Fraudes massives au scrutin du 21 avril - Vers l’annulation du vote dans certaines localités

Jeudi 25 Avril 2013 - 13:51


Youssouf Bakayoko, président de la CEI (Commission électorale indépendante)
Youssouf Bakayoko, président de la CEI (Commission électorale indépendante)
Le mal est profond. Au fur et à mesure que les jours s’égrènent, le scrutin du 21 avril livre ses secrets. On savait que des choses pas du tout catholiques s’étaient passées au cours du vote du dimanche dernier. Mais on n’ignorait qu’elles étaient de cette ampleur. Une fraude à grande échelle a été organisée dans plusieurs circonscriptions par des candidats qui se croient plus malin que tout le monde. Aujourd’hui, de nombreuses preuves l’attestent. La technique utilisée, pour la plupart des cas, a été le bourrage des urnes avec la complicité de certains agents, malheureusement, véreux de la Commission électorale et la signature avant le vote par le président de bureaux de vote sous la complaisance de certains représentants des candidats victimes de cette fraude de grande envergure. Dans des communes comme Marcory, Koumassi, Treichville, Bingerville, Adjamé, Attécoubé, Cocody, Attécoubé, Sakassou, Dabou-la liste n’est pas exhaustive- ces techniques ont été appliquées avec succès. Pendant que certains candidats, après la campagne et le vote, se retiraient dans leur QG pour attendre les résultats, d’autres étaient très activement sur le terrain de la tricherie. Des urnes bourrées de bulletins de vote cochés d’avance, des procès-verbaux déjà signés ont été découverts dans plusieurs bureaux de vote à Koumassi, Marcory, Treichville, Attécoubé, Cocody, Bingerville, Adjamé et bien d’autres villes de la Côte d’Ivoire. Des candidats se sont arrangés avec des présidents de Commission électorale indépendante locale pour jouer sur les PV en faveur de certains candidats dont ils se sont fait les complices. Aux abords de certains centres de vote, des membres de l’équipe de campagne étaient présents pour influencer le vote des électeurs en leur distribuant des billets de banque. Des candidats sont allés jusqu’à se poster le jour du vote non loin de certains centres de vote pour offrir à boire à des électeurs tout en les invitant à voter pour eux. En violation des dispositions du Code électoral. Que dire des graves erreurs techniques observées sur les bulletins de vote. Dans certaines circonscriptions, l’ordre des candidats sur les bulletins de vote a été sciemment inversé pour tromper les électeurs illettrés dans le but de les induire en erreur ou d’augmenter le taux de bulletins nuls. En effet, dans la plupart de ces circonscriptions, l’ordre des candidats sur les spécimens de bulletins de vote distribués par la Commission électorale indépendante a été changé. Alors que ce sont sur ces spécimens que beaucoup de candidats ont bâti toute leur stratégie. Dans une ville de l’ouest, précisément à Facobly, une mère qui venait de voter, pensant avoir voté son fils candidat qui sur les spécimens de la CEI, figurait en première position, a été surprise de constater qu’elle a plutôt voté pour son adversaire. Parce que tout simplement, on lui avait dit pendant la campagne de cocher la case de la photo qui est en première position. Alors que sur les spécimens distribués le jour du vote par la CEI locale, son fils était en deuxième position. Dans certaines communes, comme à Marcory, le dépouillement s’est déroulé en l’absence des représentants de tous les candidats dans plusieurs bureaux de vote. Plus grave, à la CEI locale, le décompte des voix, malgré les protestations des six autres candidats, s’est fait en présence seulement du représentant du candidat du PDCI-RDA. La liste des techniques de fraude pour les élections municipales n’est pas exhaustive. Au niveau des régions, la « technologie électorale » a aussi parlé. Dans la région du Cavally, par exemple, des urnes bourrées de bulletins déjà cochés ont été découverts dans certains centres de vote. Et même avec des agents de la CEI locale. Les candidats victimes de la fraude sont actuellement à pied d’?uvre pour rassembler toutes preuves de fraude pour constituer un dossier en béton pour faire annuler le vote dans leurs circonscriptions. Ils entendent mettre à profit les cinq jours qu’ils ont pour réunir les éléments de preuve qu’ils ont en leur possession en vue de les mettre à la disposition de la chambre administrative de la Cour suprême pour un recours en annulation. Il est donc clair qu’avec tous ces preuves irréfragables d’une fraude avérée à grande échelle, le président Koné Mamadou et ses pairs n’hésiteront pas à faire annuler les résultats dans les circonscriptions incriminées. Après la proclamation des résultats provisoires par la CEI, tous les regards sont désormais tournés vers l’instance suprême des juridictions. C’est à elle de dire en toute impartialité le droit. Pour ne pas que la rue s’embrasse à nouveau.

Jean-Claude Coulibaly


Publié le jeudi 25 avril 2013  |  Le Patriote




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !