Face aux SG de section de Korhogo/ Djédjé Mady : «Le PDCI va vers une mort certaine si…»

Samedi 28 Septembre 2013 - 00:10


Face aux SG de section de Korhogo/ Djédjé Mady : «Le PDCI va vers une mort certaine si…»
Djédjé Mady, en campagne à Korhogo, s’est entretenu avec les secrétaires généraux de section de la cité du Poro, le  dimanche 22 septembre dernier, au Centre culturel Womiengnon de Korhogo. Il s’est inquiété pour le parti qu’il a défendu toute sa vie et a regretté par ailleurs les tumultes que la formation politique qui lui est chère tra - verse ces derniers jours.  «Le PDCI n’est plus ce qu’il était. De 92% sous Houphouët, le PDCI est passé à 22% de l’électorat ivoirien aujourd’hui. Si en 2015 il n’y a pas de candidat à la présidence, le PDCI va vers une mort certaine», s’est inquiété Djédjé Mady. Réaffirmant sa candidature pour le prochain congrès d’octobre, malgré les entraves. Aussi a-t-il appelé tous les secrétaires de section à opter pour le respect des textes du parti. Et à ne pas suivre son ainé Bédié en porte à faux. «Il faut sauver les textes du parti pour le prochain congrès. Bédié est frappé par la limite d’âge. Je suis candidat à la présidence du PDCI  non contre Bédié car selon les textes, il ne peut plus être candidat. Mais également les textes du pays qui régissent les partis politiques l’empêchent d’être président de parti politique au vu de son âge», a indiqué l’actuel Secrétaire général du Pdci. Aujourd’hui comme par le passé, le PDCI souffre, avec la Cote d’Ivoire toute entière, a fait savoir Djédjé Mady. Pour lui,  «le PDCI doit être la toile de fond qui réconcilie les extrêmes en Cote d’Ivoire». Pour l’élection de 2015,  il précise que  «contrairement à ce que certaines personnes ne veulent pas, le PDCI a l’obligation d’avoir un candidat. C’est un droit historique. Cela n’à rien à avoir avec le RHDP. Le PDCI, c’est le PDCI et le RDR, c’est le RDR. Ayons le courage de nos opinions». Avant d’inviter les «congressistes» à faire le bon choix au prochain congrès. «Ne vous trompez pas de choix. Le parti doit sortir fort et uni de ce congrès pour aller à la reconquête du pouvoir perdu», a-t-il lancé.  Et de rassurer  les militants du Pdci que quelque soit les résultats du congrès, il demeurera dans sa famille politique. «Même si je perds les élections, je ne quitterai jamais le PDCI», a rassuré Djédjé Mady. «Au PDCI, tout le monde est utile et personne n’est indispensable. La preuve, c’est que Houphouët est parti. Que Bédié soit le Mandela du parti. Qu’il soit au delà du parti pour donner des conseils de par son expérience aux plus jeunes. Faites passer le message et aidez-moi à relever le PDCI qui a beaucoup de problèmes», a fait savoir le Secrétaire général du Pdci.

Une correspondance particuliere de Kanigui Blessin

 Le Nouveau Courrier: N° 889 Du Vendredi 27 Septembre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !