Economie ivoirienne : Billon évoque une dévaluation du Franc CFA

Mardi 30 Septembre 2014 - 06:51


La rentrée du ministère du commerce, de l’artisanat et de la Promotion des Pme, a fait une révélation de taille, le vendredi 26 septembre dernier. Le premier responsable de ce département ministériel, Jean-Louis Billon, a évoqué le principe d’une dévaluation du franc fcfa. «Comme toute monnaie, le franc CFA est perfectible. Alors si on peut l’améliorer, il faut le faire. Car, indexé à l’Euro, le franc CFA est trop fort. Il faut donc une flexibilité  Si vous êtes un entrepreneur et que vous devez emprunter à 15%. Il y a un problème. Le franc CFA est indexé à l’Euro qui est fort. Au  final,  nous  avons  un euro tropical qui s’appelle le franc CFA qui est plus cher que toutes les monnaies que l’on peut acquérir  ailleurs», a-t-il déclaré face à la presse. cette déclaration du ministre Billon devrait être analysée sous le prisme de la solidarité gouvernementale. d’une part, parce que le sujet est si sensible qu’il a valu à des journalistes de notre voie (césar etou, Didier Depry et Boga sivori) de faire la prison, en novembre 2011, pour avoir annoncé une probable dévaluation du franc cfa. on se rappelle que la Bceao avait dû produire un communiqué pour démentir ce que les journalistes tenaient de sources crédibles. d’autre part, on se rappelle la hargne subie par le fpi quand Pr mamadou Koulibaly, alors ministre de l’économie et des finances au compte du fpi sous la transition militaire (régime du général robert Gueï) avait souhaité la flexibilité du franc cfa face à l’euro. Le gouvernement français et la Bceao avaient, en des termes peu voilés, traité le fpi et le président Laurent Gbagbo, d’adversaires des intérêts de la france et de la zone franc. avançant masqué dans son exil, Alassane Ouattara avait demandé à la France chiraquienne d’en tenir compte dans ses rapports avec le fpi. charles Konan Banny alors gouverneur de la Bceao avait fait une sortie musclée contre le ministre Mamadou Koulibaly. face à cette levée de boucliers, Laurent Gbagbo alors président du fpi avait dénoncé le lynchage dont son camarade de parti était l’objet et l’avait vivement défendu.  Qu’est-ce qui peut alors pousser  un membre du gouvernement Ouattara à revenir sur le sujet délicat de la flexibilité du franc cfa, en soulignant clairement son effet néfaste sur l’économie nationale, s’il n’a pas le soutien de son chef ? en soutenant que la surévaluation du franc cfa, calé sur l’euro, entraîne une inflation en côte d’ivoire,  c’est une invitation à reconnaitre que les problèmes économiques du pays sont le fait d’une monnaie très forte. d’où une dévaluation comme solution idoine à la compétitivité de l’économie nationale. L’économie ivoirienne s’était véritablement relancée après la dévaluation du franc cfa en 1994. L’économie ivoirienne était devenue très compétitive et la balance commerciale du pays positive. c’est un truisme que de dire que l’économie nationale va mal en ce moment malgré toute la campagne démagogique sur la croissance économique. Le solde budgétaire est en déficit constant depuis l’accession d’Alassane Ouattara au pouvoir. et le gouvernement est obligé de solliciter régulièrement le marché financier international pour financer son économie. une dévaluation du franc fcfa pourrait corriger ces déficits. et le gouvernement ivoirien est prêt à aller au charbon pour cela. Billon a lancé la boule. certainement en tant qu’émissaire. en attendant l’effet que cela produira avant d’ôter les masques.

J-S Lia

Source : Notre voie n° 4826 du lundi 29 septembre 2014





Dans la même rubrique :
< >

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !