FPI/ Brigitte Kuyo: Une nomination aux contours ambigus. Querelles d'ego et d'intérêts en perspective.

Mercredi 11 Septembre 2013 - 00:46


Brigitte Kuyo à gauche, tenant Hortense Assalé par l'épaule. Sauront-elles sincèrement faire la paix des braves dans l'intérêt de leur Parti?
Brigitte Kuyo à gauche, tenant Hortense Assalé par l'épaule. Sauront-elles sincèrement faire la paix des braves dans l'intérêt de leur Parti?
Elle avait l'air bien surprise ce samedi 7 septembre à l'annonce de sa nomination par le président du Front populaire ivoirien, Pascal Affi N'Guessan. Cela semble cependant loin d'être le cas, si l'on se fonde sur les bons rapports existant entre les deux personnes. Rapports au nom desquelles elle était quasiment en rébellion contre l'ex-équipe intérimaire dirigeant le parti, conduite par Miaka Oureto,  soupçonné à tort ou à raison de s'engager dans des compromissions ou de vouloir usurper le poste de président du Parti, pendant que son véritable titulaire croupissait dans les geôles de la Dramanie.  De bons rapports qui font penser à ses détracteurs que l'ex-Représentante du FPI en France a été nommée à son nouveau poste par affinité et non par mérite. Pour le moins qu'on puisse dire, cette nomination ne cessera de faire grincer les dents de ses détracteurs. Ils ne cesseront de gloser sur sa cette nomination, ceux qui avaient jubilé lorsqu'elle a été remplacée à la tête de la Représentation du FPI en France par Hortense Adé Assalé. Peu importe, sans doute, pour la  nouvelle nommée Secrétaire nationale chargée de la diaspora et des représentations du FPI à l’extérieur. Elle est désormais aux commandes, à un haut poste de responsabilité, plus important que celui qu'elle occupait précédemment.
Mais au-delà des réactions sympathiques ou antipathiques suscitées par la nomination de Brigitte Kuyo, il y a lieu de souligner qu'elle ne reste pas moins ambiguë. Une ambiguïté qui se situe au niveau de la formulation de son titre et des incompréhensions qui pourraient en résulter.
"Secrétaire nationale chargée de la diaspora et des représentations du FPI à l'extérieur", ainsi se trouve formulée la nouvelle fonction de Brigitte Kuyo au sein de son Parti.
La diaspora fait référence à "la dispersion d'une communauté, d'une ethnie à travers le monde". Par extension, la diaspora désigne l'ensemble des citoyens d'un pays vivant à l’étranger. Les représentations d'un parti politique à l'extérieure, désignent naturellement l'ensemble des Organes de ce parti situés à l'étranger et y agissant au nom de ses intérêts. En tant que structures organisées, les Représentations d'un parti politique à l'extérieur servent de médiation entre les militants de ce parti issus de la diaspora, qu'elles organisent et entretiennent politiquement, et les principaux Organes du parti situés sur le sol national. Ainsi, de toute évidence, toute Représentation extérieure d'un parti politique appartient à la diaspora, au sens où ceux qui la dirigent, tout comme les militants qui lui sont rattachés en sont issus.
Mais politiquement, en ce qui concerne les partis politiques,  "la diaspora" n'existe pas. Il existe plutôt des diasporas. Il existe effectivement une diaspora FPI, une diaspora PDCI, une diaspora RDR, une diaspora UNG, une diaspora NPR, etc... La diaspora ivoirienne est politiquement multicolore. La voix de Brigitte Kuyo en qualité de Secrétaire nationale chargée de "la diaspora" ... ne saurait donc être représentative de la diaspora ivoirienne dans sa globalité, dans sa diversité politique. Il y a donc de bonnes raisons de ne pas prêter au président du FPI une prétention contraire, démesurée et antidémocratique, à travers une telle nomination. A quoi  fait donc référence "la diaspora" dans le titre  "Secrétaire nationale chargée de la diaspora et des Représentations du FPI à l'extérieur"?
Dans l'entendement du président Affi N'Guessan, nous osons croire que "la diaspora" fait implicitement référence aux militants du FPI issus de la diaspora. Si tel est effectivement le cas, il aurait fallu faire l'économie de cette tautologie manifeste dans le titre ici en question. Car "diaspora" et "Représentations du FPI à l'extérieur" désignant dès lors une même réalité.
Mais il pourrait ne pas s'agir d'une tautologie. Et s'il était question d'une formulation bien pensée pour donner plus de pouvoir à Brigitte Kuyo, susceptible dans les faits d'affaiblir, même involontairement, les différents Représentants. Les Représentants, concrètement, sont chargés des militants de la diaspora de leur Parti dans les pays où ils résident. Nommer une Secrétaire nationale chargée de la diaspora, n'est-ce pas lui donner l'occasion de se prévaloir de ce titre pour agir directement auprès des militants de la diaspora, en contournant les différents Représentants? Que restera t-il, dans ce cas, du contenu de la mission des différents Représentants? Le risque de conflits de compétences, de querelles d'égos et d'intérêts pourrait être ici élevé. A supposer que "la diaspora" désigne tous les citoyens ivoiriens qui s'y trouvent sans distinction de leurs partis politiques, et que le titre en question fasse  référence à une Secrétaire nationale chargée des rapports que le FPI entretient ou projette d'entretenir avec tous ces citoyens ivoiriens, la question fondamentale ne reste par pour autant liquidée: Que restera t-il du contenu essentiel de la mission assignée à chaque Représentant du Parti à l'extérieur, quand on sait que Brigitte Kuyo est elle-même issue de la diaspora, réalité qui lui donne une capacité d'action directe élevée?   

Zéka Togui




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !