En meeting à Arrah/Affi N’Guessan : «Gbagbo-Ouattara, y a pas match»

Au 2ème jour de sa tournée, le président du Front populaire ivoirien, Pascal Affi N’Guessan, était à Arrah, dans la région du Moronou hier où il a animé un grand meeting. En meeting à Arrah

Vendredi 13 Septembre 2013 - 05:32


En meeting à Arrah/Affi N’Guessan : «Gbagbo-Ouattara, y a pas match»
Comme la veille, le président du FPI a encore volé hier dans les plumes d’Alassane Ouattara qu’il n’a pas directement nommé. «Si tu n’aimes pas l’autre, tu n’as pas l’amour pour ton prochain, Dieu ne te donne pas le pouvoir. Mais si tu t’ef - forces à arracher le pouvoir, tu n’es pas serein. Regardez vous-mêmes. l’homme qui dit que c’est lui qui a été élu et qui veut se forcer pour diriger le pays. Finalement, il ne peut plus s’asseoir. Il passe son temps à voyager. Parce que quelque chose qui ne t’appartient pas, tu veux le prendre par force. Mais tu l’obtiens et finalement tu ne peux plus t’asseoir parce qu’on a l’impression que ça brûle. Les chefs le savent, ce n’est pas à tout le monde qu’on donne le fauteuil. Et tu ne peux pas dire que je vais le voler pour m’asseoir pour diriger», a raillé Affi N’Guessan lors de son meeting qui a vu une foule impressionnante déferler sur la place publique qui jouxte le Centre culturel d’Arrah pour l’écouter.
Gbagbo-Ouattara, y a pas «match» Celui que les populations appellent «le fils du Moronou» a dénoncé la gouvernance d’Alassane Ouattara qui se vante régulièrement d’avoir remis le pays sur les rails. Pour l’ex-premier ministre de Gbagbo, ce n’est que de la poudre aux yeux. «Le cacao dont le prix sous Laurent Gbagbo atteignait 1000 Frans Cfa, à combien est-il acheté aujourd’hui ? A combien l’hévéa qui était plus ou moins bien vendu est-il acheté aujourd’hui? Qu’est-ce qu’on peut acheter sur le marché du fait de la cherté de la vie ? Vous qui avez des enfants, pouvez- vous scolariser vos enfants ? Tout ça parce que le pays va mal», a rappelé Affi N’Guessan.
Affi N’Guessan catégorique : «Nous ne retournerons plus en prison» Affi N’Guessan a révélé que pendant que certains proches s’inquiétaient de sa détention à la prison de Bouna, il les a toujours rassurés de sa libération. Il était plutôt serein et répondait : «Laissez le régime faire son vuvuzela. Le jour où Dieu décidera que je sorte, je sortirai pour venir prendre le pouvoir. Parce que je sais avec force conviction que ma sortie de prison est prémonitoire», a-t-il déclaré. Avant de préciser : «Certains vous ont parlé de liberté provisoire, je sais que vous en avez entendu parler. Mais soyez sereins. La prison, c’est du passé. Parce que si je devais rester en prison je le serais encore actuellement. Vous avez ouvert la prison, nous sommes sortis, pourquoi allez-vous nous remettre là-bas ? Nous ne retournerons plus en prison. Que tous ceux qui sont en prison sortent et ils sortiront tous. Que tous nos frères qui, à cause de la méchanceté, sont en exil au Ghana, Togo, Benin… que tous reviennent. Ce n’est pas leur place là-bas. S’ils ne viennent pas, la Côte d’Ivoire ne se portera pas mieux. Parce que la Côte d’Ivoire est une et indivisible». Affi N’Guessan a également réitéré que Gbagbo reviendra de La Haye. «Que Gbagbo sorte de prison pour qu’on parle de paix», a-t-il réaffirmé devant une foule enthousiaste qui acclamait à tout rompre durant son discours prononcé pour l’essentiel en langue Agni. Une mobilisation qu’il a d’ailleurs saluée. Car, dira-t- il, «je suis particulièrement ému par cette mobilisation, par ces sentiments d’affection, par cette joie que je lis sur vos visages, par cette effervescence que la ville d’Arrah connait toujours parce que l’un de ses fils est de retour». Parce que, a expliqué le président du FPI, c’est cet engagement et cette détermination qui ont permis leur libération. «Nous vous disons merci parce que c’est grâce à vos prières que nous sommes sortis de prison», a indiqué Affi N’Guessan.
Affi : «Plus rien ne peut nous arrê- ter. Nous iront jusqu’au bout» Le président du FPI n’a pas manqué de remercier le Roi d’Arrah Nanan Téhoua II ainsi que Nanan Adou Bibi II. «Quand j’ai été envoyé en prison à Bouna, les deux premières personnes qui sont allées me voir sont le roi Nanan Téhoua II et son frère Nanan Adou Bibi II. Ils ont tout fait pour aller me voir et avoir de mes nouvelles. Ils ont effectué le déplacement mais n’ont pu me rencontrer. C’est ainsi que Nanan Adou Bibi II a envoyé un message au Roi de Bouna pour lui dire que je te confie notre fils Affi, fais en sorte que rien ne lui arrive», a révélé l’ex-pensionnaire de la prison de Bouna élargi le 6 août dernier.  Poursuivant, il a appelé à la mobilisation : «Comptez sur moi (…) Si le peuple est avec toi, si les chefs traditionnels sont avec toi, c’est ce tu as l’onction de Dieu. Et si Dieu est avec toi, plus rien ne peut t’arrêter». L’ex-Premier ministre a appelé le peuple Agni à faire confiance au FPI. «Faites-moi confiance parce que nous iront jusqu’au bout. Dieu a tracé les sillons, le chemin, plus rien ne peut nous arrêter», a-t-il soutenu.
«La réconciliation ne peut pas se faire sans conditions» Pour Affi N’Guessan, tous les Ivoiriens ont souffert de cette crise et il est temps d’aller à la réconciliation. «La réconciliation est nécessaire, incontournable. La réconciliation n’est pas facultative mais elle a des conditions. On ne va pas se réconcilier comme ça dans le désordre. On ne va pas se réconcilier en croyant qu’on a tout oublié, parce qu’il y a eu des choses graves qui se sont passées. Et ces choses là, il ne faut plus qu’elles se reproduisent à l’avenir. Nous ferons en sorte que ceux qui ont été impliqués à quelque niveau que ce soit aient à s’expliquer. Même si tous nous devons bénéficier du pardon national, nous devons aussi pouvoir dit à la nation, notre part de vérité, notre part de responsabilité dans la crise qui est survenue», a-t-il répondu au pouvoir. Pour sa part, le porte-parole des populations, Boni Kouadio, a déclaré que «pour Gbagbo, Affi N’Guessan est un apôtre». «Affi N’Guessan a triomphé de la mort historique, il a triomphé de la prison, comme Gbagbo triomphera de la prison», a-t-il ajouté.

Par Anderson Diédri, envoyé spécial

Source: Le Nouveau Courrier N° 876 Du Jeudi 12 Septembre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !