Exécutions sommaires des pro-Gbagbo: Les graves révélations de Mediapart

Le site d’infos confidentielles Mediapart vient encore de frapper. Il donne l’une des raisons pro - fondes de la guerre qui a été faite à la Côte d’Ivoire.

Samedi 20 Juillet 2013 - 05:45


image d'archives: un camp de torture du régime dAlassane Ouattara
image d'archives: un camp de torture du régime dAlassane Ouattara
«A cause de Bolloré, «si tu bouges, tu es mort!», c’est le titre du papier du site  Mediapart. Tout se comprend aisément. En clair, celui qui n’ose pas faire la volonté du tout puissant Bolloré  et son lobby, surtout sur le continent africain, est un  homme «mort». Et c’est pourquoi, le Président Gbagbo qui a  une approche très transparente de la politique sur le continent africain a été attaqué et dépeint comme un vil dictateur qui ne mérite que la guillotine. A la place de la guillotine, il a été bom - bardé et déporté dans la prison de la Cpi à La Haye, par le roi Sarkozy au nom des intérêts de la bour - geoisie de l’Empire.  Bolloré fait d’ailleurs partie d’un ensemble de groupe de lobbyistes que le site Médiapart baptise les Biguans. voici d’ailleurs ce qu’écrit le confrère en ligne à ce sujet. «Les Biguans, qui ne voulaient plus de Laurent Gbagbo, capables de vendre au plus offrant ce port d'Abid - jan dont ils revendiquent la propriété, documents à l'appui, as - sisteraient depuis quelques semaines, à des exécutions nocturnes de tout opposant aux projets du nouvel homme fort de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouat - tara. Ils se sont regroupés dans une "Coalition Akwaba», annonce le journal en ligne. Les Biguans, ce sont en fait les groupes de lob - byistes de l’Empire qui ont décidé de faire mains par tous les moyens, sur les richesses du continent africain. Le confrère précise même qu’ils considèrent le Port d’Abidjan comme leur propriété et cela, avec un «document à l’appui». Qui leur a déjà vendu  ce port que la Côte d’Ivoire considérait peut-être naïvement,  comme sa propriété ? A quel moment le Port d’Abidjan est- il devenu leur propriété ? Autant de grandes questions. Tout compte fait, au temps de la toute puissance du Pdci, plus précisément au début des années 90, il y a des entreprises nationales pourtant fleurons de l’économie ivoirienne, qui ont  été cédées ici, à un franc symbolique à des grands groupes français. Les Biguans qui ne veulent pas entendre parler de concurrence en Afrique, ont alors mis en branle tous les  réseaux de déstabilisateurs des pouvoirs africains contre le Président Gbagbo. Car il n’est  pas question de parler d’ap - pel  d’offres au Port d’Abidjan et dans plusieurs autres secteurs de l’économie ivoirienne. La suite est connue… Gbagbo parti dans les conditions que tout le monde sait. Ouattara est désormais au pouvoir. Mais le hic est que Ouattara n’est pas un démocrate. Et toutes les cellules focardiennes qui veillent sur les pouvoirs africains comme de l’huile sur le feu, savent que le régime Ouattara souffre d’un énorme déficit de légitimité en Côte d’Ivoire. Ce qui explique la terreur qu’il fait abattre sur le peuple ivoirien. Mais la France pré - fère fermer les yeux sur toutes les dérives du régime. Il y a quand même de gros intérêts français qui sont en jeu. Sur le continent afri - cain, et dans les autres pays du Sud, la démocratie et les droits de l’Homme s’arrêtent là où commen - cent les intérêts de  l’Empire. Et Ouattara qui manie bien le bâton plus que la carotte, y va à fond dans la terreur sur tous ceux qui tentent de lui opposer une véritable opposition. Depuis plus de deux ans qu’il est aux affaires, la Côte d’Ivoire est toujours plongée dans un état de belligérance.  Les pro- Gbagbo sont systématiquement enlevés, torturés, et détenus au secret, dans des conditions inhumaines, dans l’indifférence totale du grand gendarme de l’Afrique qui a subitement perdu son latin sur les droits de l’Homme. «Les Biguans, qui ne voulaient plus de Laurent Gbagbo (…) assisteraient depuis quelques semaines, à des exécutions nocturnes de tout opposant aux projets du nouvel homme fort de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara. Ils se sont re - groupés dans une "Coalition Akwaba» , fait remarquer le journal. Tant que le régime ivoirien peut livrer, mains et pieds liés, la Côte d’Ivoire aux grands groupes français, il aura la bénédiction de Paris. C’est pourquoi l’effroyable terreur des Frci et des Dozos est quasiment applaudie en sous mains du côté de l’Hexagone. C’est aussi pourquoi Ouattara et Soro peuvent être reçus à  l’Elysée, même si cela heurte la conscience humaine. Le journal qui a recueilli un témoignage d’un des Biguans en Europe enfonce même le clou sur l’identité de ceux qui commettent les exactions sur les pro-Gbagbo. «80% de l'armée ivoirienne a disparu dans la nature au moment de la déroute de Gbagbo. Ceux qui les ont remplacés sont des mercenaires, venus du Burkina Faso, du Mali ou du Sénégal, tous les mercenaires que compte le Sahel. Ils viennent la nuit et exterminent ceux qui sont contre les projets de Ouattara, explique encore le représentant des Biguans en Europe» , révèle alors Médiapart. La preuve qu’à Paris, on sait tout sur ce qui se passe en Côte d’Ivoire. Mais on préfère ne rien dire. «La démocratie est un luxe pour les Africains» , avait dit Chirac, dans les périodes chaudes du début du multipartisme en Afrique. Et cela a valeur de vérité au sein de la classe politique hexagonale, à Droite comme à Gauche.
Guehi Brence
gbrence02063193@yahoo.fr

Le Temps N ° 2 9 5 6 l v E N D R E D I 1 9 J U I L L E T 2





1.Posté par Iliassa le 20/07/2013 15:32 (depuis mobile)
«La démocratie est un luxe pour les Africains» , avait dit Chirac, dans les périodes chaudes du début du multipartisme en Afrique.

Nouveau commentaire :

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !