Françafrique - 60 ans de présence: Mensonges et vérités ( Par Joel Ettien)

CIVOX.NET
Jeudi 27 Octobre 2016 - 21:15


 
Le système que j'appelle la "broyeuse" a changé de tactique mais nous la connaissons. Maintenant c'est l'utilisation des noirs contre les noirs pour masquer la main visible de l'impérialisme, ce que nous appelons, la politique du troisième homme. Mais, la machine est lancée quoi qu'il advienne. Alors si notre réveil et notre éveil, doivent faire peur, je rassure.
La France ne doit pas avoir peur d'une éventuelle séparation d'avec l'Afrique parce que nous avons en commun, sa langue. La France ne doit rien craindre parce que, en lieu et place de la connaissance de nos traditions que nous maîtrisons parfaitement, nous partageons la langue Française comme moyen de communication dans l'espace francophone.  La France doit afficher sa fierté de nous avoir en alliés plutôt que des assujettis.
Tout sera à son honneur, si, elle prenait le temps de nous écouter et d'arrêter de tout décider à notre place. Aujourd'hui, nous en avons assez de toutes ces servitudes qui sont des chaines lourdes à nos pieds. Notre conscience est libérée. Heureusement, que d'autres grandes puissances ont compris, ce que la France a du mal à admettre: l'exploitation humaine et minière de toute l'Afrique. La Russie, la Chine et bien d'autres grandes puissances  sont en attente si la France ne veut pas s'asseoir avec nous pour discuter.
Tout ce que la France présente de nos jours, de l'Afrique, est funeste, triste, négatif. Les images de mon continent, ne se limitent pas qu'aux images tristes, il y a aussi de la beauté chez nous. Mine de rien, on parle d'écologie, où se trouve cette richesse? Nous en avons pris de la graine.
Nous les Africains, depuis plus de 60 ans, nous servons de faire-valoir, d'employés et sous-exploités et vers la fin, nous subissons des frustrations et humiliations. Les exemples sont légion, à l'ONU, l'Afrique est le continent le plus riche et bientôt le plus peuplé, n'a pas droit à la parole, le Fond Monétaire et la Banque Mondiale, désamorcent et anéantissent tous nos efforts de développement, dans leur logique inhumaine de prêts dont on ne sait jamais le mécanisme et qui plombent l'Afrique dans son honneur et sa dignité. A 60 ans?
Le Franc CFA, parlons en. Que signifie le CFA? Ce n'est simplement que le C: c'est Colonie, le F: française et le A: d'Afrique. Comment admettre de nos jours que nous, Africains, après 60 ans, on puisse encore traîner dans nos poches, une telle monnaie? C'est-à-dire que nous Africains, sommes les employés de la France. A 60 ans, l'âge de la retraite, c'est là que l'Afrique s'embourbe dans ses comptes de lutte. Dans le conseil d'administration de nos banques centrales, l'organe dirigeant, les français sont cachés derrière et ont le droit de véto, pour notre soi-disant, argent.
Tout chef africain qui met le doigt sur cette gâchette, la détonation ne se fait pas attendre, et c'est le noir, l'autochtone qu'on utilise pour l'anéantir comme ce furent les cas, au Burkina Faso, au Zaïre et récemment en Côte d'Ivoire, l'installation de Ouattara sous les bombes et j'en passe. Mais c'est toute la population africaine qui est estomaqué.
Pourquoi, la France et son système doivent comprendre qu'ils ne peuvent plus décider à la place de l'Afrique, parce qu'elle a plus de 60 ans?  De tous ces attentats, de tous ces mendiants sur les carrefours de la France, on y compte combien d'africains noirs? On connait le prix de l'honneur et de la dignité. Quand le système a bombardé la Côte d'Ivoire en 2010, quel ivoirien est venu tendre sa main pour de l'aumône? Pourquoi avec un tel peuple, on lui prive tous droits et devoirs? On a tout compris et nous comprenons toujours, inutile de faire croire que nous avons encore les yeux fermés et que tout doit être négocié par la France.
La cachette du système français, est devenu le terrain de jeux de la jeunesse africaine. Elle ne veut plus accepter ce que leurs parents ont avalé sans rechigner parce qu'ils n'avaient le choix. Mais aujourd'hui, nous avons trop d'ouvertures, donc trop de choix. Comme en amour, aujourd'hui, des noirs marient les blanches et vis versa et des métissent naissent. Comme il est encore temps, j'invite la France et tous ses réseaux faisant obstacle à l'évolution de l'Afrique de ne pas avoir peur, car notre génération est prête à des échanges sur des sujets d'engrenages, sinon, la génération suivante sera plus virulente. Il n'y a qu'à écouter certaines chansons du RAP pour se dire que tard, sera trop tard.
                                                                                                                Joël ETTIEN
                                                            Président du Renouveau du PDCI RDA France
                                                           Membre du comité de crise du PDCI RDA France




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !