plate-forme de la Gauche Démocratique ivoirienne, sur des bases formelles, consignées dans un Manifeste ou une Charte, acceptées par tous et engageant les responsabilités des signataires, vis-à-vis des Populations ivoiriennes qui ont faim de Justice, de Liberté et de Démocratie.

« LE POUVOIR AU PEUPLE ! » ; A NE JAMAIS OUBLIER !


 

Fait à Budapest, HONGRIE, le 4 Déc. 2016

Pour GRADDH-AFRIQUE

Le Président


 


 

Dr BOGA Sako Gervais

s de l’Homme en Afrique ; donc en Côte d’Ivoire.

Aussi, en prenant acte de la promulgation de la Constitution-Ouattara, le 8 novembre 2016 ; en constatant les divergences de visions des partis et organisations membres du Front du Refus et de la Coalition du NON ; et en notant le retrait du Front populaire ivoirien (FPI) du Président Laurent GBAGBO du FDR ;

GRADDH-AFRIQUE adopte-t-il la conduite ci-après justifiée.

  1. GRADDH-AFRIQUE précise qu’il est entré au FDR, parce que sollicité par le FPI. Dès lors que le FPI décide de sortir de ce Front, dont il constituait la principale force motrice, GRADDH-AFRIQUE ne saurions y demeurer ; ne serait-ce que par principe et dans la forme.

  2. GRADDH-AFRIQUE, dans le fond, en tant que membre du FDR trouve incongru, illogique et totalement irresponsable de la part de celles et ceux qui ont pris la décision de présenter des candidats aux législatives, d'autant plus que ce scrutin se déroulera sur la base de cette Constitution que nous avons ensemble combattue et que nous réfutons toujours.

Avec la certitude que ce scrutin législatif sera inéquitable et non-démocratique ; ce que confirme l’arrêt de la Cours africaine des Droits de l’Homme et des Peuple de l’UA.

De plus, le nouveau parlement ivoirien à venir donnera vie à la 3ème république de M. OUATTARA, dans laquelle nous ne nous retrouvons point.

Enfin, sur la base de la Constitution-ADO, ce parlement comprendra des sénateurs dont 1/3 seront nommés par le chef de l'exécutif. C'est un grave déni de démocratie que notre Groupe de Réflexion et d'Action pour la DEMOCRATIE et les Droits de l'Homme ne saurait accepter !

  1. GRADDH-AFRIQUE constate, enfin, avec regret, que tous les partis et mouvements au sein du FDR et de la CDN ne s'étaient pas coaliser, sur des bases clairement définies, avec des objectifs et des priorités communément et sincèrement partagés ; hélas!

Alors que nous étions tous sensés nous battre, ensemble, pour faire cesser la dictature du régime au pouvoir en Côte d’Ivoire et restaurer l'Etat de droit, les libertés et les Droits de l'Homme, préalables à l’organisation des élections libres, justes et transparentes ; les autres faisaient plutôt leur propre promotion en vue des législatives annoncées. Comme ce fut le malheureux cas au sein de la CNC.


 

EN DEFINITIVE, au regard de ce qui précède :

GRADDH-AFRIQUE décide de se retirer du Front Du Refus ; et,

GRADDH-AFRIQUE appelle à la mise en place d’une Plate-forme de la Gauche Démocratique ivoirienne, sur des bases formelles, consignées dans un Manifeste ou une Charte, acceptées par tous et engageant les responsabilités des signataires, vis-à-vis des Populations ivoiriennes qui ont faim de Justice, de Liberté et de Démocratie.

« LE POUVOIR AU PEUPLE ! » ; A NE JAMAIS OUBLIER !


 

Fait à Budapest, HONGRIE, le 4 Déc. 2016

Pour GRADDH-AFRIQUE

Le Président


 


 

Dr BOGA Sako Gervais





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

Les Filles de Saïoua au Palais de Congrès de Montreuil (France) le samedi 16 décembre 2017