Fièvre Ebola : les populations ivoiriennes exhortées à éviter la consommation des « rongeurs »

Mercredi 26 Mars 2014 - 09:47


Dr Raymonde Goudou Coffie,ministre ivoirien de la santé et de la lutte contre le SIDA
Dr Raymonde Goudou Coffie,ministre ivoirien de la santé et de la lutte contre le SIDA
Les populations ivoiriennes ont été exhortées, mardi, par les autorités sanitaires du pays, à éviter de consommer et de manipuler les rongeurs notamment l’agouti jusqu’à ce que les risques de propagation de l’épidémie de la fièvre Ebola soient effectivement réduits.

« Il faut éviter jusqu’à ce que nous soyons sûres qu’il n’y a plus de risque de consommer l’agouti, mais surtout de le manipuler » a déclaré le ministre ivoirien de la Santé et de la lutte contre le Sida, Dr Raymonde Goudou Coffie.

Elle s’exprimait au sortir d’une rencontre interministérielle à laquelle ont pris part les ministres de l’Intérieur et de la Sécurité (Hamed Bakayoko), de la Communication (Affoussiata Bamba-Lamine), des Eaux et Forêts (Mathieu Babaud Darret), et de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant (Anne-Désirée Ouloto).

Pour le ministre de la Santé et de la lutte contre le Sida, il ne s’agit pas de « créer de la psychose chez les populations », mais plutôt prendre des mesures vigoureuses pour se prémunir contre l’avancée de ce virus virulent qu’est le virus Ebola qui a déjà fait environ 60 morts sur 80 cas déclarés en Guinée voisine.

La rencontre interministérielle a été le lieu de donner des instructions aux préfets de région des zones frontalières avec la Guinée pour qu’ils soient les premiers agents relayeurs des informations du gouvernement auprès des populations de ces régions.

 

Un  agouti
Un agouti
Le gouvernement exhorte également les populations à éviter les comportements à risque tels que la chasse, la manipulation et la consommation des animaux comme les singes, les chimpanzés, la chauve-souris, le porc-épic.

« La transmission » de la maladie se fait au contact de « la sueur du sang. La contamination est d’abord animale et ensuite interhumaine » a précisé le ministre de la santé et de la lutte contre le Sida.

Lors d’une conférence de presse animée, lundi, à Abidjan, le directeur général de l’Institut national de l’Hygiène publique (Inhp), le Pr Simplice Dagnan a souligné qu’«aucun cas de fièvre Ebola n’a encore été détecté en Côte d’Ivoire ».

Toutefois, avait-il prévenu « le risque de propagation de cette épidémie aux pays limitrophes notamment la Côte d’Ivoire, reste élevé du fait des mouvements importants des populations entre la Côte d’Ivoire et la Guinée ».

La fièvre hémorragique Ebola qui se manifeste par des flambées de fièvre, des saignements est une maladie contagieuse dont on n’a pas encore découvert le remède. Elle est apparue pour la première fois en République démocratique du Congo en 1976.

Le nom virus Ebola provient du nom d’une rivière passant près de la ville de Yambuku, en République démocratique du Congo. C’est à l’hôpital de cette localité que fut identifié pour la première fois le filovirus, lors d’une épidémie qui débuta le 1er septembre 1976.
JBK/ls/APA




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !