Elle fait peur au régime sur l'affaire Michel Gbagbo : La juge française Kheris veut débarquer à Abidjan

Mercredi 2 Avril 2014 - 08:06


Michel Gbagbo
Michel Gbagbo
La ténacité de la juge française en charge du dossier « Michel Gbagbo contre  Soro Guillame et ses com’zones » est remarquable. Loin des contingences et des pesanteurs  politiques, elle tente de faire parler le droit dans une affaire qui gêne énormément Paris et trouble le sommeil des dirigeants ivoiriens. Il y a du nouveau dans l’affaire. A voir sa méthode de travail, selon nos informations, Sabine Kheris est aux antipodes de son collègue Ramael  en charge de l’affaire Kieffer et qui a fini par être suspecté par ses pairs français d’accointance avec le clan Ouattara. Sabine Kheris avance dans ce dossier très sensible malgré le refus très net des autorités d’Abidjan de lui faciliter la tâche. Déjà en mai 2013, elle convoque à Paris via l’ambassade de France en Côte d’Ivoire non seulement Guillaume Soro, les dix commandants de zones de l’ex- rébellion impliqués dans les sévices subis par le fils aîné de Laurent Gbagbo mais, surprise des surprises, elle ajoute Alassane Ouattara à la liste des personnes à entendre dans le cadre de cette affaire. Une commission rogatoire  lancée au nom de la coopération judiciaire entre la Côte d’Ivoire et la France ne trouvera aucun écho favorable auprès des nouveaux maitres d’Abidjan qui lui opposent un black-out total, eux si prompts à communiquer. En juillet 2013, lorsque Michel Gbagbo sort des geôles du régime où il vient de passer plus de deux ans, la juge Sabine Khéris relance la machine en le convoquant sur Paris pour l’entendre. Les autorités ivoiriennes l’empêcheront de quitter Abidjan, alors qu’il n’est visé par aucune interdiction de voyager. Pas de découragement de la part de la juge qui le convoque à nouveau dans le mois de février 2014. Là encore, il sera empêché de quitter Abidjan et sera détenu à la DST ivoirienne durant quatre jours avant d’être présenté le 17 février au procureur de la République  qui s’était fendu d’un communiqué indiquant qu’il empêchait Michel Gbagbo de répondre à la convocation de la juge française. Raison invoquée: il est en liberté de provisoire puisqu’accusé de divers délits en Côte d’Ivoire, notamment de détournements de deniers publics, lui qui n’a jamais assumé une fonction afférente à la gestion d’un quelconque budget. Pour continuer l’instruction de ce dossier dans ce contexte peu favorable, la juge Sabine Kheris a décidé de se rendre à Abidjan, selon nos sources, et l’a fait savoir aux autorités ivoiriennes qui, pour l’instant, font la sourde oreille. Jusqu'à quand maintiendront-ils cette ligne particulièrement difficile à tenir alors qu'ils envoient, par ailleurs, leurs opposants à la Cour pénale internationale ?

Armand Iré à Paris

Source: Le Nouveau Courrier  N° 995 Du lundi 31 Mars 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !