Emmanuel Katinan (Coordonnateur Renouveau Pdci-rda): «  Le Président Ouattara doit aller vers les ivoiriens et les écouter  »

Mardi 24 Janvier 2017 - 17:03


Emmanuel Katinan (Coordonnateur Renouveau Pdci-rda)
Emmanuel Katinan (Coordonnateur Renouveau Pdci-rda)

Bonjour M. Katinan. Pouvez-vous vous présenter?


Bonjour, je suis Emmanuel Katinan. Je suis militant du Pdci-rda dont j’ai été successivement Président de comité de base Jpdci au 12eme Arrondissement des 2 Plateaux, Secrétaire de section Vallon et Coordonnateur communal Adjoint a Cocody Nord-ouest. Je suis présentement militant de base du comité de base de Queens à New York et Coordonnateur du Renouveau Pdci-rda Amériques.


Avant d’aller plus loin dans notre échange sur le Renouveau Pdci-rda, un mot sur la crise sociale actuelle dans notre pays  ?


Aucun gouvernement ne peut satisfaire tout le monde au même moment. Il est normal, dans une démocratie, que certaines couches socioprofessionnelles se sentant injustement lésées, manifestent leur mécontentement et exigent réparation. Nous encourageons le gouvernement à discuter, à négocier et à privilégier le dialogue en vue de résoudre ces différentes crises. Nous avons produit un communiqué pour demander à M. Ouattara d’aller vers les ivoiriens, dans les bureaux, sur les marchés, dans les quartiers, dans les amphithéâtres, de les écouter et de leur parler. Il faut qu’il pratique une communication directe avec les ivoiriens, y compris ses opposants. Cela evitera beaucoup de malentendus.


Présentez-nous le Renouveau Pdci-rda


 Le Renouveau Pdci-rda est un courant au sein du Pdci-rda qui prône plus de démocratie à l’intérieur du parti, plus de pouvoir aux militants, une meilleure promotion des jeunes et une meilleure formation politique des cadres et des militants du parti. Nos valeurs sociales nous font adhérer à l’idéologie centriste basée sur le libéralisme social, tendant donc à faire virer le parti de son idéologie originelle de Centre-droit vers le Centre. En ce moment, le Renouveau mène le combat de la relève au sein du Pdci-rda. Le Renouveau estime que la relève doit être préparée à temps pour que le parti puisse survivre et recruter de nombreux militants parmi les nouveaux majeurs. Pour cela, il faut permettre aux jeunes qui sont des modèles et qui auront démontré leur aptitude à mobiliser et à diriger d’occuper de hautes fonctions dans l’appareil du parti afin que les autres jeunes puissent se reconnaitre en eux.   


Que reprochez-vous concrètement à la gestion actuelle du Pdci-rda  ?


Nous ne sommes pas dans une posture de reproches ou d’opposition. Nous sommes dans une vision de contribution, de dénonciation et de proposition en vue d’aider les dirigeants du parti à être en harmonie avec la base.
Depuis le décès du Président Houphouët, Paix a son âme, Le Pdci-rda n’est plus géré comme une famille mais plutôt comme un business. Il y a eu beaucoup de clanisme et la priorité a été donnée à une aristocratie au détriment des intérêts de la base. Le Président Bédié a manque quelques fois de tolérance, d’ouverture et de conciliation, ce qui a mis à mal la cohésion et l’avancée du parti. Résultat  : des millions de militants et de cadres ont quitté le parti et sont allés militer dans des partis nouveaux tels que le Rdr et l’Udpci. Il nous semble qu’une situation similaire se profile en ce moment à l’horizon. Les sanctions prises çà et là, les promotions par  affinité, les entorses faites à nos textes pour satisfaire le Rdr, le manque de considération à l’endroit des militants sont  des faits que nous reprochons à la direction actuelle du parti. Aujourd’hui, les militants ne sont pas en phase avec le projet de parti unifié qui est un vrai sacrilège, un véritable marché de dupes dont les grands perdants seront les militants du Pdci-rda. C’est donc logiquement que le Renouveau a apporté son soutien très actif à de nombreux candidats indépendants issus du Pdci-rda pendant les législatives 2016.


Avant d’en arriver aux législatives, dites-nous comment est structure le Renouveau et qui en est le mentor  ? KKB  ? Bendjo  ? Ouegnin  ?


Le Renouveau Pdci-rda a été mis en place de façon formelle après la crise post-électorale de 2011 par le rassemblement de tous les rénovateurs du Pdci-rda. Il s’est d’abord organisé en Europe avant de s’installer en Amérique. Le renouveau est financé par ses membres, il n’a aucun parrain caché. Les Coordonnateurs des différents pays se retrouvent une fois par an pour un congrès mondial au cours duquel les grandes orientations du mouvement sont définies et budgétisées. Avant cela, ils organisent des téléconférences une fois par mois pour discuter de l’actualité et de la marche du mouvement. En dehors de cela, chaque coordination fonctionne de façon autonome et nous participons aux activités du parti comme tous bons militants.


Quels sont aujourd’hui les axes prioritaires du Renouveau  ?


L’installation des coordinations et des sections à travers toute la Cote d’ivoire et dans le monde entier est notre priorité en ce moment. Nous sommes représentés dans plusieurs grandes villes du pays ainsi qu’aux Etats unis, au Canada, au Brésil, en Chine, en France, au Royaume-Uni, en Italie, en Allemagne, en Espagne, en Suisse, en Belgique, au Niger, au Maroc, au Ghana, au Liberia et au Burkina Faso. Nous invitons tous les ivoiriens qui partagent notre vision à nous rejoindre en nous contactant à  Renouveaupdcirda@aol.com ou en consultant notre site RenouveauPdcirda.com.
Le deuxième axe majeur est le positionnement du Renouveau auprès des cadres du parti et de la direction. Il est temps que les cadres du Pdci-rda qui partagent nos idées puissent s’engager ouvertement et librement, et que ceux qui y sont intéressés aient le courage et la latitude de nous approcher pour mieux nous connaitre et nous comprendre, sans crainte de représailles. Nous envisageons des démarches officielles  auprès de la direction du parti afin de faire comprendre l’intérêt que nous avons à laisser les courants s’exprimer et même à les associer à la gestion du parti.


En quoi le Renouveau est-il différent des autres mouvements au sein du pdci  ? N’Etes-vous pas  en compétition avec la Jpdci  ?


Notre spécificité, c’est l’engagement que nous prenons de défendre la base en général et la jeunesse en particulier. Nous donnons une place importante à la formation politique des jeunes et à la fraternité entre militants. Le Renouveau ne concurrence pas la Jpdci, nous ne sommes pas à la même échelle d’action. La Jpdci prend ses instructions chez le Secrétaire Exécutif chargé de la jeunesse qui lui-même applique textuellement la volonté du Président du Parti. Le Renouveau prend ses décisions avec la base et dans la base et relaye la volonté des jeunes pour l’intérêt des jeunes. Au Renouveau, nous considérons que le Responsable est un bénévole au service des militants. Il peut guider ou orienter les militants, mais il ne peut aucunement se substituer à la majorité des militants et prendre des décisions contre leur volonté.


Parlons des dernières législatives. Vous avez soutenu de nombreux indépendants. Quel bilan en faites-vous  ?


Ces élections ont démontré ce que le Renouveau dit depuis longtemps au sein du Pdci-rda, à savoir que les ivoiriens, toutes tendances confondues, aspirent à un changement de l’environnement politique et un renouvellement de la classe politique actuelle. Ce fut une énorme satisfaction pour nous et nous sommes fiers des jeunes du Pdci-rda. Des candidats tels que Yasmina Ouegnin, Adi Kouame, Marius Konan, Aloco Kouassi, Olivier Akoto ont eu le soutien du Renouveau en terme de communication, de lobbying et même parfois en terme de logistique, sans qu’ils aient eu besoin d’en faire la demande. Nous n’avons pas réussi le même exploit à Port-bouet, à Marcory, à Dimbokro, a Koun-fao, mais la prochaine fois sera surement la bonne. Le communiqué du Secrétaire Exécutif du parti au lendemain des législatives a été un mea culpa qui prouve que le Renouveau avait raison sur toute la ligne.


Que devient KKB dans le dispositif du Renouveau  ?


KKB demeure une personne ressource importante pour le Renouveau. Il a mené un combat louable à la suite des ainés tels qu’Akossi Bendjo, Benoit Coffi ou même Djeni Kobina. Son courage pendant et après le 12eme congrès est digne d’un héritier du Président Houphouët Boigny. Il s’est volontairement mis en retrait après les élections d’Octobre 2015 pour laisser le Renouveau se réorganiser  : c’est la marque des grands démocrates. Libre à lui de revenir à tout moment occuper la place qui est la sienne au sein du Renouveau. Le Renouveau n’est pas la propriété d’un individu, c’est un esprit, c’est une famille, une vague qui porte tout militant qui a le courage de dénoncer de façon constructive ce qui ne va pas dans le parti et qui veut faire avancer le Pdci-rda.


Quelle est la position du Renouveau sur l’action du Président Ouattara a la tête de l’état  ?



Le Renouveau félicite le Président Ouattara pour les efforts qu’il a consentis pour repositionner la Cote d’ivoire sur les plans diplomatique et macro-économique. Le gouvernement du 12 janvier 2017 a consacré des avancées notables en termes de promotion de la jeunesse et du mérite. Malheureusement, de nombreuses injustices demeurent, les femmes sont assez marginalisées, la réconciliation piétine, les ivoiriens s’appauvrissent, le pays se surendette, les microbes continuent de sévir. Nous encourageons le Président à aller à la rencontre de ses concitoyens, à parler directement et sans tabous avec différentes couches socioprofessionnelles, y compris avec les opposants. C’est de la diversité des points de vue que naitra le consensus qui consolidera l’unité nationale et rendra effective l’émergence. Nous demandons aussi à l’opposition de participer à la vie sociopolitique et de privilégier le dialogue constant et l’intérêt général.  


Votre dernier mot  ?



Nous demandons aux jeunes de s’engager dans le Pdci-rda et de croire en le changement. Ensemble, nous redonnerons le Pdci-rda à la base et nous referons de ce parti un parti autonome qui Gagne. Nous encourageons le Secrétariat Exécutif à collaborer avec le Renouveau dans l’intérêt du parti et des militants. Ce qui importe, ce n’est pas un poste, une ambition ou des privilèges, mais la certitude de contribuer honnêtement a l’avancée du parti pour le bien de tous les ivoiriens, quel que soit leur origine ou leur parti politique.



Interview réalisée par Thierry Kouassi, Scom CRPdci-rda USA  
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




20 ANS DE MUSIQUE ES FILLES DE SAIOUA