Discours sur le panafricanisme et les libertés vus de Paris. Par Michel Galy

Lundi 13 Avril 2015 - 07:19


Michel Galy
Michel Galy
Discours sur le panafricanisme et les libertés vus de Paris

Chers amis, chers camarades, merci d’être là ! Nombreux, obstines, combattifs  !

De tous les pays africains et aussi bien sur des européens et singulièrement des français  !

Votre combat n’est en effet   pas d’ethnie, de nationalité ou encore moins de races : c’est un combat politique, transcontinental   et c’est pourquoi nous ne sommes pas isolés – mais ensemble  !

  C’est un combat de valeurs, et c’est pourquoi sans être africains ni panafricanistes, nous vous appuyons  !

4 ans déjà ! permettez-moi de vous le dire, notre engagement contre la Françafrique et pour un certain internationalisme ne date pas du 11 avril 2011- et il se poursuivra après la libération du président Laurent Gbagbo , et le rétablissement de ma démocratie en Côte d’ Ivoire

Car il y a bien une dimension historique à votre combat, une dimension panafricaine a la lutte toujours a recommencer pour le respect des constitutions et de l’Etat de droit

Que vous le sachiez ou non vous êtes les héritiers d’une longue lutte pour la démocratisation du Tiers Monde, de l’Afrique, et en particulier de la Cote D’ivoire  ;, et oui il y a toujours eu un fil rouge de l’engagement de progressiste occidentaux à côté des leaders et des militants pour qui l’état de fait colonial devenait insupportable  !

Oui, depuis le 11 avril nous avons vu tout une génération se repolitiser, et se mettre en position de combat contre le coup d’Etat franco-onusien- parce que chaque     génération, ici et là-bas, connait   un évènement majeur qui la réveille et la mobilise

Mieux que les partis , à la place des partis à l’occasion ; une mobilisation constante , parfois avec d’inévitables   clivages, mais toujours courage, obstination, abnégation .On   ne saurait ous les coites, mais un «  ami   du village » doit dire l’admiration pour une exceptionnel militantisme de 4 ans .. ; oui, vous avez marché, manifesté...mais aussi écrit, inventé de nouvelles forme d’action militante, notamment sur les réseaux sociaux ou un nouveau journalisme qui pour la plupart a gardé intégrité et constance dans l’engagement  !

Et vous le faites, nous le faisons aujourd’hui à la place de ceux qui sont bâillonnés, emprisonnes déportés, notamment en Côte d’ Ivoire..

  C’est donc un combat transcontinental : c’est cela que vous avez réveillé , recommencé :à chaque génération de la faire !

Et permettez-moi une anecdote et une analyse : pendant les «   mois terribles  » d’exécutions et de carnage, trois hélicoptères blindés sont venu querir le dictateur ivoirien à l aéroport militaire pour l’amener à son commanditaire, à l’Elysée  ! Tellement ils s’étaient pris à leur propre piège  : la diabolisation, la mise   à ban, l’obligation au silence !Or nos missiles n’étaient que de papier…mais ils se sont aperçus qu ils pouvaient faire mal  !

  Car c’est ainsi que la France perd l’Afrique !A chaque fois qu un espoir de libération, une répression armée…60 interventions en 50ans ! voilà la vérité de la Françafrique qui es une structure et non un réseau, un système de violence et domination.. C’est cela que nous voulons abattre  !

Mais par quels moyens  ? le premier combat, ici, est celui des médias :! Contre nous de puissants agences de communication, un complexe militaro-colonial au cœur de l’appareil d Etat..à nous d’écrire, de dénoncer, de protester. Oui c’est possible, à cause de l’autonomie relative du médiatique par rapport au politique  !

Nous avons commencé par un combat de plusieurs années sur les droits de l’homme et les prisonniers politiques.  Nous savons tous quelle coalitions de putschistes et   de criminels de guerre- si ce n’est de génocidaire à propos des mille morts de Duekoué- a causé plus de 5000 morts civiles depuis 2002 au Nord de la Cote d’ Ivoire, des milliers d’autres dès le carnage d’Abidjan en avril 2011. Et combien de tortures,   de conditions de vie   infâmes, de familles vouées à la mort civile pour le millier de prisonniers politiques- dont il reste   4O0 encore, embastillés en dépit de toute légalité.

Les organisateurs ont à mon sens trouvé un excellent thème fédérateur, non seulement en Afrique, mais en Occident  : le respect des constitutions, des élections , de l’État de Droit est bien d’actualité au Togo, dans les deux Congo, au Cameroun, au Burundi…et bien sûr en Cote d’ivoire  ! Qui sait d’ailleurs si après le renversement de la dictature   au Burkina, il n y a pas pour le régime Hollande une «  jurisprudence Compaoré  »- ainsi qu’il l’a déclaré dans   son discours de Dakar, au grand dam des despotes présents  ?

Qui sait quel revirement géopolitique nous attend  ? Entre djihadistes combattants et despotes de la Françafrique, il y a bien place pour un nouveau printemps des peuples d’Afrique- et le complexe militaro colonial ne pourra toujours présenter les leaders nationalistes et panafricanistes comme des ennemis- alors qu ils sont la dernière chance d’une alliance à intérêts égaux avec l’Occident- au lieu d’une escalade militaire sans fin et dune recolonisation accélérée  !

A chaque époque un évènement clive les analystes et les acteurs : c’est cela le 11 avril : ils ont tort car nous avons les peuples, nous avons le Temps, le long celui de l’histoire qui est avec nous  !

Que Laurent Gbagbo soit ou non vainqueur du procès , ou   qu’on le libère -et je crois qu il le sera car son dossier est vide et que les vrais coupables sont au pouvoir –vous avez gagné : vos 4 ans de combat, votre présence ici le trouvent !

Je vous remercie

NB: Discours prononcé  le 11 avril 2015 à Paris à l'occasion de la commémoration du 11 avril 2011 en Côte d'Ivoire

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !