Endettement massif de la Côte d’Ivoire: Les risques d’une asphyxie de l’économie nationale

Le Fpi a célébré sobrement la fête de la Liberté (tous les 30 avril) qui s’est tenue pour cette édition, le samedi 4 mai 2013 au QG de campagne de Laurent Gbagbo, autour d’une série de réflexions sur «l’endettement de la Côte d’Ivoire» sous Ouattara. Selon les experts du Fpi, les risques d’une asphyxie par endettement sont visibles.

Mardi 7 Mai 2013 - 07:56


Billets de Francs CFA
Billets de Francs CFA
Un séminaire sur «l’endettement de la Côte d’Ivoire» s’est tenu le samedi dernier au QG de campagne de Laurent Gbagbo à Attoban au cours duquel plusieurs réflexions ont été menées. Notamment, «Le diagnostic de la crise d’endettement de la Côte d’Ivoire», «La gestion du programme PPTE en Côte d’Ivoire sous la gouvernance du président Laurent Gbagbo », «Endettement optimal et menaces de surendettement de la Côte d’Ivoire par la gouvernance Ouattara » et «Le Front populaire ivoirien pour une alternative de gestion des finances publiques». Pour les experts des questions économiques au Fpi, la gouvernance Ouattara axée sur un endettement massif au lendemain seulement de l’obtention par la Côte d’Ivoire de l’initiative PPTE, fait craindre des risques d’une asphyxie par endettement de l’économie nationale. «L’examen du ratio du stock de la dette publique extérieure au PIB permet de conclure qu’en 2012, l’endettement de la Côte d’Ivoire n’est pas sorti de la zone d’alerte. Les raisons de s’inquiéter d’une asphyxie par endettement sont confortées lorsqu’on se réfère au ratio de la dette publique extérieure aux recettes fiscales», a expliqué Diegba Kotro Blaise qui exposait sur les «menaces de surendettement  de la Côte d’Ivoire par la gouvernance Ouattara». Malgré l’allègement important de la dette extérieure de la Côte d’Ivoire en juin 2012, le régime Ouattara a renoué avec l’endettement extérieur massif qui fait planer d’énormes risques sur la santé économique du pays ont expliqué les exposants. Aussi, la dette cumulée de la Côte d’Ivoire s’élevait-elle en 2012 à 6175 milliards de Fcfa. Selon Maurice Lohourignon qui exposait sur «la gestion du programme PPTE en Côte d’Ivoire sous la gouvernance de Laurent Gbagbo», malgré l’espoir suscité par ce programme PPTE en juin 2012 au moment de l’atteinte du point d’achèvement, la Côte d’Ivoire continue de tendre la main au marché financier international. Citant l’ex-ministre Koné Katinan, Maurice Lohourignon dira que «l’emprunt obligataire, lancé trois mois après le point d’achèvement, démontre le peu d’influence du programme PPTE sur la santé financière du pays et la pluie de milliards de Fcfa n’a été qu’une tornade ayant emporté tout sur son passage. A ce rythme, la dette de la Côte d’Ivoire atteindra très rapidement le même niveau qu’avant l’allégement sans effet sur la réduction de la pauvreté». Il apparait évident pour le Fpi qu’avec la gou - vernance Ouattara caractérisée par la course effrénée vers le surendettement, la Côte d’Ivoire risque d’être maintenue dans le cercle vicieux de la servitude politique et économique.  

Par Frank Toti

Le Nouveau Courrier N°792 du Lundi 06 Mai 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !