Forum investir en Côte d’Ivoire: Les mises en garde de la Bad et du Fmi

Vendredi 31 Janvier 2014 - 08:51


Daniel Kablan Ducan, premier Ministre du Gouvernement Ivoirien
Daniel Kablan Ducan, premier Ministre du Gouvernement Ivoirien
La 4è édition du Forum Investir en Côte d’Ivoire (ICI 2014) s’est ouverte, hier,  au palais des congrès du Sofitel hôtel Ivoire. La cérémonie officielle d’ouverture a été particulièrement longue et à certains moments ennuyeuse.  Retenons, cependant, les deux principaux tableaux qui se dégagent des neuf allocutions  (dont celle par visio- conférence du directeur général du Fmi)  qui ont été servies aux participants. Presque tous les intervenants ont salué la tenue de cette manifestation «qui marque la confiance retrouvée en un pays qui sort d’une décennie de crise». Presque tous ont indiqué avoir «foi en la Côte d’Ivoire dont la croissance économique de plus en plus soutenue»invite à rêver d’une émergence économique à l’horizon 2020. Presque tous les dirigeants des institutions internationales ont exprimé leur  volonté «de soutenir et accompagner la Côte d’Ivoire sur la voie de l’émergence». Aussi  le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, président du comité interministériel de ICI 2014, peut-il inviter les investisseurs à aider la Côte d’Ivoire à devenir «un hub de la sous-région, une des grandes portes d’entrée vers l’Afrique de l’Ouest offrant un marché de plus de 300 millions d’habitants. La réalisation de cette ambition passe par des partenariats forts et durables avec des opérateurs économiques du monde entier capables de saisir les opportunités créées par la croissance». Toutefois, des interpellations allusives ont accompagné ces encouragements. Des re- marques pertinentes  qui indiquent que le chemin de l’émergence est encore long, très long. Pour le président du groupe de la Bad, Donald Kaberuka, les autorités ivoiriennes doivent s’attaquer avec courage au problème de l’insécurité endémique (il a beaucoup insisté sur cet aspect) qui est un frein à toute décision d’investir. Or il est connu que le gouvernement n’a pas d’emprise sur toutes ces forces armées parallèles qui sèment la désolation à travers le pays, en toute impunité. Il a également invité le gouvernement à faire des réglages profonds au niveau de l’appareil judiciaire et du service public dont la qualité laisse de plus en plus à désirer.
Il en est de même du directeur général du Fmi, Christine Lagarde, qui a interpellé le gouvernement sur les scories de la gouvernance Ouattara. Notamment,  le niveau élevé des dépenses non prioritaires, le niveau élevé de la dette extérieure dans sa composante non concessionnelle, le taux élevé des attributions gré à gré dans les marchés publics, le niveau élevé de la corruption dans toutes les ramifications de l’administration publique. Autour du thème : «Secteur privé, levier d’une intégra- tion régionale réussie», le Forum ICI 2014 se décline en une  conférence plénière et des workshops pour chaque sous-thème. L’occasion pour les participants d’avoir une plate-forme d’échanges et de partage d’expérience jusqu’au 1er février. La cérémonie d’ouverture a également enregistré la par- ticipation des vice-prési- dents de la Banque mondiale, Jean-Philippe Prosper  et  Makthar Diop , du vice-président du Nigéria Muhammad Namadi Sambo, du vice-président du Ghana, Kwesi Amissah-Arthur, du Premier ministre du Burkina Faso Luc Adolphe Tiao, du président de la commission de l’Uemoa, Cheick Hadjibou Soumaré. Et l’absence incompréhensible d’Alassane Dramane Ouattara.

J-S Lia

Source: Notre Voie N°4629 des jeudi 30 janvier 2014





Tags : Ducun, FMI


Dans la même rubrique :
< >

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !