Elections locales sous Ouattara: La Côte d’Ivoire otage du Rdr et ses activistes

Samedi 27 Avril 2013 - 03:42


Elections locales sous Ouattara: La Côte d’Ivoire otage du Rdr et ses activistes
Ils ont été rattrapés par leur politique de «rattrapage ethnique». Le Rdr, le parti politique d’Alassane Ouattara et ses activistes ne manquent pas d’imagination pour semer le chaos en Côte d’ivoire. Au pouvoir depuis seulement deux ans, le Rassemblement des républicains (Rdr) dévoile son vrai visage. Abonné et adepte de la violence, le Rdr a tenu à organiser les élections locales couplées, municipales et régionales, malgré les recommandations du Fpi. A peine le vote a pris fin le dimanche 21 avril que les activistes de ce parti se déchaînent partout en Côte d’Ivoire. La violence éclate  au lendemain de ce scrutin consécutif à la proclamation partielle des résultats par la Commission électorale indépendante(Cei). A Abidjan, comme à l’intérieur du pays, la tension monte. Des scènes d’une rare violence sont perpétrées dans nombre de localités avec à la clé, des mairies sous hautes surveillance militaire. Cela est suivi de cas de pertes en vies humaines. La psychose s’empare davantage du peuple ivoirien. Par la faute du Rdr pourtant au pouvoir. Le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), présidé par Henri Konan Bédié, est aujourd’hui au bord de l’implosion. Notamment entre ses principaux partis politiques, à savoir le Rdr et le Pdci. Désormais la guerre est déclarée. Le clash n’a pu être évité. Huit ans après la célébration du mariage et la nuit de noce, au bord de la Seine, à Paris en 2005, le divorce est consommé. Le partage du dernier gâteau d’une décennie de lutte contre un régime démocratique, vient de mettre au gout du jour, les velléités entre les soit disant héritiers de Félix Houphouët-Boigny qui se regardent désormais en chient de faïence. Le Rdr d’Alassane Ouattara et le Pdci d’Henri Konan Bédié sont à couteaux tirés. En attendant l’issue du duel, les résultats partiels donnés par la Cei constituent pour l’heure, le prétexte dont se prévaut chaque camp pour justifier ce qui pourrait advenir. Dans un contexte d’insécurité et de violence inouïe, les Ivoiriens sont pris entre les feux «du tout ou rien du Rdr» . Le parti de Ouattara se réclame être le gagnant incontestable des élections cou - plées. Pratiquement dans toutes les circonscriptions électorales. Tandis que les deux camps s’accusent réciproquement sur des cas de fraudes observés dans de nombreux  bureaux de vote. «Ce sont des accusations farfelues» , rejette le Rdr, par la voix de son porte-parole principal, Joël N’Guessan. Alors que dans un communiqué   laconique, il avait appelé ses «candidats qui ont perdu à féliciter  les gagnants et vice versa». Soit un appel à l’apaisement à l’endroit des candidats Rdr qui refusent de reconnaître  leur défaite. «Cette fois, on ne se laissera pas faire» , prévient pour sa part, le chargé des élections au Pdci, François Adiko. Des sorties qui montrent la montée de la tension entre les deux principaux alliés qui, au final, ont pris la Côte d’Ivoire en otage. Surtout le camp Ouattara qui s’adonne de plus en plus, à la violence et à la fraude. A l’évidence, le Rdr digère difficilement sa débâcle, signe prémonitoire d’un parti aux abois.

Toussaint N’Gotta

  Le Temps N ° 2 8 8 6 l J E u D I 2 5 Av R I L 2 0 1 3




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !