En tournée à Bonoua-Justin Koua : «Sans Gbagbo, tout sera toujours bloqué»

Vendredi 24 Mai 2013 - 00:12


En tournée à Bonoua-Justin Koua : «Sans Gbagbo, tout sera toujours bloqué»
Le secrétaire national de la Jeunesse du Front populaire ivoirien (Jfpi), Justin Koua, a rencontré les responsables des structures locales des localités de Bonoua et Grand-Bassam, dimanche dernier. Au menu de la rencontre, la préparation de la relance des activités de la Jfpi.
Justin Koua a rassuré, dimanche dernier, les militants du Front populaire ivoirien (Fpi) de Bonoua et Grand-Bassam quant au retour de Laurent Gbagbo au bercail, au cours d’une rencontre avec les responsables des structures locales. Il a expliqué que, depuis le 11 avril 2011, date de l’arrestation de Laurent Gbagbo par les forces françaises et onusiennes, la Côte d’Ivoire se porte mal. Le temps avance, mais l’on a le sentiment que les choses vont de mal en pire. Aussi a-t-il soutenu que ceux qui ont comploté contre Laurent Gbagbo n’ont pas le choix que de le faire revenir. Autrement, la Côte d’Ivoire ne s’en sortira jamais, tant que le président Gbagbo est en détention à La Haye «Sans Gbagbo, tout sera toujours bloqué», a-t-il affirmé. Le secrétaire national de la Jeunesse du Front populaire ivoirien a dit sa foi dans la libération du président Gbagbo à cause surtout de son innocence.
Justin Koua a donc demandé aux militants de rester sereins et de travailler au retour de celui qui incarne l’avenir. «Aujourd’hui, il faut occuper le terrain politique. Ceux qui dirigent sont conscients qu’ils ne maîtrisent rien. Peureux qu’ils sont, ils mettent tout en œuvre pour nous terroriser et pour nous empêcher de parler. Pour rien au monde nous ne devons céder à la peur. Reprenons courageusement la lutte !», a-t-il affirmé.
Le patron de la Jfpi a soutenu qu’après deux années au pouvoir, Alassane Ouattara a convaincu tout le monde sur son incapacité à gouvernerla Côte d’Ivoire. A cet égard, il a relevé qu’à la place des promesses faramineuses, aujourd’hui, c’est plutôt la misère et la désolation que le pouvoir sert aux Ivoiriens. Et le numéro un de la Jfpi de dire que la page doit être tournée. «Alassane Ouattara a échoué. Il faut le faire partir par les moyens démocratiques», a-t-il estimé. Dans cette optique, le leader de la Jfpi a demandé aux responsables des structures locales de projeter un giga meeting dans les semaines à venir. Mieux, il a exigé que les structures de base reprennent leurs activités en organisant les réunions régulières comme cela se faisait.
Justin Koua a rappelé à toutes fins utiles que le Front populaire ivoirien est un parti réputé pour être une formation de lutte, à l’image des partis comme l’Anc en Afrique du sud. Dans cette épreuve difficile, il est important que les militants aient cela à l’esprit pour relever le défi de l’histoire.
Innocent Akoï, l’ancien président du conseil général de Grand-Bassam, a abondé dans le même sens en invitant les responsables des structures de base à plus d’actions sur le terrain. Il a félicité le secrétaire national de la Jfpi pour ses efforts en faveur du repositionnement du Fpi.
A sa suite, le responsable de la fédération, Miézan Athanase, a dit sa volonté et sa détermination à faire avancer les choses à Bonoua et à Grand-Bassam.


César Ebrokié Envoyé spécial à Bonoua
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !