FPI :La fronde grandit contre Affi

Le Front populaire ivoirien est toujours miné par la crise déclenchée par le réaménagement technique du secrétariat général. Comme ces derniers jours, les têtes fortes du parti ont encore boycotté l’appel du président Pascal Affi N’guessan.

Samedi 12 Juillet 2014 - 10:10


Au moment où nous bouclions hier, la réunion du secrétariat général convoqué par le président du FPI dans la foulée du secrétariat exé- cutif de la veille, n’avait pas encore livré ses secrets. Seule certitude à cette heure-là, le boycott des principales têtes du parti restait de rigueur. Selon des témoignages recueillis au QG de Laurent Gbagbo qui fait office de siège de l’ancien parti au pouvoir, Aboudramane Sangaré, 1er vice- président du FPI et Alphonse Douati en particulier n’ont pas à nouveau répondu à l’appel du président. La fronde anti-Affi a d’ailleurs pris hier, dans le journal Le Temps, la forme d’une défiance ouverte avec cette interview musclée du dernier cité. L’ancien ministre de Gbagbo qui n’a pas cité une seule fois le nom du président du FPI lui a reproché tous les errements actuels de la direction accusée de vouloir tourner la page Gbagbo ou de faire de l’entrisme. « Penser un seul instant pouvoir tourner la page Gbagbo s’apparente à un crime politique. La page Laurent Gbagbo est intournable. Je refuse de croire qu’il y a des militants qui, un seul instant, puissent penser ainsi ! Je refuse de croire qu’il y a des personnes au FPI qui ont pour objectif de tourner la page Laurent Gbagbo », a-t-il dénoncé, dégainant aussi contre les nomiations opérées par Affi N’guessan. « Tout comme les militants, je suis surpris par le remplacement de Laurent Akoun et par le réaménagement de tout le secrétariat général. Mais, au-delà de la surprise et de l’étonnement, j’en suis à m’interroger sur sa perti- nence et sur son opportunité. Je suis choqué et je ne m’explique pas l’humiliation infligée à Si- mone Gbagbo qui demeure un grand symbole du parti. J’en suis à m’interroger sur la nécessité d’humilier madame Amon Marthe Ago, l’ex-vice présidente de l’Assemblée nationale, élue dans cette instance, selon les mêmes critères que celui du président de la République. » Hier des sources sur place que nous n’avons pas pu vérifier annonçaient une vague de refus de certains militants nouvellement nommés, soit parce qu’ils n’auraient pas été consultés préalablement soit parce que le nouveau secrétariat général est déjà dans l’impasse. En effet, le comité de contrôle du parti a été saisi par l’ancien secrétaire général et Alphonse Douaty. Le premier conteste la légalité de son éviction parce qu’il a été élu par un congrès. Bref, à quelques jours de l’arrivée de François Hollande, le président du FPI se présente à la fois comme un homme seul, sous pression de ses camarades et clairement menacé par un comité central extraordinaire qui pourrait le contraindre au départ. ■

Sévérine Blé

Source:Aujourd’hui / N°683 du Vendredi 11 Juillet 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !