Fin de mandat de Joseph Kabila en RD-CONGO : La FIDHOP exige le départ de M.Kabila et l'organisation de la présidentielle conformément à la Constitution !

Vendredi 16 Décembre 2016 - 21:37


Joseph Kabila
Joseph Kabila

COMMUNIQUE :

Le 19 décembre 2016, conformément à la Constitution de la République Démocratique du Congo (RDC), le mandat du Président Joseph KABILA arrive à expiration. IL DOIT DONC QUITTER LE POUVOIR !

En effet, ayant accédé au pouvoir depuis l’assassinat de son père Laurent-Désiré KABILA, le 16 janvier 2001, le jeune KABILA a été déclaré par la Cour suprême de justice congolaise, vainqueur du scrutin présidentiel organisé le 29 octobre 2006. Puis, à l’issue de la présidentielle du 28 novembre 2011, dont les résultats ont été très contestés par son principal adversaire, l’opposant historique Etienne TSHISEKEDI, et jugés très douteux par la quasi-totalité des observateurs nationaux et internationaux, M. KABILA fut déclaré réélu. Pour un dernier mandat, s’achevant le 27 novembre 2016.

MAIS CONTRE TOUTES ATTENTES, l’élection présidentielle a été déclarée reportée par le Président KABILA, en novembre 2018.

Le prétexte avancé étant qu’un prétendu accord a été trouvé à l’issue des assises du « dialogue national », qui furent boycottées par les principaux leaders de l’opposition du pays. Et les principales raisons invoquées pour justifier ce report, étant des difficultés logistiques (la refonte du fichier électoral et l’enrôlement des électeurs) et budgétaires.

La FIDHOP (la Fondation Ivoirienne pour l’observation et la surveillance de la Démocratie, des Droits de l’Homme et de la vie Politique), à travers ce Communiqué, CONDAMNE TRES FERMEMENT L’ATTITUDE DE M. KABILA ET EXIGE SON DEPART DU POUVOIR AU SOIR DU 19 DECEMBRE 2016.

La FIDHOP martèle qu’aucun accord ne peut remettre en cause des exigences Constitutionnelles !

La FIDHOP fait observer qu’après avoir passé quinze (15) années au pouvoir, de 2001 à 2016, ce n’est pas à quelques semaines de son départ qu’un président sortant se doit de préparer la succession à la tête de l’Etat ; car gouverner, c’est planifier !

A la limite, on pourrait conclure que M. KABILA se joue ou « se fout » des Congolais et des Africains !

La FIDHOP considère, toutefois, que si les conditions d’organisation d’une élection crédible et démocratique ne sont pas réunies, objectivement, ce serait par la faute du Président Joseph KABILA et son régime.

Dans ces conditions, une Transition de quelques mois devrait s’ouvrir en RD-Congo, en vue de préparer la future présidentielle ; MAIS à l’exclusion de M. Joseph KABILA.

Et si le Président KABILA s’entêtait à s’accrocher au pouvoir, alors il sera tenu pour l’unique responsable de tout ce qui adviendrait dans le pays !


 

Fait à Rome, ITALIE, le 16 Déc. 2016


 

Dr BOGA S. GERVAIS

Président-Fondateur de la FIDHOP





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




20 ANS DE MUSIQUE ES FILLES DE SAIOUA