Divo: La CNJC proteste contre la dictature du régime Ouattara

Mercredi 10 Juin 2015 - 07:51


Dans le cadre  des marches éclatées, suite à l'appel de  Dahi Nestor de la CNJC (Coalition nationale de la jeunesse pour le changement), la section  de Divo est sortie massivement  ce matin du mardi 09 juin 2015.  Amié Téophile, coordinateur régional de la CNJC du Lôh-Djiboua a rassemblé ses camarades au quartier Konankro sur l’axe Divo-Hiré, dès 7H00 du matin. La procession s’est alors ébranlée en Direction du quartier Bada, 500 mètres plus loin. Ils ont été confrontés au premier cordon sécuritaire de la police du 1er  arrondissement de Divo. Refusant de céder du terrain, les marcheurs vont essuyer plusieurs tirs de grenades lacrymogènes et fumigènes. Malgré cette réaction des forces de "l'ordre", les manifestant ont fait montre de courage. De l’autre côté du premier cordon de sécurité, à quelques pas du commissariat du premier arrondissement de police se trouvait un autre groupe de marcheurs en provenance du quartier Légbréville,  partant faire la jonction avec les marcheurs de Konankro. Ce second groupe a été confronté au deuxième cordon sécurité de la police. Des deux côtés les tensions étaient vives.  Les policiers, ayant maille à partir avec les marcheurs,  ont fait usage de gaz lacrymogène sans toutefois venir à bout de leur détermination.   Le préfet de Région M. Kpan Droh a échangé avec quelques uns d’entre eux, pour tenter de trouver un terrain d’entente. Les leaders ont promis rencontrer plus tard le magistrat de la ville pour lui remettre leur motion.
Deux heures après le début de la manifestation, le commissaire Troukolé du 1er Arrondissement, a usé de toute la diplomatie qu’on lui connait à Divo pour obtenir le calme. «  Nous n’avons rien contre vous, mais la marche n’est pas autorisée  » , dira un agent des forces de l’ordre. «  C’est une marche nationale, aussi, son autorisation est nationale, si vous voulez être de bonne foi. Et du reste, quelle manifestation de l’opposition a été une fois, une seule fois autorisée par Ouattara et son régime? Nous, nous voulons marcher, exprimer notre différence. C’est un besoin que notre âme exprime. Si vous voulez-nous bâillonner et nous obliger à vivre votre vie et non la nôtre, nous ne baisserons jamais les bras, jusqu’à ce que le monde entier nous entende  », rétorquera un jeune protestataire. Le camarade Amié Téophile, coordonnateur de la marche était quant à lui, très positif et optimiste  : «  je suis satisfait de cette première tentative, du moins de cette première victoire. On ne croirait pas, si bien dire. Vous voyez vous-même ce beau monde qui est sorti. On a de la matière et c’est bien parti, pour les batailles futures. Les camarades de l’Ung, le Groupe de Essy Amara, La Jfpi, le Cojep, mais aussi des leaders tels que  : Koudou Noël, Fédéral Fpi, Béhi Magloire, Amane Boga, Touré Vassiriki, Akatcio Josué, Madame Blé, sont là. Ce n’est que partie remise, car ce n’était qu’un ballon d’essai. Il n’y a eu ni dégâts matériels, ni dégâts corporels. Nous avons montré que  nous sommes des démocrates  ». la marche qui a commencé aux environs de 8 H, s’est achevée à 11 H 25 avec un meeting de clôture tenu par les Camarades Amié Téophile, Dossoro, et Pavel Ayéméné dans le quartier Légbréville. Tout s'est finalement  bien terminé.

Goddé Gbalet Camille (Godé Lilié) Correspondant Régional ‘’le Temps’’ ‘’LG Infos’’47038687
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !