Face à la tyrannie du régime: Le mot d’ordre de Blé Goudé aux patriotes ivoiriens

L’Union des jeunes du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (UJ-COJEP) a organisé sa rentrée politique samedi 15 mars dans la salle des fêtes de Koumassi SICOGI. A cette occasion, Bly Roselin, président par intérim du COJEP, a décodé le message photographique du leader du mouvement Charles Blé Goudé.

Mercredi 19 Mars 2014 - 02:55


Charles Blé Goudé dans sa cellule de prison
Charles Blé Goudé dans sa cellule de prison
Très peu de personnes l’ont remarqué. Mais au- delà des conditions éprouvantes de sa détention au secret, Charles Blé Goudé a voulu, par les premières photos qui ont suscité l’émoi, faire passer un message politique fort aux combattants de la liberté en Côte d’Ivoire. Bly Roselin a déchiffré ce message, samedi dernier, dans la salle des fêtes de Koumassi où l’Union des jeunes du COJEP organisait sa rentrée politique. C’est la photo qui montre Blé Goudé débout, torse nu, une bible et une éponge en main, qui selon le président intérimaire du Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (UJ-COJEP) véhicule le message. « Nous qui le connaissons bien, nous avons bien saisi la symbolique. Le torse nu signifie que la souffrance de la chaire n’est rien dans le combat. L’éponge bien tenue en main veut dire qu’il n’est pas prêt à jeter l’éponge donc il nous demande de ne pas abandonner la lutte pour sa libération et le combat pour la dignité de l’Afrique. La bible, parce que selon lui, cette crise a une dimension spirituelle, par conséquent, il ne faut pas faire tout à la fois. Garder la foi en Dieu qui va nous permettre d’être vainqueurs », a décodé Bly Roselin. Le président du Comité exécutif de crise du mouvement politique de Charles Blé Goudé a donc mis en mission  les jeunes du COJEP pour véhiculer ce message. «Parcourez les bases et passez le message. C’est un message de réarmement moral et spirituel mais tout le monde sait que le COJEP  s’est inscrit dans la réconciliation. C’est pour cela que nous avons fait le choix de nous concerter avec tout le monde»,  a recommandé Bly Roselin. Il a rappelé que sa structure a rencontré des diplomates accrédités en Côte d’Ivoire, des personalités chargées du processus de réconciliation, des autorités gouvernementales. Il projette de rencontrer  d’autres personnalités dont Hamed Bakayoko, ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, et des chefs religieux. «Nous sommes dans la dynamique de la réconciliation alors nous demandons au régime  de libérer notre leader maintenant. Et  quand tous les recours seront épuisés, nous vous inviterons à des actions», a conclu Bly. la lutte quittera les salles pour la rue Martial Yavo, ancien président par intérim du COJEP qui est sorti récemment de prison  et Eric Gnamaka, président de l’UJ- COJEP ont abondé dans le sens de Bly Roselin. Ils ont dit que la recréation sera bientôt terminée. La lutte quittera alors les salles pour la rue. « Comme le COJEP est engagé dans la réconciliation, il y a des choses qu’on se garde de dire, mais nous sommes révoltés par les images de notre leader; Il ne mérite pas ce traitement car il a été la cheville ouvrière des accords politiques de Ouagadougou. Je suis d’autant plus indigné qu’on parle de montage. Mais les champions des montages en Côte d’Ivoire, c’est vous», a insisté Martial Yavo. Ancien pensionnaire des prisons du régime, il a appelé à la solidarité autour de tous les détenus politiques. «Jeunes de Côte d’Ivoire, Charles Blé Goudé se meurt. Levons- nous», a lancé pour sa part Eric Gnamaka. Tous les intervenants, parmi lesquels se trouvait Djédjé Eric du PANEL, ont rendu un vibrant hommage à Laurent Gbagbo,  Simone Gbagbo, Charles Blé Goudé et à tous les détenus politiques. Ils ont exigé leur libération. Ils ont eu une pensée particulière pour Angenor Youan Bi, l’un des responsables du COJEP encore en prison. Ils ont eu des mots de compassion pour sa compagne Amenan Germaine qui était dans la salle avec leur enfant, une toute petite fille qui n’a pas vu son père depuis deux ans et 4 mois.   Les jeunes et les femmes du COJEP ont profité de cette occasion pour saluer et honorer Yavo et son ex-codétenu Gnago Anguirat. Ils les ont couverts de présents. Tous ont rendu un hommage particulier à Moise Lida Kouassi, ‘’leur repère’’, selon Bly Roselin. Il était le parrain de la cérémonie. Il était présent. Il a présenté les excuses du Premier ministre Aké N’Gbo, l’invité spécial empêché par un deuil. Le parrain a rendu un hommage à tous ses filleuls dont Charles Blé Goudé. En paraphrasant Martin Luther King, il a invité les Ivoiriens «à s’engager à vivre ensemble, sinon ils  périront ensemble comme des idiots».

Dan Opéli

Source: Le Quotidien d’Abidjan n°1111 du  mardi 18  mars 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !