FPI- Douati : « Laurent Gbagbo a déjà le Fpi en mains. Il nous reste à formaliser cela. Il faut maintenant extirper le ver du fruit »

La tournée d’information et de remobilisation entreprise depuis le lundi dernier par la direction de campagne du président Laurent Gbagbo qui brigue la présidence de son parti, se poursuit et s’intensifie sur le terrain.

Samedi 27 Décembre 2014 - 08:13


Alphonse Douati
Alphonse Douati
A la tête d’une délégation composée de Michel Gbagbo, secrétaire national, chargé de la politique pénitentiaire et des détenus politiques, Me Kouassi André, vice-président et de l’honorable Diomandé Mamy, coordonateur de ces tournées, le ministre Alphonse Douati s’est rendu, le mardi dernier, dans la fédération Abidjan-Banco, à Yopougon : Port-Bouet 2 et Niangon nord. Malgré l’heure tardive (20H21h), les militants étaient nombreux à attendre le vice-président du FPI. Visiblement décidés à exiger le départ du président sortant de leur parti, Affi N’guessan, les militants n’ont pas attendu longtemps pour donner de la voix.  « Il faut qu’Affi soit dégommé très rapidement, » martèle d’entrée Zacry avant de s’interroger  « où est passé le financement public dont le parti a bénéficié sous le président Gbagbo ? ». Considérant que les pro-Affi ont trahi,  Mme Hortense Gnahoré souhaite qu’ils soient mis en quarantaine dans leurs comités de base, sections et fédérations respectives. En plus, selon elle, ils ne doivent même plus assister aux réunions de la direction de campagne du président Gbagbo. Philippe Yoli s’est quant à lui interrogé sur la conduite à tenir au cas où la justice invalidait la candidature du président Gbagbo. Réagissant aux préoccupations et suggestions des militants, Alphonse Douati  leur a demandé de jouer la carte politique pour dompter la nébuleuse Affi. « La justice a ses règles. Quand tu en abuses, tu reçois toujours le retour de la manivelle. Affi abuse de la justice aujourd’hui. Mais un jour, elle va se retourner contre lui  », prévient le viceprésident du FPI. A propos du congrès qui a été reporté, le ministre Douati a confié à ses interlocuteurs qu’il l’appelle de tous ses vœux afin que le camarade Affi leur rende compte de ses 13 années de gestion financière et politique à la tête du parti. Par ailleurs, l’ex-ministre de l’Agriculture s’est dit indigné par rapport à l’occupation abusive  du QG de campagne du président Gbagbo, par Affi. « C’est honteux de prendre la propriété privée des gens pour en user selon ses humeurs. Le droit va régler cela, tranquillisez-vous », a rassuré le ministre Douati avant de rappeler aux militants l’objectif majeur de la lutte qui est, selon lui, de redonner le FPI à son fondateur, Laurent Gbagbo. « L’objectif majeur, c’est de redonner le parti à Laurent Gbagbo pour qu’il en soit le président. Le président du Fpi s’appelle Laurent Gbagbo. Que tu veuilles ou non, c’est Gbagbo notre président », a-t-il coupé
court. Il n’a pas non plus  manqué de lever un coin de voile sur le deal que préparaient Affi et le régime pour faire prendre le parti de Gbagbo à son propre piège. Mal leur en prit, dit, eux sont restés vigilants au point de faire échec à la stratégie qui s’échafaudait autour d’eux : « Ils s’attendaient à  ce que nous descendions dans les rues, après le report du congrès afin d’interdire le Fpi de toutes activités. Faisons la politique et on verra qui viendra ici pour tenir un meeting dans Yopougon de Gbagbo », observe le vice président Douati avant d’évoquer une petite anecdote: « Sachez que maintenant Affi commence à répondre aux courriers du comité de contrôle. Avant, il faisait la sourde oreille ». Séance tenante,  Le fédéral Narcisse Kuyo a annoncé la tenue prochaine d’une assemblée générale extraordinaire. Pour, ditil, réitérer leur soutien total en la candidature du président Gbagbo et exiger la suspension d’Affi par le congrès.  Avant d’ajouter que la fédération aura bientôt 100 sections. Après Port-Bouet 2, la délégation du ministre s’est rendue à Niangon Nord. Là aussi, l’accueil a été chaleureux et la mobilisation exceptionnelle. Assoiffés également d’information, les militants de cette zone ont posé les mêmes questions et fait les mêmes suggestions à leur hôte. Notamment la radiation d’Affi pour son manque de solidarité envers la première dame et les autres prisonniers politiques. Mais aussi ses attaques contre la candidature du président Laurent Gbagbo et la fermeture de son QG de campagne... Tout a été évoqué. Et le ministre Douati a donné les mêmes informations aux militants de Niangon Nord. Insistant sur la page Affi qui est en train d’être tournée progressivement au FPI,  le ministre Douati rassure : « Laurent Gbagbo a déjà le Fpi en mains. Il nous reste à formaliser cela. Il faut maintenant extirper le ver du fruit » Avant de quitter ses hôtes, le vice président du FPI a  demandé à ces derniers de faire la politique comme le président Gbagbo la leur a enseignée pour vaincre Affi.

« Nous avons pris la résolution qu’Affi ne doit plus mettre les pieds dans les fédérations »

Le mercredi 24 décembre, c’est autour de Laurent Akoun de visiter les militants d’Aboboté et d’Anyama-Adjamé pour la même mission : informer et remobiliser les troupes acquises à la cause du président Laurent Gbagbo. Mais le vice-président du FPI n’était pas seul. A ses cotés, il y avait Jean Gervais Tchéidé, Franck Anderson Kouassi,  Maurice Lohourougnon, Koné Aboubacar, Coulibaly Yacouba,  Danho Kassi et Kety lanciné Soumahoro. Dans les deux sections de la fédération Abidjan 2A, Laurent Akoun a indiqué aux militants les raisons qui justifient les agissements du président sortant de son parti. . « C’est tout simplement  parce que qu’il veut,  pour le compte de ceux qui le font agir, faire croire  que le Président Laurent Gbagbo est un faussaire.  Et pour faire prospérer son action, il a des complices qui sont Assoa Adou,  son directeur de campagne  et le Comité  de contrôle.  Face à tout cela,  nous sommes venus pour vous dire qu’Affi ne veut qu’une seule chose : détruire le Fpi . Affi dit que les blancs sont trop forts. Raison pour laquelle,  il nous demande  de nous coucher devant Ouattara. Afin qu’il nous marche dessus,  il dit que Gbagbo a fait trop d’erreurs. Il parle des erreurs  mais il ne parle pas des siennes.  Affi n’est plus avec nous. Nous n’avons plus le même langage. Et  nous ne menons plus le même combat. Nous avons pris la résolution qu’Affi ne doit plus mettre les pieds dans les  Fédérations »., a instruit l’ex-secrétaire général et porte parole du parti. A ceux qui pensent s’enorgueillir de la disparition du FPI sur la scène politique, il répond : «  le Front populaire ivoirien est incassable. » Pour le représentant du Dr Assoa Adou dans la fédération Abidjan 2A, peu importe l’issue de la décision de justice. Car dit-il « c’est le Président Laurent Gbagbo que nous connaissons. Il est notre candidat. Personne ne peut nous empêcher de le porter à la tête de notre parti »


Pierre Kalou

Source:  Aujourd’hui /  N°795
 





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !