Duékoué/La sécurité d’un village abandonnée aux Dozos

Mardi 26 Juin 2012 - 06:43


Duékoué/La sécurité d’un village abandonnée aux Dozos
Après l’attaque perpétrée dans le village de Diéhiba à quelques kilomètres de Guéhibly (Duékoué) ayant fait 4 morts et 14 blessés dans la nuit du dimanche 17 au lundi 18 juin 2012 le village est toujours aux mains des Dozos. Les populations ont fui pour se réfugier à Bangolo pour certains et en forêt pour d’autres, parce que leur village est pris en otage par des éléments des Frci en poste à Guéyébly, qui ont ouvert le feu sur des jeunes gens trouvés dans un bar.. Dès cet instant, les Dozos, recommandés par l’Onuci et le Préfet selon des témoignages, ont bloqué l’entrée et la sortie du village.
La question aujourd’hui, c’est de savoir au nom de quoi l’Etat de Côte d’Ivoire et l’ONU peuvent abandonner la sécurité d’une population à des Dozos ? Quel est donc désormais le statut de ces chasseurs traditionnels venus du nord pour que l’Etat les laisse prendre en otage un village ? Viennent-ils se substituer à la gendarmerie ? A la police ? A l’armée républicaine ? Seraient-ils plus outillés et plus équipés que ces institutions de la puissance publique ? Pourquoi les Dozos ne veulent-ils voir ni la gendarmerie, ni la police, ni personne d’autre que leur confrérie à Diéhiba depuis plus d’une semaine ?
Pourquoi face à une telle situation, où les populations ne peuvent rentrer chez elles, d’autres étant en brousse, les autorités ne disent rien? Qu’ont fait les populations de Diéhiba (Duékoué) pour que le pouvoir Ouattara les abandonne à l’autorité archaïque des Dozos? La Côte d’Ivoire n’aurait-elle plus de gendarmerie, de police ou d’armée républicaine formées et payées pour la sécurisation des biens et des personnes ? Que se passe-t-il ? Pourquoi dans un pays aussi essentiel que la Côte d’Ivoire, les autorités locales, préfectorales, n’ont trouvé de solution aux problèmes des habitants de Diéhiba que celle des Dozos ? Pourquoi des Dozos peuvent-ils remplacer la puissance publique dans la protection d’une population ? Y aurait-il un contrat de sous-traitance en matière de sécurité publique entre les Dozos et l’Etat ? La Côte d’Ivoire serait-elle tombée si bas ? Au point de confier sa sécurité à des féticheurs ? Qui sont donc les miliciens de l’Ouest si amandé Ourémi et sa bande se pavanent sans s’inquiéter ?

*Duékoué: Une ville de l'ouest de la Côte d'Ivoire

Fanta Coulibaly





Tags : Duékoué

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !