Face aux fédérations Fpi de Bondoukou et Bouna / Affi N’Guessan : « Je ne saurais brader les intérêts du Fpi »

Mardi 22 Juillet 2014 - 04:53



Les fédérations Fpi des régions de Gountougo (Bondoukou) et du Bounkani (Bouna) ont rendu visite au président de leur parti, Pascal Affi N’Guessan, le dimanche 20 juillet 2014 à Abidjan-Riviera. M. Affi a saisi cette occasion pour appeler les militants à la sérénité face à la tempête qui secoue le Fpi. Après avoir donné les raisons du réaménagement du Secrétariat général, il a invité ses camarades militants des 9 fédérations de Bondoukou et Bouna à garder espoir pour une issue heureuse de la crise interne au Fpi. « Je n’ai jamais mis au devant l’intérêt personnel. Si c’était le cas, je ne serais pas là. Soyez sereins ! Ne vous inquiétez pas ! Tout le monde veut le bien du Fpi. Je ne saurais brader les intérêts du Fpi», a-t-il rassuré. Le président du Fpi a demandé aux militants d’être soucieux du respect des textes du parti. «Quand on respecte les textes et les lois, on a la stabilité. C’est parce que les gens ne respectent pas les textes qu’ils prennent les armes. Même quand on n’aime pas celui qui est là, on respecte ses prérogatives», a-t-il insisté.

Face aux cadres et militants de Bondoukou et Bouna, ayant pour porte-parole N’Guettia Yao Kouman, secrétaire national du Fpi chargé du Zanzan, qui avait à ses côtés l’ex-ministre Augustin Kouadio Komoé, nouvellement promu au secrétariat et chargé du climat, de l’environnement et des eaux et forêts, Affi N’Guessan a déploré le faux procès qu’on lui fait en utilisant abusivement le nom du président Laurent Gbagbo. «Certains utilisent Gbagbo pour atteindre Affi. Qu’on me dise les actes que j’ai posés pour tourner la page de Gbagbo. Quand je suis sorti de prison, j’ai commencé les tournées pour restaurer le Fpi», s’est-il défendu. Il a aussi clairement fait remarquer que le Fpi doit changer de stratégie et user de ruse pour la libération de Gbagbo. A en croire Affi, les stratégies et les méthodes du passé qui ont vu leurs limites dans la lutte politique, doivent être repensées pour plus d’efficacité dans la recherche de la libération de Laurent Gbagbo et de tous les autres prisonniers politiques.

Parlant de sa prétendue volonté d’aller aux élections, il a rejeté du revers de la main tous les soupçons aux allures d’accusations. « Je ne me suis jamais prononcé sur les élections. Parce que ce n’est pas à l’ordre du jour. Je ne me suis jamais prononcé sur les élections parce que les conditions ne sont pas réunies».

A ceux qui répandent dans l’opinion que c’est un deal avec les occidentaux qui l’a sorti de prison, Pascal Affi N’Guessan estime que cet argument est léger parce que ses comptes restent toujours bloqués et qu’il lui est toujours impossible de voyager. « Si j’ai fait un deal avec les Blancs pour sortir de prison, mais alors pourquoi ne débloquent-ils pas mon compte ? Pourquoi ces Blancs ne lèvent-ils pas les sanctions de l’Onu qui pèsent sur moi ? Pourquoi ne me permettent-ils pas de voyager partout dans le monde ? Comment comprendre alors que j’ai fait un deal pour sortir de prison et demeurer dans la galère ?», s’est-il interrogé.

Les 9 fédérations du Zanzan ont exprimé leur gratitude au président du parti et ont pris l’engagement de poursuivre le combat avec lui pour libérer Laurent Gbagbo, Simone Gbagbo, Blé Goudé et tous les prisonniers politiques .


Publié le mardi 22 juillet 2014  |  Notre Voie




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !