FPI: Communiqué final du Comité Central Extraordinaire du 12 mars 2016

Dimanche 13 Mars 2016 - 22:38


Aboudramane SANGARE, Vice-président du FPI
Aboudramane SANGARE, Vice-président du FPI
Comité Central  Extraordinaire 01/2016 Communiqué final


1. Sur convocation du Secrétariat Général, le Comité Central du Front Populaire Ivoirien (FPI) s’est réuni en session extraordinaire élargie au Comité de Contrôle,  le samedi 12 mars 2016, à Abidjan-Cocody Riviera Golf, de 10h00 à 13h15, sous la présidence effective du camarade Abou Drahamane Sangaré, Président par intérim, assisté du camarade Alphonse Douati,  Secrétaire Général, Porte-parole  du Parti;  

 2. L’ordre du jour de cette session a porté sur les points suivants :
 -Le  procès à La Haye
 -Les informations  générales
 -Les perspectives  
3. Ont répondu présents à cette session extraordinaire, en dehors des excusés pour des contraintes d’exil, de maladie et d’emprisonnements politiques, toutes les structures du Parti   membres statutaires du Comité Central  et le Comité de Contrôle.

 4. Dans son propos liminaire, le Président par intérim du Parti, le camarade Abou Drahamane Sangaré, a tenu à rappeler au Comité Central l’indisponibilité du Président du Parti, le camarade Laurent Gbagbo, détenu injustement à la prison de la Cour Pénale Internationale (CPI) à La Haye, ainsi que celle de  Hubert OULAYE , président du Comité de Contrôle, des Vice-présidents Simone Ehivet Gbagbo, Moïse Lida Kouassi et  Assoa Adou, du Secrétaire Général Adjoint KOUA Justin  et du Secrétaire National DAHI Nestor.

 5. Le Président Abou Drahamane Sangaré a, par ailleurs, informé le Comité Central de ce que le Président Laurent Gbagbo dont le procès s’est ouvert le 28 janvier 2016 à la Haye aux Pays-Bas, se porte bien physiquement, moralement et intellectuellement. Il   est informé de la vie politique en Côte d’Ivoire et  suit avec grand intérêt l’implication du FPI dans celle-ci. Le Président Laurent Gbagbo a-t-il dit, est fier des militants et les félicite pour avoir réussi à maintenir debout le FPI malgré l’acharnement du régime Ouattara et ses obligés contre le Parti ; Il a rassuré le Comité Central qu’à la Haye,  le Président Laurent Gbagbo est en posture de combat et compte sur les militants et le peuple tout entier pour la libération de la Côte d’Ivoire.  Il a enfin exhorté le Comité Central, qui est le socle du Parti,  à demeurer alerte et à davantage de rigueur dans le travail pour relever les défis importants dont le premier est la libération du président Laurent Gbagbo et du ministre Blé Goudé. Il a appelé les membres à prendre conscience de leur responsabilité dans la situation nationale caractérisée par la tentative de retour à la pensée unique et au parti unique. Il les a exhortés à garder une pensée pour les camarades décédés, les prisonniers et les exilés.  

6. Abordant le 1er point de l’ordre du jour, le Comité Central a entendu une communication du Secrétariat Général présentée par le Vice-présent Séri Gouagnon.   

7. Dans cette communication relative au procès à La Haye, le camarade Vice-président  rappelle que le Procureur Fatou Bensouda accuse le Président Laurent Gbagbo et le Ministre Charles Blé Goudé d’avoir élaboré et mis en place  un plan commun pour exterminer les dioulas et les musulmans qui sont des partisans d’Alassane Ouattara, en Côte d’Ivoire, faits constitutifs de crimes contre l’humanité qui se déclinent en   : o Viol de femmes ; o Tuerie de 7 femmes lors d’une marche pacifique à Abobo ; o Tuerie des femmes dioulas au marché d’Abobo ; o Répression dans le sang une marche pacifique du RDR sur la RTI.

8. Alors que, lors du procès pour la confirmation des charges en 2013, les preuves présentées par le procureur avaient été jugées insuffisantes, il a été demandé à la  Procureur Fatou Bensouda de reprendre son enquête pour trouver de nouvelles preuves.

9. Or, à l’ouverture du procès, l’exposé préliminaire du Procureur a montré clairement qu’elle n’a pas  trouvé de nouvelles preuves contre le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé. La comparution de 138 témoins à charge ayant pour but de faire trainer en longueur le procès et garder le maximum de temps le président Laurent Gbagbo à la Haye.

 10. Le Comité Central a ainsi été avisé que le contre-interrogatoire a mis en évidence la vacuité des  témoignages des 4 premiers témoins appelés à la barre et que celui du 5ème  mettait en posture délicate le procureur.

 11. Au regard de ce qui précède et tenant compte des défections avérées de certains témoins, le Comité Central est appelé  à garder confiance et à répercuter sa sérénité dans toutes les structures du Parti, quant à la victoire finale de la vérité sur le mensonge et de la libération, au plus tôt, du président Laurent Gbagbo et du ministre Charles Blé Goudé.

12. Le Comité Central, après en avoir débattu, adopte entièrement les conclusions de cette  importante communication ;

13. Le Comité Central rappelle à tous les militants et aux  démocrates du monde entier, qu’il s’agit bel et bien d’un procès éminemment politique. Dès lors, il urge que  des solutions politiques soient prospectées  pour aboutir à la libération du président Laurent Gbagbo et du Ministre Charles Blé Goudé.

14. Le Comité Central instruit le Secrétariat Général de tout mettre en œuvre pour  mobiliser et tenir en posture de lutte toutes les structures du Parti sur l’ensemble du territoire national et à l’extérieur, ainsi que les militants, les sympathisants, les démocrates et toutes personnes éprises de justice et d’équité  pour  le triomphe de la vérité et la libération du président Laurent Gbagbo et du Ministre Charles Blé Goudé.  

15. Le Comité Central apporte solennellement son soutien appuyé aux anciens chefs d’Etat Africains initiateurs d’une déclaration sur le cas Gbagbo et à tous ceux qui œuvrent  pour le triomphe  de la liberté des peuples et de la démocratie en Afrique en général et en particulier à toutes  ces personnes qui battent le pavé en tout temps à la Haye, en Europe, en Amérique  et en Afrique pour la cause de ces deux (2) victimes de la haine et de l’intolérance politique.

16. Le Comité Central félicite et soutient sans réserve les avocats de la défense pour le travail fourni, dense, fouillé et documenté sur la réalité des évènements de la crise postélectorale de 2011 en Côte d’Ivoire notamment : o Les avocats du Président Laurent Gbagbo : Maître Emmanuel Altit,  Maître Jennifer Naouri, Maître Agathe Barouan, Maître Andreas O’shea et le Professeur Jacobs o Les avocats  du Ministre BLE Goudé : Maître Alexander Knoops, Maître Zokou Séri, Maître Claver N’dri, Maître Gbougnon Serge .

17. Le Comité Central  a été aussi informé que depuis le lundi 29 février  2016, quatre (04) membres de la Direction du Parti notamment le président  Sangaré, les Viceprésidents  Akoun et Marie Odette Lorougnon et le 1er Secretaire Général Adjoint, porte parole par intérim, Koné Boubakar ont été assignés en justice par le sieur Affi NGuessan. Le verdict de l’audience du vendredi 11 mars a été  remis au lundi 14 mars 2016.

18. Le Comité Central, tout en élevant une vive protestation, rappelle que le 3ème Congrès Extraordinaire du FPI tenu le 30 avril 2015 à Mama (Gagnoa) dans le strict respect des textes du Parti, a solennellement prononcé l’exclusion de M. Affi NGuessan.  Il ne parle et n’agit plus au nom de ce Parti dirigé depuis cette date par le Président Laurent Gbagbo. Il informe les militants et l’opinion nationale et internationale que ce Monsieur a été  saisi par voie d’huissier des décisions de ce congrès depuis Mai 2015 et qu’il ne les a jamais contesté.

19. Le Comité Central s’insurge encore une fois  contre l’intrusion intempestive de la justice dans les affaires intérieures des partis politiques de l’opposition, avec un harcèlement particulier du FPI, offrant de la sorte un terreau propice à l’accentuation de la dictature en Côte d’ivoire.  

20. Le Comité Central  du FPI en appelle à la retenue et à la dignité des hommes de loi utilisés comme bras séculiers du pouvoir, ce que le sieur Affi qualifie de « son gourdin », afin que les populations ivoiriennes ne désespèrent pas de la démocratie âprement et fièrement obtenue en Côte d’ivoire. Il demeure saisi de la question.

 21. Le Comité Central a noté l’absence du Vice-président chargé de la stratégie, le camarade  Lia Bi Douayoua, contraint à nouveau à l’exil politique depuis le dimanche 06 mars 2016 suite à un acharnement incompréhensible et inacceptable du pouvoir RHDP, alors que le discours officiel tend à faire miroiter aux exilés un retour apaisé. Le Comité Central lui apporte son indéfectible soutien et l’assure de sa solidarité militante.

 22. Le  Comité Central a été informé de la tourné qu’a effectué  le Secrétariat Exécutif du Front Populaire Ivoirien (FPI) conduit par le président Sangaré dans les fédérations du District d’Abidjan, pour informer les militants et échanger avec eux sur le procès à la Haye. Cette initiative a connu un franc succès dans toutes les 17 localités visitées par la délégation.
23. Le  Comité Central apprécie à sa juste valeur cette entreprise de mobilisation et félicite  le Secrétariat Général et l’ensemble des structures mobilisées pour son succès.  

24. Le Comité Central instruit le Secrétariat Général pour la vulgarisation des cette phase pilote à travers tout le pays et lui commande  de développer et de s’impliquer dans toute initiative nationale et internationale destinée à obtenir la libération rapide et définitive du président Laurent Gbagbo et du ministre Charles Blé Goudé. Il demeure saisi de la question.

25. Le  Comité Central enfin, demande à chaque militante et à chaque militant en Côte d’ivoire et  l’étranger,  dans les  organes dirigeants, les structures de base, les structures spécialisées et d’activités, à cultiver la confiance, la persévérance, la perspicacité et  à se tenir prêts, toujours mobilisés, à l’écoute des mots d’ordre.  


Fait à Abidjan, le 12 mars 2016            

Le Comité Central




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !