Et si la multiplication des micro-partis politiques était le premier handicap à la lutte des Ivoiriens? Par Liadé Gnazégbo

Dimanche 13 Novembre 2016 - 10:13


    Qu’est-ce-qu’un micro parti politique ou un parti de poche?

 

C’est une association de soutien à l’action d’une personnalité : Un président de la République, un ministre, un élu local …

Le cas Ivoirien est une spécificité au monde. La Côte d’Ivoire compte plus d’une centaine de micro-partis ou partis de poche, créés dans la précipitation après la déportation du président Gbagbo. On doit se questionner quant à la finalité de création en un temps record, d’un nombre aussi important de micro- partis politiques dans un pays où le taux d’analphabétisme avoisine les 50 % . Dépourvus  généralement d’adhérents, de vision et convictions, ces petits partis de poche bénéficient du détournement de la loi sur le financement des partis  politiques. Par exemple, avant  l’élection de 2015, “monsieur Alassane Ouattara, a annoncé le jeudi 1er octobre 2015 que la somme de 100 millions FCFA, sera octroyée à chaque candidat, pour la campagne présidentielle du 25 octobre 2015”.

 

Voici ce que disait  le ministre Bruno Koné à propos de cette subvention de 100 millions: <<Jamais un Président de la sous-région n’a financé ses opposants pendant une élection...Quand vous jouez un match et que vous menez 10 à 0, vous pouvez donner une passe à votre adversaire pour qu’il joue aussi. Ainsi, nous leur avons fait la passe parce que nous avons déjà gagné le match>>

 

La ministre Kandia Camara va à son tour surenchérir:<<  C’est une élection ‘’Kouman-Banan’’. Il n y’a pas plus aveugle que celui qui ne veut pas voir>>

 

La réaction du directeur de campagne d’Essy Amara, le député Kramo Kouassi à propos de ce financement exceptionnel de monsieur Ouattara  .<< Je suis député à l’Assemblée nationale. Nous avons voté le budget 2015. Nulle part, je n’ai vu de ligne dans ce budget qui prévoit le financement des candidats à la présidentielle. Dans le cadre de la recherche de la bonne gouvernance, je ne pense pas que ce soit un bon exemple. Nous ne savons pas comment cela a été décidé ni ce qui justifie l’arrêt de ce montant. Cela a été décidé dans une opacité totale et est présenté comme une aumône d’un individu, alors qu’il s’agit de l’argent public, de l’argent de l’Etat. Les impôts des Ivoiriens doivent être dépensés dans le cadre qu’eux-mêmes ont décidé, c’est-à-dire la loi. Il faut également qu’un cadre soit établi pour que ceux qui en ont bénéficié puissent rendre compte……>>

 
 

Que dit l’’ex-ministre du budget de Laurent Gbagbo, Koné Katinan ?<<Le ministre justin Katinan Koné , estime que l’aide de 100 millions de FCFA octroyée à chacun des dix candidats à la présidentielle du 25 octobre est un « acte de corruption » qui vise à « payer les prestations » des « adversaires-partenaires » du candidat Alassane Ouattara à cette « parodie d’élection ». «La mesure qualifiée d’exceptionnelle est un acte de corruption tout simplement. Monsieur Ouattara paye d’avance les prestations de services de certains de ses adversaires-partenaires dans cette parodie d’élection », a dénoncé M. Koné dans un entretien avec APA. Selon Justin Katinan Koné, «la prestation en question qui est rémunérée d’avance par Monsieur Ouattara est que ses adversaires-partenaires l’appellent au soir du 25 octobre, où font une déclaration pour le féliciter pour sa brillante élection au premier tour. Cela vaut bien une paie« .  « Un candidat qui sort d’une élection avec un bénéfice net d’impôt de 80 millions de FCFA dans une élection où il ne peut mobiliser pas plus de 0,1% de l’électorat est un homme d’affaire gagnant. On ne sait jamais où l’appât peut amener certains à réviser à la baisse leurs exigences sur les conditions des élections. C’est tant pis pour la démocratie et le respect du peuple », fustige-t-il. De l’avis de ce partisan de M. Gbagbo, «le financement des candidats à l’élection intervient après l’élection présidentielle et n’est ouvert qu’aux seuls candidats qui ont obtenu au moins 10% des voix exprimées »

 

Cette façon de faire a poussé beaucoup d’Ivoiriens à  la création de micro-partis politiques afin de bénéficier illégalement de  l’argent  des contribuables Ivoiriens..En fait, ne risque-t-on  pas d’avoir une overdose de politique?

Est-ce- que l’existence de plus de 100 partis est bénéfique à la nation Ivoirienne?

C’est pourquoi, je propose la  création de deux grandes formations politiques comme aux Etats-Unis  “ Républicains et Démocrates”. c’est à dire un regroupement pour tous ceux qui partagent les idéaux de droite et d’un autre côté tous ceux qui épousent les valeurs de gauche. Je pense bien qu’avec ce grand projet , la Côte d’Ivoire pourrait faire avancer non seulement  la culture démocratique, mais éradiquer la corruption active qui règne dans ce milieu politico-affairiste.

 

Par Liadé Gnazégbo





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

Les Filles de Saïoua au Palais de Congrès de Montreuil (France) le samedi 16 décembre 2017