Election présidentielle de 2017 en France: Comment Ouattara travaille pour le «come-back» de Sarkozy

Selon des sources politiques de premier plan, l’actuel chef de l’Etat ivoirien, obligé de l’ex numéro un français, ne ménage pas ses efforts dans la perspective d’une bataille politique visant à faire revenir «l’époux de Carla» au pouvoir. Samedi à Abidjan, Copé a en tout cas appelé le RDR à une forme de «pacte sacré»…

Mercredi 20 Mars 2013 - 07:18


Election présidentielle de 2017 en France: Comment Ouattara travaille pour le «come-back» de Sarkozy
Il y a des faits apparents qui témoignent d’une réalité bien plus «ample» que ce qu’ils laissent voir. Samedi dernier, Jean- François Copé, président de l’UMP, principal parti de la droite française, a rencontré à Abidjan Amadou Soumahoro, le très controversé secrétaire général du RDR, parti ouattariste. Et il a évoqué de manière très claire une sorte de projet revenant à regrouper, derrière l’UMP, pour l’instant dans l’opposition, les formations politiques de droite et du centre droit d’Afrique… francophone. «Nous pouvons constituer une sorte d’association de partis de droite et de centre droit, qui en Afrique, à l’image de ce qui existe aujourd’hui avec le PPE, le Parti populaire européen, qui regroupe tous les partis de droite et de centre-droite en Europe», a affirme Copé. Il a proposé, dans le même temps, que soit organisé, «d’ici la fin de l’année 2013, en octobre», un «colloque qui pourrait se tenir au siège de l’UMP à Paris». Amadou Soumahoro a quant à lui proposé que les jeunesses, les femmes et les parlementaires du RDR et de l’UMP se retrouvent bien - tôt à Abidjan ou Paris. Lune de miel autour de la lagune… Et si Jean-François Copé tentait de court-circuiter Nicolas Sarkozy, en essayant de lier plus fortement les structures officiels de l’UMP et les appareils des partis politiques et régimes africains qui se réclament du conservatisme et du libéralisme économique ? En effet, les milieux politiques français bruissent d’informations convergentes selon lesquelles l’ancien chef de l’Etat hexagonal se préparerait à se poser en «recours» dans la perspective de l’élection présidentielle de 2017. Une ambition qui ne serait pas tout à fait du goût de ses deux «héritiers rivaux» Jean-François Copé et François Fillon, qui essaient de la contrer sans trop le montrer.
Qu’en penseront les socialistes ? Une chose est sûre. Selon certaines sources au cœur de l’establishment français, Nicolas Sarkozy, qui ne dispose plus d’un appareil partisan réel, au-delà d’un cercle politique informel regroupant ses «amis», compte plus que jamais sur les «réseaux» françafricains, et surtout sur son obligé Alassane Ouattara, pour se donner les moyens d’une probable future bataille. Et Ouattara, peut-être plus que Sarkozy lui-même, tressaute d’enthousiasme à l’idée d’une «reconquête» du pouvoir en France. Pour «aider» son «copain», il aurait déjà entrepris de démarcher un certain nombre de chefs d’Etat africains, invités à participer à ce qui présente d’ores et déjà comme un «effort de guerre». Il n’est pas impossible qu’en engageant sa tournée africaine, Jean- François Copé ne nourrisse pas le dessein de «canaliser» cet effort afin de le mettre au profit de l’appareil du parti, au-delà de la personne de Nicolas Sarkozy. Certes, il est dans la tradition de la droite française de s’appuyer sur l’Afrique et ses chefs lors des moments de doute et de disette au cours desquels les «retours au pouvoir» se préparent. Jacques Chirac a notamment usé des réseaux Foccart, dont les défunts Félix Houphouët-Boigny et Omar Bongo Ondimba étaient les piliers historiques, à l’occasion de ses différentes batailles politiques. Mais une question se pose toutefois : les «amourettes» ouvertes de l’UMP et du parti d’Alassane Ouattara seront-elles du goût d’un Parti socialiste qui a abandonné tout esprit critique et toute «conscience de gauche» pour soutenir l’actuel régime ivoirien, y compris en dépit de ses indéfendables dérives liberticides encore dénoncées récemment par Amnesty International ? Il est toujours temps d’observer.

Par Philippe Brou


Source: Le Nouveau Courrier N°754 Du Mardi 19 mars 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !