Foncier rural, expropriation des terres à l’Ouest, attaques des populations: Le Fpi dénonce la cabale du pouvoir Ouattara

Mardi 2 Avril 2013 - 16:53


Dr Kodjo Richard
Dr Kodjo Richard
Le Rassemblement des Républicains (Rdr), socle du pouvoir Ouattara, a toujours eu pour stratégie la prise du pouvoir par les armes et dans son viseur le Front Populaire Ivoirien (Fpi) comme parti à abattre à défaut de ne pouvoir le battre dans les urnes. C’est pour ces raisons qu’après son coup d’Etat qui a éjecté Henri Konan Bédié et le Pdci-Rda du pouvoir en décembre 1999, et n’ayant pas eu comme il l’escomptait le bénéfice de l’exercice du pouvoir d’Etat, le Rdr a créé une branche armée, le Mouvement Patriotique de Côte d’Ivoire (Mpci) avec Soro Guillaume comme homme lige. Le coup d’Etat avorté de septembre 2002, qui a finalement vu son aboutissement par la prise du pouvoir du Rdr dans la fureur par le feu et le sang, a ouvert une nouvelle ère. Celle de la destruction planifiée du Front Populaire Ivoirien par le pouvoir Ouattara.
I- Les vaines accusations du pouvoir Ouattara pour détruire le Fpi

1. Le Plan Ouattara A


Au lendemain du 11 avril 2011, dès sa prise du pouvoir, le régime Ouattara, ne voulant plus entendre parler du Fpi, a mis en œuvre un train de mesures pour atteindre cet objectif.
Tout a commencé et se poursuit encore par une gigantesque chasse aux sorcières, arrestations massives de militants et sympathisants Fpi qui a contraint au moins trente mille (30.000) d’entre eux à l’exil. Avec à la clé le gel de leurs avoirs, la destruction de leurs biens et l’occupation de leurs domiciles. Le tout orchestré – on s’en souvient – par une vaste campagne médiatique diabolisant à souhait le Fpi dont on demandait à l’opinion publique, la suppression de l’échiquier politique, accusé par ses bourreaux coalisés de crimes humanitaires, économiques, politiques et tutti quanti.
Dans le même temps, il a été procédé :
- A la destruction méthodique et à l’occupation prolongée des sièges des journaux proches du Fpi, les JV 11.
- A la répression systématique des meetings du Fpi à Koumassi, Port-Bouët en octobre 2011.
Mais, en dépit de ce train de mesures dictatoriales, l’extraordinaire mobilisation des militants et sympathisants du Fpi au meeting du 21 janvier 2012 est venue révéler au pouvoir Ouattara que le Front Populaire Ivoirien est loin d’avoir été détruit ; qu’il conserve bel et bien toute son énergie et sa vitalité pour rebondir, après avoir seulement plié l’échine sans rompre.
La répression sanglante et meurtrière du meeting du 21 janvier 2012 (1 mort, 85 blessés) a été à la mesure du cuisant échec du pouvoir Ouattara qui venait de se rendre brutalement compte que le Fpi est indestructible et plus vivant que jamais.
Ce plan A qui a couvert la période d’avril à décembre 2011 s’étant avéré inopérant, le pouvoir Ouattara a engagé la phase B, celle de la disqualification politique du Fpi, juin – octobre 2012.

2. Le Plan Ouattara B


Le Fpi ayant réussi à conserver, en dépit de toute la campagne de diabolisation orchestrée contre lui, son image de parti attaché à la démocratie, le pouvoir Ouattara a entrepris de lui coller une image de putschiste. A la fois pour discréditer le Fpi et son fondateur Laurent Gbagbo dont la première comparution à La Haye était prévue pour le 18 juin 2012. Cette phase a consisté en l’organisation méthodique par la branche armée du Rdr, conduite par le chef de la rébellion Guillaume Soro, d’attaques ciblées des forces régulières du pouvoir Ouattara (Frci) et celles de l’Onuci. Le but visé, faire d’une pierre deux coups : se prémunir contre tout transfèrement de Soro Guillaume et ses Com-zones à la Cpi d’une part et d’autre part se débarrasser définitivement du Fpi accusé de mener ces attaques, en le livrant à la fois à la vengeance de l’Onuci et à la vindicte des Frci.
- 06 juin 2012, assassinat de sept (07) casques bleus du contingent nigérien de l’Onuci
- Nuit du 05 au 06 août 2012, attaque du camp militaire d’Akouédo.
- Par la suite, de nombreuses attaques des postes des Frci (Dabou, Agboville, Grand-Lahou, Noé à la frontière ivoiro-ghanéenne, à grands renforts d’accusations médiatiques bruyantes du Fpi, et de la République du Ghana.
Le clou de cette phase B de disqualification du Fpi pour l’écarter définitivement de la scène politique a été la rédaction le 15 octobre 2012 par les officines du pouvoir Ouattara d’un rapport prétendument attribué à des experts de l’Onu. Le point d’orgue est que le Front Populaire Ivoirien y est accusé d’avoir partie liée avec Ansar Dine, les Djihadistes du Mujao et la branche Al Quaïda du Maghreb Islamiste – Aqmi – en d’autres termes d’être un parti de terroristes. Reprenant ainsi l’accusation fantaisiste prononcée quelques jours plus tôt par Guillaume Soro et ses lieutenants contre le Fpi sur Twitter. Il s’agissait ici pour le pouvoir Ouattara de livrer pour sa destruction, le Fpi à tous les pays occidentaux, très sensibles à la lutte contre le terrorisme, les Etats Unis, en tête.
Mais, le Front Populaire Ivoirien ne s’est pas effondré. Parce qu’il a vite compris que le combat pour la démocratie en Côte d’Ivoire, était parvenu avec la dictature instaurée par le pouvoir Ouattara, a une étape cruciale, celle de la lutte de l’intelligence contre la force brutale, la terreur planifiée.
Le Fpi a su bien réagir en ne se taisant pas et en apportant les réponses appropriées, preuves à l’appui, pour confondre ses détracteurs qui ont fini par se retrouver à bout d’arguments. Mieux, le Front Populaire Ivoirien s’est donné les moyens d’aller à l’international en Europe pour d’une part détruire le flot de contrevérités déversées sur lui et de l’autre, rétablir la vérité sur la réalité de la situation politique dans notre pays, en présentant le vrai visage du régime établi, une dictature sans nom.
C’est cette offensive diplomatique qui a conduit le pouvoir Ouattara, sous la pression de ses alliés occidentaux et de nombre d’Etats africains, à accepter le dialogue direct dont il n’a jamais voulu avec le Fpi. La suite, on la connait. Ce dialogue a été savamment saboté de bout en bout et en lieu et place des problèmes posés par le Fpi, ce qui devait être un moment d’échanges fructueux a plutôt été utilisé par le pouvoir Ouattara comme une opération cosmétique destinée à polir l’image de son régime par un vernis démocratique.
Ne sachant plus à quel démon se vouer, le pouvoir Ouattara, en panne sèche d’arguments pour justifier ses échecs, continue de s’accrocher, à l’instar d’un noyé en détresse, à un fétu de paille : « c’est le Fpi qui brûle l’Ouest », la même rengaine désuète et irresponsable.

2- A propos des attaques armées à l’Ouest et ailleurs

« Qui ne se souvient pas encore des massacres de Petit Duékoué, de Duékoué, Guitrozon, Doké, Pantrokin, Toulepleu, Facobly, Semien, Kouibly, perpétrés depuis l’attaque venue du Burkina Faso en 2002 contre la Côte d’Ivoire » s’interroge, avec raison, Le Quotidien d’Abidjan dans sa livraison N° 865 du mercredi 27 mars 2012. « Et la liste » – poursuit-il – « est hélas très loin d’être exhaustive. Des morts par milliers, des villages totalement ou en partie rasés de la surface de la terre, des femmes violées par dizaines, des membres coupés, des cadavres jetés dans des puits, des familles disloquées, et des orphelins ainsi que des veuves livrés à eux même dans ce monde de misère ».
Au secours ! Devrions-nous nous écrier ! Qu’entende ce SOS tous ceux qui sont à l’écoute de la Côte d’Ivoire. C’est le vœu le plus fervent du Fpi par ces temps de cécité, de surdité et surtout d’amnésie volontaires du pouvoir Ouattara.
Oui, la rébellion aujourd’hui au pouvoir en Côte d’Ivoire ne se souvient plus du comment de sa – pourtant - toute récente accession au pouvoir au cours de la toute dernière décennie 2002 – 2012. Même les toutes récentes atrocités de Duékoué (Mars 2011) et de Nahibly (Juin 2012) sont oubliées. De même que les enquêtes annoncées, oubliées, elles aussi, amnésie totale. Et le quotidien Le Patriote, porte-voix de la rébellion au pouvoir, de proclamer à sa Une du mardi 26 mars 2013. « Le FPI veut brûler l’Ouest ». Mais diantre ! Cela fait plus d’une décennie que la rébellion aujourd’hui au pouvoir brûle l’Ouest !

1. La bombe du foncier rural en voie d’explosion dans les mains de Ouattara


Le Front Populaire Ivoirien, face aux accusations fantaisistes le portant pour responsable de la mort de sept soldats nigériens du contingent de l’Onuci à Taï le 8 juin 2012, avait pourtant prévenu en prenant le peuple ivoirien à témoin. Après la perte de la première guerre du cacao par le président Félix Houphouët-Boigny en 1991 contre les multinationales du négoce, et de la seconde guerre du cacao par le président Laurent Gbagbo lors de sa chute le 11 avril 2011 contre les mêmes prédateurs, la situation qui prévaut depuis l’avènement du pouvoir Ouattara n’est rien moins que la mise en œuvre, depuis avril 2011, de la troisième guerre du cacao, menée par le même Alassane Ouattara, hier chargé de mission des multinationales, aujourd’hui président de la République.
La mainmise des multinationales du négoce sur le cacao ivoirien passe par l’expropriation des planteurs nationaux (wê, baoulé). Cela, au profit de colons étrangers burkinabé, malien plus malléables, qui exerceront comme des ouvriers agricoles dans les plantations industrielles des multinationales à créer. Ce qui se passe à l’Ouest est une terreur orchestrée par le pouvoir pour accélérer l’expropriation des paysans autochtones dont déjà des milliers d’entre eux ont été froidement exécutés ou se sont exilés. Les maîtres d’œuvre de cette sale besogne au profit du pouvoir et de la colonisation des terres de l’Ouest sont connus de l’Onuci et des Frci. Leur chef de file, Amadé Ouremi, qui a participé à la guerre pour la prise du pouvoir par Alassane Ouattara, contrôle au vu et au su du pouvoir toutes les forêts classées du Cavally et de Goin Dedé à la frontière du Libéria où il a installé des milliers de planteurs originaires de la Cedeao. L’autre chef de guerre burkinabé, lui aussi lourdement armé, Issiaka Tiendrébéogo, contrôle quant à lui, l’axe Taï – Grabo – San Pedro où il exproprie les paysans autochtones par la terreur et installe ses compatriotes qui arrivent chaque jour par convois sur les terres de l’Ouest.
Ils sont donc connus et jamais interpellés parce que en mission commandée, les acteurs des expropriations des terres orchestrées par le pouvoir Ouattara dans le cadre de cette troisième guerre du cacao qui a commencé aux confins de l’Ouest du pays et qui est destinée à s’étendre sur l’ensemble du Sud de la Côte d’Ivoire. Dans toute cette partie du pays, les multinationales du négoce ont déjà pris pieds dans la production en rachetant tous les complexes agro- industriels dans le cadre des privatisations.
La nouvelle loi sur le foncier rural en cours d’élaboration par le pouvoir vise à légaliser et à légitimer toutes les expropriations qui, écartant les anciens propriétaires de leurs terres, se mettront au service de leurs nouveaux maîtres, les colons de la Cedeao et d’ailleurs. La Côte d’Ivoire ainsi recolonisée échappera totalement au contrôle des paysans autochtones propriétaires actuels de la production cacaoyère de notre pays.
Voici le projet qui est en cours dans cette troisième guerre du cacao que livre à la Côte d’Ivoire Alassane Ouattara au profit des multinationales du négoce et des puissances occidentales. Par ailleurs, il est temps, grand temps, pour les Ivoiriens de savoir si l’Ouest de leur pays est devenu une colonie de peuplement burkinabé et malien. Ces réalités-là, le pouvoir Ouattara a le devoir de communiquer là-dessus au lieu de chercher en permanence à mener le peuple en bateau par la « bouc-émissairisation » permanente du Front Populaire Ivoirien.

2-Les accusations portées contre le Fpi sont une diversion du pouvoir Ouattara

Ce pouvoir est manifestement complice de la colonisation de l’Ouest ivoirien par des milices burkinabé principalement. Quand les accusations d’expropriations des paysans Wê et Baoulé montent en épingle dans l’opinion, le pouvoir Ouattara annonce bruyamment une attaque imminente des Frci pour déloger les bandes armées burkinabé des forêts classées qu’elles occupent et exploitent. Et puis quand la fièvre est tombée plus rien. Le pouvoir Ouattara après avoir, à plus de cinq reprises déjà, annoncé le déguerpissement par les Frci des armées de Ouédraogo Rémi alias Amadé Ouerémi et consorts des forêts et plantations de l’Ouest, en est aujourd’hui à négocier donc à légitimer ces occupants qui refusent de quitter le sol ivoirien pour que les propriétaires qu’ils ont spoliés retrouvent la pleine propriété de leurs biens.
Comment ce pouvoir peut-il, s’il n’est pas complice des colons, s’étonner que les propriétaires terriens exilés au Libéria manifestent le désir de récupérer leurs terres par les mêmes moyens qui ont été utilisés pour les exproprier c’est-à-dire les armes ? En prenant le parti de ne prêter aucune oreille attentive à leurs légitimes requêtes, mais à les massacrer en coupant les têtes des présumés cerveaux qui repoussent dès le lendemain avec d’autres attaques, le pouvoir Ouattara prend rendez-vous avec une violente explosion sociale incontournable et qui risque d’être préjudiciable à la Côte d’Ivoire.
Le foncier rural et aussi urbain est une bombe dont nous ne percevons pour l’instant que la fumée de la consumation du cordon vers le noyau de la bombe qui va immanquablement exploser. C’est hier la rébellion et aujourd’hui le pouvoir qui en est issu, qui ont allumé et attisent depuis plus d’une décennie le cordon de la bombe – ce n’est pas le Front Populaire Ivoirien.

En guise de conclusion

Il convient de souligner ce qui suit : la question de la propriété foncière est trop vitale pour une nation, pour que ceux qui ont momentanément en charge son destin, la traite de façon légère, cavalière par la stigmatisation visant à amuser la galerie. Le foncier est une poudrière qui n’est pas localisée à l’Ouest, mais sur l’ensemble du territoire national. Les récents affrontements armés à Odienné au Nord du pays et qui ont fait plus d’une dizaine de morts, résultent aussi du refus des autochtones de Madiana basés dans le quartier de Sobala, de se laisser gouverner et déposséder de leur terres par les allogènes et étrangers, qui se sont massivement installés à Madiana-Sokourani et veulent les réduire à la marge.
C’est là le schéma au microscope des situations créées partout ailleurs par les étrangers au détriment des autochtones qui refusent leurs expropriations et exterminations, que cautionne le Rdr à travers ses cadres en attisant le feu comme à Madiana.
Le Front Populaire Ivoirien, très soucieux du développement et de la paix pour le peuple ivoirien, ne brûlera jamais la Côte d’Ivoire. Les pyromanes sont le Rdr et ses cadres étrangers qui mettent le feu dans les villages qui les ont accueillis, comme à Madiana par souci de promotion politique personnelle en semant la division et la mort.

Fait à Abidjan, le 1er avril 2013

Le Secrétaire Général par intérim & Porte-parole
Dr Kodjo Richard

Source: Notre Voie




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !