Duel entre Pro-Gbagbo et Pro-Affi: Le FPI en 2 morceaux ?

Mercredi 12 Novembre 2014 - 09:21


Duel entre Pro-Gbagbo et Pro-Affi: Le FPI en 2 morceaux ?
Le combat à mort aura bel et bien lieu. Lʼarène sʼy prépare, les combattants aussi. Reste plus que le coup de gong qui sonne le début de lʼempoignade. Au soir du 14 décembre prochain, quand sʼéteindront les lampions du 3ème congrès du FPI, on saura qui dʼAffi NʼGuessan, président sortant du parti à la rose, et de Laurent Gbagbo, son fondateur historique, poussera, tel un gladiateur après une rude bataille, le cri de la victoire, sous les vivats de lʼagora. Même si le dernier cité nʼaura pas à vivre « en direct » ces moments intenses ou à en subir les contrecoups, en cas de défaite , parce quʼen ce moment en détention loin du théâtre natal des hostilités, le duel nʼen est pas moins ouvert avec la candidature annoncée de son adversaire. Au cours dʼune rencontre le week-end dernier, lʼancien Premier ministre de Laurent Gbagbo a annoncé le dépôt de sa candidature, aujourdʼhui. Pascal Affi NʼGuessan est candidat à sa propre succession. Une hypothèse qui a provoqué des crises dʼur- ticaire dans le camp des Gbagbophiles, ce même week-end. « Aucune candidature ne doit contrarier Gbagbo », avertit le Dr Alphonse Douati, vice-président du FPI, au cours dʼun meeting à Divo. « Je ne sou- haite pas quʼAffi soit candidat », renchérit de son côté le président de la jeunesse du FPI, Justin Koua, à Nahio dans la sous- préfecture de Saïoua au cours dʼune ren- contre avec les jeunes de cette localité. Les partisans de « Gbagbo ou rien » entendent ainsi faire infléchir la position du président de leur parti, qui pense que le FPI qui lutte en ce moment pour sa survie, doit amorcer un nouveau virage sous lʼim- pulsion de nouvelles personnes. Une éventualité que ne veulent en aucun cas envisager tous les nostalgiques du gbag- boïsme qui estiment que Pascal Affi NʼGuessan a trahi le maitre à penser et quʼil importe de le lui faire payer chèrement son outrecuidance. LʼAppel de Mama qui soutient mordicus la candidature de Laurent Gbagbo au poste de président du FPI va dans ce sens. Le prochain Congrès du parti sʼannonce plus comme une mise à mort de Pascal Affi NʼGuessan quʼune occasion de recoller les morceaux. Lʼan- cien maire de Bongouanou se laissera-t-il abattre aussi facilement? Rien nʼest moins sûr. Car, dans lʼaffaire, Affi NʼGuessan a conscience quʼil est à un tournant décisif de sa carrière politique. Soit il sʼefface pour laisser les irréductibles de son parti le mener à sa perte. Soit il les affronte avec tout ce qui peut comporter comme consé- quences. Ce Congrès du FPI sʼannonce donc comme celui de tous les dangers. Surtout pour lʼex-parti au pouvoir qui joue gros dans lʼaffaire. Les risques que court le parti de Laurent Gbagbo sont énormes. Aujourdʼhui, nombreux sont les cadres qui conviennent avec Affi NʼGuessan que le FPI doit faire son aggiornamento sʼil veut exister sur lʼéchiquier politique. Ces cadres restent convaincus que le FPI peut mener le combat pour la libération de Laurent Gbagbo tout en restant lucide face aux enjeux et défis qui lʼattendent pour lʼéchéance de 2015. Pour eux, il ne faut pas pour autant sacrifier les ambitions qui peuvent être profitables pour tous au détriment des intérêts dʼun individu qui nʼest pas là (et qui ne sera sans doute pas là) pour défendre les couleurs de leur parti à une période aussi cruciale que celle que vit le pays. De plus, Pascal Affi NʼGuessan reste convaincu que la voie empruntée par ses camarades qui le contestent en ce moment, est sans issue. « Aujourdʼhui, quand on écoute Bensouda, quand on écoute tous ceux qui sont dans le dossier du président, on doit tirer les mêmes conclusions. Ça fait sept fois quʼon demande la mise en liberté provisoire du président Gbagbo et les gens refusent. Nous qui sommes dehors, cʼest notre com- portement que Bensouda utilise pour dire quʼil ne faut pas quʼon libère Gbagbo », a martelé le président du FPI le week-end dernier, au cours de sa tournée dans la région de la Mé. En clair, Pascal Affi NʼGuessan rappelle à ses amis qui lʼaccu- sent de parricide que sa démarche vise plus à sauver Laurent Gbagbo que ce quʼils veulent laisser paraitre. Et dʼaccuser : « Les gens exploitent le nom de Gbagbo pour leurs propres intérêts. Quand certains arrivent dans un maquis quʼils veulent manger, ils disent, cʼest Gbagbo qui ditQuand les gens veulent prendre lʼar- gent quelque part, ils disent, cʼest Gbagbo


Jean-Claude Coulibaly

LE PATRIOTE - N°4486 -MARDI 11 NOVEMBRE 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !